Le Groenland, la Grèce, la Pologne, la Lituanie, la Roumanie, la Croatie et Zamora peuvent sembler être le début d’une mauvaise blague ou d’une question de test d’un mauvais professeur. La réponse est pourtant simple : la diversité dans sa richesse environnementale, dans les milieux ruraux peuplés et l’intérêt des enseignants désireux d’échanger des connaissances et des expériences. Un projet porté par deux Espagnols, Chema Mezquita, professeur d’économie à l’institut Aliste (Zamora, 1 000 habitants), et Víctor Colino, spécialiste des sciences de l’environnement de la Université de Salamanque, cherchant à unir les élèves de sept écoles secondaires de ces pays. L’objectif est d’intégrer le changement climatique en diagonale dans les matériaux traditionnels pour renforcer la participation environnementale des jeunes.

Le Groenland est un axe clé du projet, car il permettra aux étudiants de s’initier à la fonte, une réalité très éloignée des climats méditerranéens que Javier Arnaut, professeur à l’Université du Groenland, juge essentielle pour  » Démontrer la perspective arctique permet aux étudiants de évaluer plus directement les effets de la « dégradation de l’environnement ». L’enseignante croate Tina Cvijanovic, informaticienne à l’institut Andrija Kačić Miošić, dans la ville de Ploče, vise à « intégrer de nouvelles valeurs dans le transfert de l’éducation qui soulève des préoccupations concernant les ressources naturelles et la conservation de la nature dans les programmes d’enseignement ». Ces concepts, à travers ce plan continental, contribueront à la « créativité » en classe et à l’apprentissage d’autres cultures et régions.

L’idée est venue aux deux professeurs lors d’un voyage à Moscou. Ils ont soumis le projet au plan européen Erasmus Plus et ont été sélectionnés. Ils ont reçu environ 300 000 euros qu’ils alloueront pour couvrir les frais d’échange d’étudiants, de formation des enseignants et pour financer la diffusion des « produits intellectuels » qu’ils génèrent, entre autres. Le projet se concentre actuellement sur l’échange d’informations et la formation entre les enseignants pour amener ces slogans dans les salles de classe. L’objectif est bientôt de permettre aux étudiants de voyager et de connaître en personne ces écosystèmes et d’observer les différences de climat entre les régions européennes.

En termes de sélection des pays pour participer au projet, le critère était d’essayer d’obtenir une représentation différente des différents climats européens : méditerranéen, atlantique, alpin, arctique ou continental, selon l’environnementaliste Colino. L’objectif est d’enseigner aux jeunes l’importance de l’environnement et de ses soins, les différences entre les pays et de montrer comment les gens s’adaptent à ces différents contextes. Les sept écoles secondaires participant au projet sont situées dans des petites villes et à proximité de milieux naturels.

Des chercheurs des universités de Salamanque et du Groenland collaboreront avec des analyses sur les effets du changement climatique, ainsi que du matériel pour former les enseignants des institutions. Les matériaux conçus par cette équipe créeront une plateforme en ligne avec des activités, ainsi qu’une application qui quantifie les bénéfices apportés par les milieux naturels, qu’ils soient glacés comme les polaires ou chauds comme des micro-propositions comme certaines zones de Zamora.

Le choix de zones inhabitées permettra aux jeunes de parler à leurs ancêtres et de produire un livre numérique de conversations intergénérationnelles où ils compareront la relation et l’environnement naturel actuels avec les précédents. Les matériaux doivent être remplis de cet indice vert. Mezquita, qui enseigne l’économie et il y a quelques mois, avec l’un de ses groupes, a réussi à obtenir de l’Union européenne qu’elle modifie un texte xénophobe sur son site officiel, une façon de l’inclure dans son contenu, appelée Initiative pour l’entrepreneuriat. avec des exercices dans lesquels Discuter de la gestion économique des ressources forestières. Calculez, par exemple, combien de tonnes de dioxyde de carbone peuvent neutraliser un hectare donné d’arbres. Dans les cours précédents, ils ont déjà appris à fabriquer du savon avec des ingrédients locaux, principalement des herbes aromatiques.

Vos collègues en religion, en mathématiques, en anglais ou en sciences se lancent dans ces mesures qui l’emportent sur les exercices rigides et froids des manuels. Lydia Martín, 17 ans, de Zamora, qui est en deuxième année de lycée, salue cette initiative qui, selon elle, l’aidera à « valoriser l’environnement et toutes les choses positives qu’il nous apporte ». Il estime qu’avec les exercices à faire en classe, « il y aura des bénéfices à mieux connaître notre domaine et à susciter un plus grand intérêt pour le sujet ». Martín exprime le désir de connaître d’autres nations et « leurs caractéristiques » en tant que source de « culture » ou même « d’y vivre un temps ».

Vous pouvez suivre EL PAÍS EDUCACIÓN sur Facebook et Twitter, ou inscrivez-vous ici pour notre newsletter hebdomadaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *