Aller au contenu
Accueil » Actualité » Éoliennes flottantes au large de l’Aude : la Région entre dans la danse aux cayés du producteur Cair

Éoliennes flottantes au large de l’Aude : la Région entre dans la danse aux cayés du producteur Cair

Via le fonds d’investissement pour la transition énergétique OCCTE, la Région Occitanie a fait le choix d’accompagner indirectement le producteur indépendant d’énergie renouvelable Cair dans le cadre de l’appel d’offres visant au développement d’un parc éolien flottant au large de Port-La Nouvelle d’ici 2030.

La signature a eu lieu le 7 décembre dernier à Montpellier lors du forum Energaia. Le premier producteur indépendant d’électricité renouvelable non-côté en bourse, l’entreprise Qair, a trouvé un accord pour se faire accompagné par le fonds régional OCCTE OCCIGEN dans le cadre de sa participation à l’appel d’offres de développement de l ‘éolien flottant en Méditerranée. Deux fermes de 250 MégaWatts chacune sont appelées à être installées à une trentaine de kilomètres de la côte.

« Nous sommes ravis d’accueillir l’OCCTE pour construire, avec l’ensemble des acteurs locaux, un projet français compétitif » commente Jérôme Billerey, directeur général France de Cair.

Concrètement, ce co-investissement doit permettre à l’entreprise « de renforcer ses ambitions en termes de développement territorial et industriel régional, d’acceptation du projet par les populations, de formation et d’insertion, ainsi que de soutien du projet par les pouvoirs publics locaux et nationaux » comme le confirme Olivier Guiraud, directeur énergies marines chez Qair.

Présent dans 20 pays et riche de 600 salariés dont une centaine en France, ce groupe indépendant de production d’électricité veut voir dans ce partenariat une confirmation de sa démarche pour le développement de l’éolien en mer. « C’est la première fois en France qu’un fonds d’investissement porté par une Région intégrée un tel projet d’envergure » ajoute Olivier Guiraud.

À lire également  La Russie et la marine diffusent une vidéo de nouveaux exercices avec des missiles Kalibr

Ce sont d’ailleurs ces mêmes acteurs, regroupés au sein d’Eolmed et souteun déjà par la Région mais aussi l’agglomération de Narbonne, qui sont à la manœuvre dans la prochaine installation de trois éoliennes flottantes à titre expérimental et à 18 kilomètres au grand du littoral audois. Fin janvier, début février 2023, les premiers modules arriveront à Port-la-Nouvelle pour une mise en service dans le courant de l’année 2024. Il faut savoir que 600 000 heures de travail auront été nécessaires pour concevoir ces outils dont 300 000 heures sur la partie assemblage à Port-la Nouvelle.

Un process industriel made in Occitanie

Une première étape, « un coup d’essai »avant le développement industriel de toute une filière, largement souhaité par les pouvoirs publics nationaux et locaux depuis 2015 malgré les oppositions et les réticences de quelques acteurs politiques et associatifs.

« Notre projet pilote cochait toutes les cases » détaille Olivier Guiraud, qui veut créer que ce qui fonctionne de manière expérimentale pour l’heure, le sera à plus grande échelle alors qu’ils seront au final pas moins de treize candidats pour l’appel d’offres concernant les deux futures fermes de 15 à 20 éoliennes sur une zone 50 à 60 m².

Car selon eux, ce qui les différencie de leurs concurrents, c’est l’approche « locale » du projet industriel. « On ne vient pas prendre du vent et partir. On a dessiné avec le soutien des collectivités un plan industriel où la totalité des flotteurs sont fabriqués en Occitanie à Bagnac-sur-Célé dans le Lot avec un assemblage final à Port-la Nouvelle . Seules les turbines, car nous n’avions pas le choix, du Pays-Bas ». Un choix « made in Occitanie » bien plus costeux et long dans les livraisons, « mais un choix assumé » selon les entrepreneurs.

À lire également  Agrément du directeur de la polyclinique Méditerranée à Perpignan : près de 100 000 € de chèques ont été utilisés à des fins personnelles

De quoi donner du poids pour le soutien de la Région mais aussi pour ambitionner de remporter l’appel d’offres dont le résultat final est expecto entre septembre et novembre 2023. Pour cela, et comme les 12 autres concurrents, Cair s’est allié à plusieurs acteurs pour former un consortium, à savoir Total Energies et Corio Génération, afin de soulever 1 milliard de fonds dans l’optique de duplicateur l’expérience pilote d’Eolmed.

« On est dans une ambition d’intégrer le plus possible une approche locale pour créer cette filière française des éoliennes en mer alors que le marché dans l’hexagone est le plus à la pointe sur ces questions-là, expliquant ainsi que treize acteurs internationaux , tout ce qui compte comme énergéticien dans le monde, ont été retenus pour répondre à cet appel d’offres » précise Olivier Guiraud.

Prochaine étape au printemps prochain où les offres des différences consortiums seront transmises. Trois ans de conception seront ensuite nécessaires ainsi que trois à quatre ans de fabrication avec l’espoir de voir les éoliennes en mer activées à grande échelle à l’horizon 2030.

À note que selon les volontés de l’État français d’accélérer la production d’énergies rénovées, d’ici 2035, c’est un GigaWatts qui est espéré, représentant une centaine d’éoliennes sur toute la Méditerranée, soit l’équivalent de la production d’un réacteur nucléaire, et alors que les industriels du secteur promettent que ces outils offshore sont recyclables à 80 %. Dans le même temps, l’Occitanie ambitionne de devenir la première région d’Europe à énergie positive d’ici 2050.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *