Aller au contenu
Accueil » Actualité » Dictionnaire d’un été de fureur climatique

Dictionnaire d’un été de fureur climatique

Les conditions météorologiques extrêmes se sont déchaînées de manière inhabituelle cet été, provoquant à plusieurs reprises des records de température, des vagues de chaleur, des incendies de forêt massifs et des inondations. Le dernier événement extrême en date est le cyclone Daniel, qui a déversé des pluies torrentielles sur la côte libyenne et provoqué des inondations qui ont tué environ 10 000 personnes.

« De toutes les saisons de l’année, l’été est celle qui enregistre le plus de changements ; il n’est pas étrange que les plus grands extrêmes de la radicalisation climatique se concentrent à cette période de l’année », explique Marc Prohom, responsable de la climatologie au Servei Meteorològic de Catalunya (SMC).

« Il y a de plus en plus d’indications que nous nous dirigeons vers une plus grande radicalisation des extrêmes, tant en termes de nombre que de valeurs et de température, par rapport à ce que l’on pensait il y a une ou quelques décennies », souligne le climatologue catalan. Il s’agit d’une nouvelle preuve que les phénomènes météorologiques extrêmes se propagent rapidement et intensément.

Sommaire

Ébullition

Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a mis un nom sur ce phénomène lorsqu’il est apparu que les premiers jours de juillet ont été marqués par la semaine la plus chaude jamais enregistrée. « La seule surprise est la rapidité du changement. Le changement climatique est là. Il est effrayant. Et ce n’est que le début. L’ère du réchauffement climatique est terminée. L’ère de l’ébullition mondiale est arrivée », a-t-il ajouté. Le débat a porté sur pourquoi le mois de juillet a été le plus chaud de l’histoire.a.

Chine

Un nouveau record national de température de 52,2°C a été établi le 16 juillet (ville de Turpan, province de Xinjiang, Chine). Le record de température pour l’Europe continentale de 48,8°C mesuré en Sicile le 11 août 2021 n’a pas été battu.

À lire également  IHU : sortie Didier Raoult, Pierre-Edouard Fournier à la tête d'une nouvelle gouvernance

El Niño

Les scientifiques s’accordent à dire que la principale cause de la hausse des températures est le réchauffement provoqué par les émissions de gaz, qui résultent elles-mêmes de la combustion de combustibles fossiles (charbon, pétrole et gaz) dans la production d’énergie, les transports et l’agro-industrie. Mais cette année, El Niño, un phénomène cyclique de réchauffement, joue également un rôle. « Tous les pics de température mondiaux ont coïncidé avec une année El Niño », explique Carlo Buoentempo, directeur du service Copernicus de l’Union européenne sur le changement climatique.

Hawaï

Plus de 100 morts et quelque 850 disparus à la suite du tragique incendie de Maui, à Hawaï, dont les montagnes ont été un piège mortel le 8 août. Le vent s’est engouffré dans la brèche avec des rafales de 100 kilomètres à l’heure, de plus en plus sèches au fur et à mesure qu’il descendait. Il a aspiré l’humidité de la végétation déjà morte et a transformé le paysage en pure désolation.


Incendie à Hawaï

Tiers

Glace de mer

La superficie couverte par la glace de mer en Antarctique a atteint un niveau record tout au long de l’année. Pour atteindre une étendue moyenne, la surface glacée devrait être environ dix fois plus grande que le Royaume-Uni, par rapport à la moyenne 1981-2010.

Méditerranée

La hausse des températures entraîne un réchauffement accru de la mer Méditerranée, « associé à des phénomènes qui, dans des conditions instables, donnent lieu à de violentes tempêtes ; c’est comme une chaîne », explique Marc Prohom.

Médicament

Un mot composé qui suggère l’idée d’un ouragan méditerranéen, bien que « ce ne sont pas des ouragans comme ceux qui peuvent se produire dans le bassin atlantique », explique Rubén del Campo, porte-parole de l’Aemet. Ces systèmes dépressionnaires acquièrent parfois des caractéristiques similaires à celles des cyclones tropicaux (ils ont un noyau chaud, développent parfois même un œil avec une couverture nuageuse symétrique, etc.), mais ils sont moins durables et plus petits. ), mais ils sont moins durables et plus petits. Et, comme nous venons de le voir, ils se sont révélés catastrophiques, comme en Grèce et en Libye. Il peut y en avoir un ou deux par an dans tout le bassin méditerranéen et ils ont tendance à être plus fréquents dans le centre et l’est de la Méditerranée. Peuvent-ils se produire sur la côte espagnole ? « Il semble qu’ils aient besoin d’une masse d’eau continue plus importante, et la zone orientale est donc plus favorable en raison de sa morphologie », explique M. Prohom.

À lire également  Migrants, Meloni : "Voici les nouvelles règles, plus de navette avec les passeurs" - Politique

Vagues de chaleur

Au cours de l’été, il y a eu quatre vagues de chaleur dans la péninsule et les îles Baléares, avec 24 jours de canicule. Par rapport à l’année dernière, cela semble peu, puisqu’il y en a eu 41, mais cette année, plus d’un quart des jours d’été ont été dans une situation extrême en raison des températures élevées. C’est le quatrième été où le nombre de jours dans cette situation est le plus élevé, après 2022, 2015 et 2017. L’Espagne suit une tendance à la hausse. La moyenne des années 80, 90 et de la première décennie du XXIe siècle était de sept jours, alors que ce chiffre est multiplié par trois. « Les 45 ºC atteints dans l’Empordà n’étaient pas prévisibles avant le milieu du siècle en tant que températures extrêmes », explique Marca Prohom.

Horizontal

Plusieurs enfants se rafraîchissent dans une fontaine à Saragosse, pour surmonter les températures élevées.

JAVIER BELVER / EFE

Nuits « infernales

Et les nuits infernales font leur apparition, un nouveau nom non encore consolidé désignant les nuits où les thermomètres ne descendent pas en dessous de 30 ºC. C’est ce qui s’est passé à Malaga, où la température nocturne minimale a été de 31,2 ºC le 20 juillet. Et dans une station de Ténériffe, la température n’est pas descendue en dessous de 37 ºC pendant une nuit.

Les records en 2023

« Les records mondiaux de température continueront de tomber en 2023. Le mois d’août le plus chaud a suivi les mois de juillet et de juin les plus chauds, conduisant à l’été boréal le plus chaud de notre registre de données », explique Samantha Burgess, directrice adjointe du Copernicus Climate Change Service (C3S). L’année 2023 se classe au deuxième rang des années les plus chaudes, à seulement 0,01 °C de 2016, alors qu’il reste moins de quatre mois de l’année.

À lire également  'The Good Patron', de Fernando León, obtient le record de nominations aux Goya Awards avec 20 nominations | Culture

Température de la mer

Les océans ont enregistré en août la température journalière de surface la plus élevée jamais enregistrée et c’est le mois le plus chaud jamais enregistré. En juin, les températures au large des côtes irlandaises étaient supérieures de 4 à 5 °C à la moyenne. La National Oceanic and Atmospheric Administration a qualifié cette vague de chaleur marine.

Été

Selon le Copernicus Climate Change Service (C3S) de l’Union européenne, l’été de l’hémisphère nord (période juin-juillet-août) est désormais en tête de liste des trimestres les plus chauds jamais enregistrés pour l’ensemble de la planète. La saison juin-juillet-août 2023 a été de loin la plus chaude jamais enregistrée à l’échelle mondiale, avec une température moyenne de 16,77 °C, soit 0,66 °C de plus que la moyenne. En Europe, la température moyenne de l’été a été de 19,63°C, soit 0,83°C au-dessus de la moyenne, ce qui en fait le cinquième été le plus chaud.

Lisez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *