Des groupes de défense des droits humains ont critiqué la rencontre prévue d’Emmanuel Macron avec Mohammed ben Salmane en Arabie saoudite samedi, qui célébrera la première rencontre publique face à face de l’un des principaux dirigeants occidentaux avec le prince héritier depuis l’assassinat du journaliste parrainé par l’État. Jamal Khashoggi.

Pendant trois ans depuis le meurtre de 2018, les chefs d’État occidentaux ont évité les rencontres directes en face à face avec le prince héritier du royaume. Le président américain Joe Biden a même évité de parler au futur roi dans ce qui était largement considéré comme une tentative de donner une légitimité au dirigeant de facto.

Mais le mouvement Macron suggère qu’au moins un Premier ministre occidental est prêt à rétablir officiellement les liens avec le prince héritier, moins d’un an après que les agences de renseignement américaines ont publié un rapport disant qu’elles pensaient que le prince avait approuvé le meurtre de Mohammed Khashoggi.

« Quel que soit l’intérêt stratégique de la France en Arabie saoudite, rien ne peut justifier sa légitimité d’un dirigeant qui tue des journalistes, menace des militantes, emprisonne des femmes défenseures des droits humains, tue des civils yéménites et attire la communauté internationale. Macron se réduit lui-même et son pays en s’associant à MBS », a déclaré Agnès Callamard, une ressortissante française qui est secrétaire générale d’Amnesty International.

Après que Macron a été accusé d’avoir tenté de « réhabiliter » le prince Mohammed, son bureau a défendu la réunion, déclarant aux journalistes que l’Arabie saoudite était « un acteur clé dans la région », et a souligné que « le dialogue serait exigeant. » De la part de la France au royaume.

Le palais de l’Élysée a déclaré que la réunion de Djeddah n’avait en aucun cas pour but de remettre le prince héritier « en selle ». Au lieu de cela, il fait partie de la stratégie à long terme de Macron depuis son élection en France pour contribuer à la « stabilité » dans la région et a été présenté comme « une puissance équilibrée pour intensifier le dialogue » entre les pays méditerranéens du Golfe.

Bruce Riedel, un ancien membre du Brookings Intelligence Project qui a officiellement servi comme analyste à la CIA avec un accent sur l’Arabie saoudite, a décrit « le sceau d’approbation français pour MBS et sa guerre au Yémen ».

« Tout mépris pour le comportement de l’Arabie saoudite au Yémen a maintenant pris fin. C’est une grande déclaration sur la trahison de la France par le peuple yéménite », a-t-il déclaré.

Il a fait référence à un récent rapport de l’ONU qui montrait que près de 400 000 enfants risquaient de mourir de faim au milieu du conflit au Yémen, qui, selon Riedel, était une catastrophe largement exercée par le prince Mohammed lui-même.

La nouvelle de la réunion Macron a coïncidé avec une nouvelle tentative de l’administration Biden de contacter l’Arabie saoudite afin de persuader le royaume d’augmenter la production de pétrole.

Dans un communiqué, le Conseil de sécurité nationale a révélé que trois hauts responsables américains s’étaient rendus aux Émirats arabes unis, en Arabie saoudite et au Qatar pour discuter de questions économiques et de domaines dans lesquels les États-Unis pourraient « s’associer pour investir dans l’avenir de l’énergie propre et trouver des moyens de collaborer davantage. pour construire l’architecture de l’énergie propre du 21e siècle ».

Le géant pétrolier saoudien Saudi Aramco est considéré comme l’un des plus gros contributeurs de CO2 au monde.

Des responsables américains ont déclaré que Biden ne devrait pas avoir de conversation avec le prince Mohammed malgré la sensibilisation.

Les relations de l’administration Biden avec le royaume sont étroitement liées au Congrès américain, où les démocrates et les républicains ont fait preuve d’un grand mépris pour le royaume et ont appelé les États-Unis à mettre fin à toutes les ventes d’armes aux Saoudiens.

Human Rights Watch a critiqué les ventes de l’armée française dans la région et a déclaré que Macron doit dénoncer les violations des droits humains lors de sa visite dans le Golfe, qui commence vendredi et s’adressera aux Émirats arabes unis, à l’Arabie saoudite et au Qatar.

Dans un communiqué, Human Rights Watch a déclaré : « Macron devrait s’attaquer au meurtre trompeur de Jamal Khashoggi en 2018. Garder le silence sur ces questions équivaudrait à fermer les yeux sur de graves violations des droits humains. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *