JE.n 2006, deux coffres en bois laqué et une caisse de champagne ont été restaurés à 507 km des Samoa aux Tokélaou, un ensemble de tunnels disséminés à travers l’océan Pacifique avec 1 500 habitants. Pendant trois jours, les coffres ont été fabriqués entre les tunnels pour collecter les bulletins de vote lors d’un référendum selon lequel les Tokélaou devraient éventuellement se diriger vers l’autonomie.

Depuis 1946, les Tokélaou – l’un des endroits les plus reculés du monde – sont classés par les Nations Unies comme un territoire dépendant non autonome : une colonie. La Grande-Bretagne a été colonisée pour la première fois en 1877, en 1925, les Tokélaou ont été essentiellement remises à la Nouvelle-Zélande, qui a depuis été administrée.

Au cours du siècle suivant, les mouvements de décolonisation se sont accélérés dans le monde entier et la liste des territoires non contrôlés variait de 72 à 17. Les responsables de la Nouvelle-Zélande et des Nations Unies s’attendaient à ce que les Tokélaouans réduisent encore davantage la liste en 2006 ; la caisse de champagne a été remise en prévision d’un « oui ».

Ces espoirs ont été déçus. Le référendum a perdu 36 voix courtes par rapport à la majorité requise des deux tiers. Le champagne était emballé. Il est apparu que si la Nouvelle-Zélande et les Nations Unies tenaient à l’autodétermination des Tokélaouans, certains Tokélaouans étaient confus et anxieux. Alors que les Tokélaou auraient des liens politiques étroits avec la Nouvelle-Zélande en raison de la proposition d’autonomie gouvernementale (une étape de médiation avec peu d’indépendance), un habitant de l’atoll d’Atafu à l’époque a expliqué : « Il y a de la peur par ici. [that] après 10 ans, la Nouvelle-Zélande pourrait dire : « D’accord, vous êtes prêt à faire cavalier seul ». « Après une deuxième tentative ratée en 2007, les débats sur l’autonomie gouvernementale ont complètement disparu. Selon Kelihiano Kalolo, Ulu-o-Tokelau (leader national), « Nous n’en avons pas discuté depuis longtemps… Personne n’en parle jamais ».

Le leader national des Tokélaou, Kelihiano Kalolo, se joint à la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern lors de sa visite d'État, dans l'atoll de Fakaofo, en juillet 2019.
Le leader national des Tokélaou Kelihiano Kalolo (troisième en partant de la gauche) avec le Premier ministre néo-zélandais Jacinda Ardern (deuxième en partant de la gauche). Photo : Fatu Tauafiafi

Cela changera en décembre, lorsque Kalolo relancera le débat sur l’autonomie gouvernementale en déposant un document au fono général (parlement) des Tokélaou exhortant les Tokélaouans à imaginer un nouvel avenir pour les atolls avant le centenaire de la Nouvelle-Zélande en 2025. Sa proposition marque la dernière salve dans le débat trivial des Tokélaou sur la question de savoir si la décolonisation doit toujours impliquer l’indépendance.

Réparer l’échec des Tokélaou ?

Kalolo proposera trois options aux Tokealauans à considérer : l’autorégulation dans une association libre avec la Nouvelle-Zélande, l’indépendance complète ou l’intégration avec la Nouvelle-Zélande. Deux autres nations, Niue et les îles Cook, se gouvernent déjà en libre association avec la Nouvelle-Zélande. Avant les référendums, les partisans de l’autonomie gouvernementale ont fait valoir que cela réduirait la paternité de la Nouvelle-Zélande et permettrait aux Tokélaou d’obtenir l’aide d’un plus grand nombre de pays. Le gouvernement des Tokélaou compte sur la vente de licences de pêche pour sa vaste zone économique exclusive et sur environ 16 millions de dollars d’aide néo-zélandaise chaque année. La Nouvelle-Zélande a précédemment souligné que si les Tokélaou évoluaient vers l’autonomie gouvernementale, les résidents auraient toujours accès à une aide et à des passeports de la Nouvelle-Zélande.

En juillet, les Tokélaouans ont vu les avantages d’une connexion étroite avec la Nouvelle-Zélande dans un monde imprévisible, lorsque le HMNZS Wellington a relâché une ancre près de l’atoll de Nukunono et a utilisé deux marins dans l’équipement de protection complet d’un petit bateau pneumatique pour débarquer 12 boîtes de Covid-19 vaccins. . Les ancêtres de Nukunono ont regardé la livraison avec ravissement, chantant des chansons sous une bannière disant « Bienvenue ».

Reconnaissant les inquiétudes de certains Tokélaouans selon lesquelles l’autonomie gouvernementale mettrait en péril cette relation, Kalolo a déclaré qu’il ferait pression sur les résidents de l’atoll pour qu’ils considèrent les options comme une intégration totale avec la Nouvelle-Zélande – un changement important par rapport aux référendums, qui ne suggéraient que l’autonomie gouvernementale ou qui restaient . territoire dépendant.

Ioane Teao, président de la Wellington Tokelau Association en Nouvelle-Zélande et critique de longue date des dirigeants politiques sur les tunnels, a salué cette volonté d’envisager des alternatives à l’autonomie. « On me dit qu’ils envisagent l’intégration, car cette option n’a pas été proposée aux gens la dernière fois… Je suis heureux d’apprendre qu’ils la mettent sur la table maintenant. »

De nombreux membres de la diaspora des Tokélaou soutiennent l’intégration, qui est au moins cinq fois plus importante que la propre population des Tokélaou. Teao, par exemple, craint que l’auto-gouvernance ne mette en péril les relations de la diaspora avec les Tokélaou ou n’alimente négativement une petite « élite » politique dans les tunnels. En choisissant l’autonomie gouvernementale ou l’indépendance, Teao a déclaré : « Je crains que nous ne fassions défaut aux Tokélaou.

L’ironie des efforts d’autonomie

Au fur et à mesure que ce débat progresse, le ministère néo-zélandais des Affaires étrangères et du Commerce (MFAT) a adopté une approche pratique. Ross Ardern, l’actuel administrateur des Tokélaou et père du Premier ministre néo-zélandais, Jacinda Ardern, a souligné son engagement en partenariat avec les Tokélaou « pour parvenir à un résultat d’autodétermination adapté au contexte local des Tokélaouan… où le choix de l’autodétermination. entre les Tokélaou et la Nouvelle-Zélande, la nature de cette relation sera acceptable pour les deux et la Nouvelle-Zélande s’attendrait à ce que les Tokélaou prennent l’initiative ».

Judith Huntsman, universitaire de Nouvelle-Zélande (à droite) s'adressant à Ulu-o-Tokelau (leader national) Tokelau, Kelihiano Kalolo.
Judith Huntsman, universitaire de Nouvelle-Zélande (à droite) s’adressant à Ulu-o-Tokelau (leader national) Tokelau, Kelihiano Kalolo. Photo : Fournisseurs / Judith Huntsman

Il s’agit d’une approche différente de celle adoptée précédemment par le MFAT. Avant les référendums, Neil Walter, alors administrateur, a fortement plaidé en faveur de l’autonomie gouvernementale que certains Tokélaouans l’appelaient « afā » (cyclone). Judith Huntsman, une académie de l’Université d’Auckland spécialisée dans la politique et l’histoire des Tokélaou, a déclaré que l’accent mis sur l’autonomie gouvernementale qui avait caractérisé les discussions précédentes sur l’avenir des Tokélaou était le résultat de « la suppression de l’ONU et du MFAT[ing] »Des options comme l’intégration. Huntsman a précédemment suggéré que le soutien direct de la Nouvelle-Zélande à l’autonomie gouvernementale était en grande partie dû au fait que le MFAT voulait retirer la Nouvelle-Zélande de la liste officielle des puissances coloniales des Nations Unies.

Voici l’ironie des précédents efforts d’autonomie : ils regardaient souvent davantage les étrangers que les Tokélaouans eux-mêmes. En 2004, un communiqué de presse attribué à Ulu-o-Tokelau sur l’autonomie gouvernementale disait : « Nous avons dit cela aux Nations Unies et à la Nouvelle-Zélande… Pourquoi voulons-nous faire cela ? Est-ce pour vous satisfaire ou pour nous satisfaire ? « Tant de Tokélaouans ont ouvertement plaidé en faveur de l’autonomie gouvernementale que Walter a admis à l’époque, » je veux me contenter d’une couverture de feu pour l’indépendance, honnêtement. « 

Kalolo espère changer cette attitude en encourageant les Tokélaouans à reprendre et à évaluer le contrôle de leur avenir. Dans un livre co-écrit avec Huntsman, il a souligné « le [2006] Référendum [was]: Ko au e hē malamalama – ‘Je ne comprends pas’. « Il a souligné dans une interview: » Je veux juste que les gens comprennent les trois options… Que les gens soient ou non prêts à se réengager dans la prise de décision, c’est leur choix. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *