Aller au contenu
Accueil » Actualité » Difficile protection des baleines franches dans « les eaux les plus industrialisées du monde »

Difficile protection des baleines franches dans « les eaux les plus industrialisées du monde »

Ils mesurent entre 13 et 17 mètres de long et pèsent entre 45 et 65 tonnes… Baleines franches de l’Atlantique Nord Bien qu’elles soient des forces de la nature, elles sont néanmoins en danger critique d’extinction. Et la dernière estimation de leur population, faite par le
Consortium des baleines de l’Atlantique Nord (NARWC), ce qui n’invite pas à l’espoir.

Fin octobre, ce consortium nord-américain dédié à la conservation de l’espèce, qui rassemble des chercheurs, des associations de conservation, des représentants de l’industrie de la pêche, etc., a publié son estimation de la population de baleines de l’Atlantique Nord en 2020. Elle était d’environ 336 personnes, en baisse de 8% à partir de 2019 et près de 30 % au cours de la dernière décennie.

La proie préférée des chasseurs

Ce n’est pas la première situation critique à laquelle ces baleines sont confrontées. Pendant des siècles, ils ont été l’objet d’une dette commerciale intense,qui a commencé au large de la côte basque au XIe siècle. « Les baleines franches de l’Atlantique Nord étaient présentes dans le
Golfe de Gascogne jusqu’aux XIXe et XVe siècles avant de disparaître sous la pression des baleines, rappelle l’océanographe Christophe Guinet, chercheur CNRS au Centre d’études biologiques de Chizé (CEBC).
Cette chasse s’est poursuivie sur d’autres mers, de l’autre côté de l’Atlantique, et a contribué à la révolution industrielle et au développement de techniques de pêche toujours plus performantes. Jusqu’à ce qu’un grand nombre d’espèces de cétacés soient presque éteintes ».

Les baleines droites de l’Atlantique Nord sont restées la meilleure proie des baleines. « Ils sont relativement lents donc c’était difficile d’échapper aux bateaux. Et, à cause de leurs grosses réserves de graisse, ils remontaient à la surface lorsqu’ils étaient jetés, lorsque les baleines coulaient », explique Christophe Guinet. D’où leur nom, d’ailleurs, les « baleines franches »… les « bonnes baleines ».

À lire également  Pyrénées-Orientales - L'élu PC Jean Vila dénonce le projet de Louis Aliot : "Baptiser un lieu public Pierre Sergent, c'est comme si demain on inaugurait une place Pétain à Perpignan"

Une centaine en 1935

Les baleines franches de l’Atlantique émergent de siècles de pêche intensive se terminant, pour cette espèce, en 1935. « D’une population estimée à 20 000 personnes avant cette saison de chasse, les baleines franches sont passées à environ 100 », a déclaré Sharon Livermore, directrice de la conservation marine à
Fonds international pour la protection des animaux, ONG Internationale. Profitant de son statut d’espèce protégée, les effectifs se reconstituent progressivement. Un long processus nécessite « même si ces baleines se reproduisent à très basse fréquence », rappelle Christophe Guinet. Les femelles donnent naissance à des petits tous les cinq à dix ans, et tous ne survivent pas. « 

En 2011, cependant, la population de baleines noires de l’Atlantique Nord a atteint 481 personnes, l’estimation la plus élevée depuis la fin de la chasse. « On ne voit plus de notre côté de l’Atlantique, ou exceptionnellement, précise Christophe Guinet. Ils vivent donc le long de la côte nord-américaine. En été, ils montent dans l’Arctique pour se nourrir, parfois jusqu’à ce que vous entriez dans la mer du Labrador. En hiver, ils entrent
Baie de Cape Cod au large de Boston , où ils se reproduisent. « 

Collision avec des navires et entrée dans des engins de pêche

A 481 individus, la population de ces géants des mers est restée « à un niveau très bas, mais au moins ils ont montré des signes encourageants de reprise* », souligne Sharon Livermore. Le problème est que leur nombre a encore diminué depuis. Deux causes principales sont identifiées : les collisions avec les navires et l’implication dans des engins de pêche commerciale. Il est difficile d’échapper à ces deux menaces lorsqu’on navigue au large de la côte nord-est de l’Amérique. «Ces eaux sont parmi les eaux les plus industrialisées au monde», rappelle Sharon Livermore. Les activités de pêche et le trafic maritime y sont intenses. « 

À lire également  Erdogan a poursuivi la relation avec l'OTAN à l'annonce d'une nouvelle intervention militaire en Syrie | International

Les collisions avec les navires sont souvent mortelles. « Les baleines franches y sont particulièrement exposées, explique Christophe Guinet. Répété car ils sont lents et ont du mal à éviter les bateaux. Mais aussi parce qu’ils passent beaucoup de temps, notamment pour se nourrir, dans des zones proches de la surface, là où d’autres cétacés vivent plus profondément. « 

L’autre menace, posée par les filets de pêche, est plus insidieuse. Elle a un lien particulier avec la pêche au homard, « qui utilise des casiers posés au fond de la mer et attachés à des bouées en surface avec des lignes », poursuit Christophe Guinet. De vraies baleines peuvent être capturées dans ces lignes. Cela ne les tue pas immédiatement, mais lorsqu’ils tirent sur ces engins de pêche, leur durée de vie est certainement limitée. 86% des baleines franches vivant dans l’Atlantique Nord ont été capturées dans ces lignes de pêche au moins une fois dans leur vie, rappelle Ifaw.

Existe-t-il des solutions ?

Ces deux causes de décès ont été identifiées bien avant 2011 et ont conduit à la mise en place de mesures de protection. Ce sont un exemple obligations de réduction de vitesse pour les navires quand les baleines sont présentes. « Des études montrent que le baisser en dessous de dix nœuds réduit considérablement le risque d’une collision mortelle », explique Sharon Livermore.

Il existe aussi des solutions pour la pêche au homard. « Comprend des dispositifs de casiers qui permettent de se passer de ces lignes verticales », poursuit le directeur d’Ifaw Marine Conservation. Au lieu de cela, le piège est trouvé dans le fond marin à l’aide d’un système de déclenchement acoustique. « 

À lire également  Express | La Presse de Tunisie

Malgré tout, depuis 2011, la population a baissé, « signe que les décès restent supérieurs aux naissances », souligne l’océanographe français. L’année 2021 laisse peu d’espoir que le bilan s’inverse, avec 18 veaux enregistrés au dernier décompte. « Ils ont un chiffre prometteur, le plus élevé depuis 2015, Ifaw. Mais cinq décès ont été observés à ce jour pour 2021, et des études récentes montrent que seuls 36% des décès sont effectivement détectés », rappelle l’ONG. Pour Sharon Livermore, l’urgence est donc de renforcer encore les mesures de protection. L’enjeu est notamment d’élargir son champ d’application. « Le changement climatique et l’augmentation de la température de l’eau de mer qu’il engendre affectent les schémas de migration des baleines franches qui, pour se nourrir, pénètrent dans de nouvelles zones », explique-t-elle.

Pas seulement les baleines, n’est-ce pas ?

Le temps presse, d’autant plus que les baleines noires de l’Atlantique Nord ne sont pas les seules à enregistrer une mortalité excessive importante due aux collisions avec les navires et les engins de pêche. Nous avons le même problème dans nos eaux européennes, rappellent Christophe Guinet et Sharon Livermore. C’est notamment le cas pour les cachalots en Méditerranée, mais aussi pour les dauphins communs, dont de nombreuses carcasses ont été retrouvées ces dernières années le long des côtes atlantiques de la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *