Aller au contenu
Accueil » Actualité » [Documentaire] Deux journées avec Alice Diop à Marseille

[Documentaire] Deux journées avec Alice Diop à Marseille

Vendredi 11 mars et samedi 12 mars, la cinéaste Alice Diop sera l’invitée des cinémas la Baleine, le Vidéodrome 2 et le Gyptis à Marseille pour accompagner la rétrospective qui lui est consacrée, à l’occasion de la sortie de son nouveau documentaire NousPrix du Film Documentaire de la Berlinale 2021.

Au cours de ces deux revues « Autour de Nous », ils ont présenté leurs documentaires à Alice Diop, réalisant entre 2011 et aujourd’hui, La Permanence, La mort de Danton, Vers la tendresse et Nous ainsi que Wesh, Wesh, Qu’est-ce qui se passe ? de Rabah-Zameur Zaïmeche, programmé dans le jeu de carte blanche qui est proposé dans le réalisme.

Cinq films qui ont pour point commun de se dérouler dans le département de Seine-Saint-Denis (territoires de prédilection de la réalisatrice où elle est née et a grandi) et qui portent un regard fort et humaniste sur des sujets de sociétés – Alice Diop également une formation en sociologie visuelle – tels que lest-ce que les migrants, la discrimination ou la diversité culturelle. Nul doute que le regard fort et humaniste d’Alice Diop, nous apportera un autre éclairage sur ce qui « nous » lie.

Au programme : La Permanence (2016) un huis-clos entre des migrants désarçonnés et des médecins dépourvus de moyens lors des consultations à la Permanence aux soins de santé de l’hôpital d’Avicenne de Bobigny (vendredi 11 mars à 21h à la Baleine). Le lendemain La mort de Danton (2011) donner la parole à Steve, un jeune acteur noir, issu d’un quartier populaire qui rêve de tenir le rôle de Danton, suivi de Vers la tendresse (2016), César du meilleur court-métrage en 2017, une exploration intime du territoire masculin dans une cité de banlieue (samedi 12 mars à 15h à la Baleine).

À lire également  Perpignan - Festival Gastro Méditerranéen : pour Bernard Thomasson, "les mots et les plats sont historiquement liés"

Alice Diop dresse le portrait d’une France multiple

Puis place à la fiction avec Wesh, Wesh, Qu’est-ce qui se passe ? (2001) ce premier long-métrage du réalisateur franco algérien Rabah-Zameur Zaïmeche, choisi par Alice Diop pour illustrer sa carte blanche, mis en scène la vie d’un jeune groupe d’adultes confrontés à la décomposition sociale d’un quartier à Montfermeil. (samedi 12 mars à 18h au Vidéodrome 2). Enfin, Nous, couronné à la Berlinale l’an dernier, viendra clôturer ces deux journées. En suivant le tracé de la ligne régionale du RER B, qui traverse Paris du nord-est au sud, Alice Diop dresse le portrait d’une France multiple dont les contradictions et l’incommunicabilité ne sont qu’apparentes. (samedi 12 mars à 21h au Gyptis). De beaux moments d’échanges en perspectives…

Non seulement ces revues sont organisées en partitions avec Films Femmes Méditerranée, les Rencontres à l’échellel’association Ancrages, Image de ville, Le Festival Parallèle et le Festival Afrique Fête.

> La dualité des programmes (p14-15)
> Toutes les idées de sorties répertoriées par Gomet’ dans nos agendas loisirs
> Activité cinématographique dans notre rubrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.