Aller au contenu
Accueil » Actualité » Diplomatie de haut vol Espagne

Diplomatie de haut vol Espagne

Le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Albares passe en revue l’armée espagnole au pied d’Adazi (Lettonie).Marina García / Nolsom-MAEC

23 435 kilomètres, visite d’État, quatre sommets internationaux et 30 réunions bilatérales. Partage sans précédent, par exemple avec la nouvelle cheffe du Foreign Office, Liz Truss, ou le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Sans compter le discours non sollicité du secrétaire d’État américain Antony Blinken ou l’appel téléphonique à Yair Lapid Israël. La diplomatie espagnole avance à un rythme implacable, prête à entendre sa voix dans tous les forums, même si tous n’ont pas le même écho. EL PAÍS a suivi le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Albares pendant neuf jours et se précipite dans l’arrière-salle de la politique internationale qui se déroule dans les couloirs et les avions, loin des projecteurs, des caméras et des conférences de presse. .

Mercredi 24 novembre. Albares accompagne les rois en Suède. En tant que ministre du jour, il sert l’audience de Felipe VI avec le Premier ministre, le social-démocrate Stefan Löfven. Il est sain et sauf : il a démissionné et sera remplacé par sa compagne de fête, Magdalena Andersson. Cette nuit-là au Palais Royal, cependant, ils le rencontrent à nouveau. La première chef de gouvernement de l’histoire suédoise n’a duré que quelques heures : elle a perdu le vote du budget et, après que les Verts ont quitté la coalition au pouvoir, elle a démissionné. L’Écosse ne peut pas commenter : « Nous étions censés être instables depuis le sud. Le mythe des pays nordiques s’effondre ». En politique internationale, les mythes deviennent aussi grands que la mode. Et celle qui donne la tendance au dîner de gala est la reine Letizia, qui porte une robe à 300 euros en polyester recyclé. Il s’agit d’un design de la firme suédoise H&M, un clin d’œil à la durabilité et à son hôte. Plus discret est le frac loué au chef de la diplomatie espagnole. « Les garçons utilisateurs [el barrio madrileño donde se crio] Nous n’avons pas de garde-robe », a-t-il déclaré. Le costume a l’air sur mesure, mais le tester est une astuce sur mesure. Le tissu est intact et lorsque vous y retournez, la feuille sera retirée pour s’adapter à la taille du prochain client.

À lire également  EDF a dû réduire la production sur l'un de ses réacteurs nucléaires en raison du faible débit du Rhône

Vendredi 26. A Saint-Domingue, le ministre échange le frac contre le guayabera. L’élection d’un nouveau secrétaire général ibéro-américain est une attraction inhabituelle. Une position non scénarisée fait désormais l’objet d’une controverse avec quatre concurrents impliqués. Même les ministres des Affaires étrangères cubain et vénézuélien Bruno Rodríguez et Félix Plasencia, qui sont régulièrement absents, assistent à la réunion. Albares rencontre les deux. Il exige les pouvoirs des journalistes d’Efe au premier. Deuxièmement, reprendre le dialogue avec l’opposition. « Je ne dis pas que ce sont des entretiens faciles, car il faut dire des choses qui ne sont pas agréables à entendre, mais si vous parlez clairement la première fois, alors personne n’est induit en erreur », explique-t-il. Bien que l’Espagne n’ait pas encore indiqué clairement qu’un ministre des Affaires étrangères par intérim prendra le poste, le Chili Andrés Allamand, un ministre du gouvernement de droite modéré, affirme ses relations personnelles et obtient même le soutien de Cuba. Il est élu « par consensus », selon les termes d’Albares. Cela signifie qu’une demi-douzaine de votes étaient nécessaires et que l’Équateur Rosalía Arteaga a gagné par 12 à 8. C’est ce qu’on appelle à juste titre le « consensus » diplomatique, dans lequel une « note verbale » est un morceau de papier écrit.

Albares avec le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodríguez à Saint-Domingue.
Albares avec le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodríguez à Saint-Domingue.MAUC

Samedi 27. De retour en Espagne, le Falcon 900B de l’Air Force Group 45, dans lequel voyagent le ministre et son équipage, prend d’assaut. L’appareil commence à rebondir comme s’il roulait sur une route cahoteuse. Albares a sommeil et oublie le fléau de la pluie sur la vitre de la cabine pour le bruit de l’eau contre les rafales de vent de sa voiture. Il est déclenché par un éclair et illumine la nuit et un scolt qui l’oblige à se tenir pour l’empêcher de tomber au sol. Oscar, l’un des accompagnateurs, dit qu’il y a un radeau sous les sièges et personne ne lui demande s’il est sérieux. Pendant un moment, l’appareil continue de sauter et les passagers s’assoient à l’intérieur d’un shake. Jusqu’à ce qu’ils atterrissent au pied de Lajes, où un officier et assistant portugais qui a assisté à l’escale les attend arrogants et impeccables, comme s’ils n’avaient pas bougé de là pendant ces 24 heures. Déjà à Torrejón de Ardoz (Madrid), les techniciens de l’armée de l’air avertissent que l’appareil a causé des dommages structurels à la queue et au ballon en raison de l’impact de la foudre.

dimanche 28. L’avancement du convertisseur omicron est causé par les limites de fermeture. Des milliers d’Espagnols sont piégés en Afrique australe et au Maroc. Aux Affaires étrangères, l’équipe d’urgence est activée : elle coordonne avec Iberia l’envoi d’un vol vers le Mozambique, qui ramènera 121 Européens ; et sept vols vers Casablanca, du 2 au 12 décembre. Albares ordonne la suspension des autorisations du personnel diplomatique dans les pays concernés. Cela n’empêche pas les plaintes. Pour ceux qui souffrent d’incendie, les pompiers mettent toujours trop de temps à arriver. En cas de crise, le ministre est le premier cou en danger. Le chef de la diplomatie espagnole est bien conscient que l’évacuation de l’Afghanistan a coûté leurs emplois à leurs homologues britanniques et néerlandais.

Lundi 29. Un hôtel de type W s’élève à près de 100 mètres dans le port de Barcelone. L’atmosphère créée par la lumière vive semble favoriser les rendez-vous romantiques discrets, mais l’Union pour la Méditerranée (UPM) l’a choisie comme lieu de son forum ministériel. Irene, conseillère à Albares, craint que les bouteilles d’alcool ne soient rapidement retirées des chambres d’hôtes arabes. La veille, les ministres marocain et algérien avaient pris son absence. Ils doivent assister au sommet entre l’Union africaine et la Chine au Sénégal. Que ce soit la vraie motivation ou les excuses, le contre-enregistrement de Pékin est une cause perdue. Néanmoins, l’organisation affirme avoir battu le record de présence, avec 20 ministres.

Mardi 30. Depuis Barcelone, Albares se rend à une réunion de l’OTAN à Riga (Lettonie). Il ne vole que dans le Falcon endommagé dans un Airbus 310 beaucoup plus gros, mais non moins ancien : 40 ans sur ses ailes. Le chef de la diplomatie espagnole emmène ses collègues du Portugal, de Bulgarie, de Roumanie, du Monténégro, de Slovénie, de Croatie et d’Albanie, la seconde épouse la seule femme. La salle VIP, une cabine avec deux tables disposées comme dans les wagons Renfe, est un sommet extraordinaire avec plus d’un quart des responsables étrangers de l’OTAN, qui respectent le transfert gratuit. Sans cette courtoisie espagnole, le rendez-vous de Barcelone serait beaucoup moins encombré. Les ministres des Affaires étrangères discutent de la qualité de leurs vins respectifs et échangent des nouvelles et des rumeurs sur leur future homologue allemande, la verte Annalena Baerbock, avec laquelle ils devront bientôt composer. Il semblerait un instant que ce groupe ibéro-balkanique puisse être un contrepoids en Méditerranée lobby d’Europe du Nord et de l’Est, mais ni le Monténégro ni l’Albanie ne font partie de l’UE. Pour l’instant, ce n’est que le début d’une bonne amitié.

Sommet des ministres des Affaires étrangères ibéro-balkanique dans la salle VIP A310 de l'armée de l'air espagnole.
Sommet des ministres des Affaires étrangères ibéro-balkanique dans la salle VIP A310 de l’armée de l’air espagnole. MAUC

Mercredi 1er décembre. Le thermomètre indique -5 degrés à la base d’Adazi, à 25 kilomètres de Riga et à 120 de la frontière russe. Mardi, la première grosse neige est tombée. Les 346 soldats espagnols du formulaire de mission EPF (Haute Présence Renforcée) de l’OTAN ont été ouverts et le ministre les remercie pour leur travail dans une allocution improvisée se terminant par « Vive les Espagnols ! Plus tard, à couvert, il salue nombre d’entre eux, de la brigade d’Estrémadure, et leur annonce que « leur président », le socialiste Fernández Vara, a annoncé l’installation d’un nouveau pont sur le Guadiana. « Il pense y mettre le 25 avril pour attirer les Portugais », dit-il avec assurance.

Jeudi 2. Le vol BT109 de Baltic Air transfère dix ministres de l’OTAN de Riga à Stockholm, en Suède. L’attente pour atterrir prend une éternité. Certains gardes ont des armes dans leurs bagages et les autorités suédoises retiennent des délégations jusqu’à ce qu’elles décident quoi en faire. Le complexe d’Arlanda, où se réunit l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), s’est effondré : des embouteillages longs sur un kilomètre sont visibles partout et des sirènes se font entendre. L’agenda d’Albares regorge de rendez-vous au cours des dernières 48 heures : pour la première fois, il rencontre la Galloise Liz Truss, une femme éminente loin d’être le prototype d’une politicienne conservatrice, qui aborde les futures relations de Gibraltar avec l’UE, à seulement 15 jours de la fin de la période initialement fixée pour parvenir à un accord. Ou encore Sergueï Lavrov, un gentil vieux renard qui a guidé la diplomatie moscovite d’une main de fer pendant 17 ans, et fait part de ses inquiétudes quant au débarquement des mercenaires russes de Wagner au Mali. « C’est une entreprise privée. Le gouvernement russe n’a rien à voir là-dedans », a-t-il répondu en se lavant les mains. Avec l’Américain Antony Blinken – « appelez-moi Tony », a-t-il dit lors de leur rencontre – il a parlé de manière informelle de la Silicon Valley avant la réunion. Le ministre n’a pas encore de rendez-vous pour se rendre à Washington, mais il s’assure qu’il n’est pas pressé. « J’irai quand le voyage comptera », affirme-t-il. L’une des conversations les plus pertinentes a lieu avec une réplique à des milliers de kilomètres de là : Israel Yair Lapid. Dans un couloir, Albares est vu collé à son téléphone portable. « Cela nous est simplement venu à l’esprit à ce moment-là. Personne ici ne croit qu’elle est une terroriste », la prévient-il. Le 7, une commission doit décider d’accorder ou non une libération conditionnelle à la travailleuse Juana Ruiz, condamnée à 13 mois de prison.

Albares avec la nouvelle chef du ministère des Affaires étrangères, Liz Truss.
Albares avec la nouvelle chef du ministère des Affaires étrangères, Liz Truss.MAUC

Vendredi 3. « Je veux bien faire pour votre pays mais, surtout, je veux venir avec le mien. » Albares a prononcé la phrase, lors d’une de ses premières conversations téléphoniques (qu’ils n’avaient pas encore rencontrées en personne), avec son homologue marocain, Naser Burita, selon l’un de ses collègues. Il a rappelé aux ambassadeurs que le maintien de relations amicales avec leur hôte étranger n’était pas une fin en soi, mais un moyen de protéger les intérêts espagnols. De retour à Madrid, il participe au Conseil des ministres. Mais la capitale espagnole n’est qu’une étape d’un voyage qui ne finit jamais. Quelques heures plus tard, il s’envole pour Rome. Le bureau du chef de la diplomatie espagnole a des ailes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *