Aller au contenu
Accueil » Actualité » Deux nouveaux satellites de défense assureront la couverture des troupes espagnoles de l’Amérique à l’Asie

Deux nouveaux satellites de défense assureront la couverture des troupes espagnoles de l’Amérique à l’Asie

Il sera dans la juillet ou août 2024 le premier lancement, si les conditions météorologiques le permettent en Cap Canaveral, Florideet le second en 2025, selon des sources proches du projet. La défense commencera l’année prochaine à équiper les forces armées d’une nouvelle série de satellites capables d’observer et de faire rebondir des signaux complexes sur les deux tiers de la planète, de la basse Californie au Vietnam, avec la péninsule ibérique, l’Europe et l’Afrique au centre de leur zone de couverture.

L’armée est à la recherche d’un système qui lui permette de dépasser la ligne d’horizon planétaire ; en termes simples, de voir, d’entendre et de transmettre de l’autre côté du globe.. Cette nouvelle capacité, déjà annoncée par la Défense, permettra de fournir, à partir d’une orbite géostationnaire à une altitude de 36 000 kilomètres des communications cryptées, ainsi que des analyses d’images et d’autres données à usage militaire.

L’idée est que les unités envoyées hors du pays par le gouvernement – missions navales, contingents d’infanterie ou de cavalerie ou escadrons de chasse pour, par exemple, des déploiements de police aérienne ou de dissuasion – disposeront de communications de meilleure qualité avec leurs centres de commandement en Espagne et d’un cryptage plus indisponible que le blindage médiocre dont elles disposent actuellement.

Nouvelle génération

Les faisceaux du système couvriront toute l’Europe, toute l’Amérique latine et une grande partie des États-Unis, toute l’Afrique, le Moyen-Orient, l’Inde et les deux tiers de l’Antarctique. Sont exclus de la couverture les la moitié côtière de la Chine, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, les Philippinesla Sibérie, la Mongolie, les Corées et le Japon ; en d’autres termes, l’autre tiers du monde.

Cette capacité spatiale des forces armées est appelée Spainsat NG (acronyme pour Next Generation). Elle se compose de deux satellites la taille d’une camionnetteLe centre de contrôle devra également être en mesure de déployer le réseau complexe de données provenant de la combinaison des plateformes de combat, de la guerre en réseau des robots et d’une machine complexe de surveillance et de contrôle au sol dont l’emplacement futur n’a pas encore été déterminé. Ce centre de contrôle doit également être capable de déployer le réseau complexe de données provenant de la combinaison de plateformes de combat, de la guerre en réseau de robots, de drones, de chasseurs, d’avions et d’unités blindées en contact simultané les uns avec les autres, qui était prévu pour l’avenir et qui est déjà présent.

À lire également  Alerte maximale de la Sécurité intérieure pour un "nid de djihadistes" sur le flanc sud

Couverture prévue pour les nouveaux satellites que la Défense commencera à fournir aux forces armées et au CNI l’année prochaine. HISDESAT


Chaque satellite pèsera plus de 6 000 kilos. Ils sont conçus avec des ailes solaires qui, une fois déployées, mesureront 50 mètres. Sous contrat avec Hisdesat – l’opérateur militaire public pour ce type de services spatiaux – ils seront fabriqués à partir de janvier 2022. Consortium Airbus Defence &amp ; Space et la société Thales Alenia Space.

C’est un transfert constant de plans et d’ingénieurs entre Tres Cantos (Madrid), Toulouse et diverses usines françaises. Certes, la plate-forme originale est d’origine française, mais il y a des des contributions de l’ingénierie espagnole, à plus de 50 %. selon les sources de Hisdesat.

L’un de ces cas se trouve à Madrid. Le développement du système d’antenne est réalisé en collaboration avec les groupes de recherche de la Escuela Técnica Superior de Ingenieros de Telecomunicaciones de l’Universidad Politécnica de Madrid.

Il s’agit d’un volet essentiel. « Chaque satellite doit être équipé d’antennes défense anijamming qui durera des années… si tant est que cela soit possible à la vitesse de la technologie actuelle », déclare une source militaire proche du projet. L’expression anglaise fait référence au l’interception et le piratage dont les données peuvent faire l’objet. de l’un de ces engins gravitationnels. « Dans une guerre future, il sera plus utile que de détruire un satellite de surveiller ce qu’il dit à son propriétaire », explique la même source.

Ce haut fonctionnaire s’exprime le jour même où le Conseil des ministres a approuvé un projet de loi sur la protection de l’environnement. 133 millions d’euros de prolongation de l’accord de défense avec Hisdesat pour l’utilisation du satellite PAZ.qui permet à l’armée d’obtenir des images fixes de haute qualité de différentes zones de la planète.

À lire également  Naturaleza Encendida : un monde plein de lumière et de vie pour les amoureux de Noël et de la nature | Weekend plans | Universo Ocio

À l’épreuve des bombes… à l’épreuve des bombes atomiques

La phase de production a déjà un an et demi. Elle a débuté en janvier 2022, après que la phase de certification a été achevée un mois plus tôt. Mais l’origine du projet est encore plus ancienne. Il s’agit du 24 juillet 2019 lorsqu’il a été officialisé par la Direction générale des armements et du matériel du ministère de la Défense avec Hisdesat pour 1,617 million d’euros, dans une procédure négociée sans publicité. Dans la bureaucratie des achats de l’État, il a évolué sous un long nom officiel : « SATCOM SPAINSAT NG rénovation de la capacité de communications par satellite de l’actuelle constellation de satellites SPAINSAT et XTAR-EUR ».

Barcelone, observée par un satellite de la Défense. HIDESAT


Puisqu’il était destiné à remplacer le premier système militaire Spainsat, qui transporte 16 ans en orbiteCette fois, les forces armées ont demandé que de nouvelles capacités soient intégrées, ainsi qu’un nouveau blindage. Par exemple, que les deux satellites NG soient préparés pour résister aux radiations d’une explosion nucléaire à haute altitude.. Ce serait le moyen qu’une puissance ennemie pourrait utiliser pour aveugler les communications militaires espagnoles ou celles de ses alliés entre les points 30º ouest et 29º est, qu’elle occuperait.

Mais il s’agit aussi de fournir des moyens de communication complexes aux troupes projetées dans des endroits où, en raison du manque d’infrastructures, il est aujourd’hui impossible de les mettre en œuvre. Le Sahara et le Sahel en sont des exemples clairs et constituent également des scénarios de guerres futures possibles dans lesquelles l’Espagne pourrait être impliquée.

Beaucoup de gigas

Il ne suffit pas non plus de faire rebondir un signal radio UHF. Les Les photos, vidéos et autres informations en temps réel de haute qualité ne suffisent pas.Tous ces éléments prennent plusieurs gigaoctets, et une bande de données à haute capacité est nécessaire. Comme l’a confirmé la défense, le nouveau système multipliera par 16 la puissance du signal des réseaux X militaires les plus courants et des réseaux Ka à grand volume de données.

À lire également  Les vagues de chaleur actuelles démontrent-elles l'accélération du changement climatique ?

Du côté des émissions de radiofréquences, on trouve. La division aérospatiale de l’entreprise catalane Sener est impliquée. En 2020, juste avant le confinement pandémique, elle a décidé de participer au programme en investissant au préalable 12 millions d’euros dans des installations pour le développement de la technologie qu’elle apportera à Spainsat NG.

La même entreprise mène actuellement des recherches sur une barrière de capture des débris spatiaux. Il s’agit d’une préoccupation stratégique de l’Europe, car ces débris mettent en péril la sécurité de l’Europe. Les actifs spatiaux civils et militaires européens, d’une valeur de 65 milliards d’euros par an, sont en danger. Selon le Haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la défense, Josep Borrell, les débris orbitaux sont en mouvement. La surveillance des débris orbitaux, avec un radar Indra, a été la première mission spatiale confiée par le gouvernement à l’armée de l’air et de l’espace.

La nouvelle présence militaire espagnole dans l’espace qu’impliquera la paire de satellites Spainsat NG se trouve à l’arrière-plan. une évolution de la mentalité stratégique de l’Espagne. Il sera disponible également au Centre national de renseignement, aux forces de police et aux agents du service extérieur, et disposera d’une bande passante qui, si elle n’est pas utilisée, pourra être prêtée ou louée à des alliés.

Et il indique également une prévision de projection de forces militaires plus lointaine que d’habitude. La plupart des 4 000 militaires espagnols en mission à l’étranger se trouvent en Europe, au Sahel, au Liban, dans le golfe de Guinée et dans la Corne de l’Afrique. Les nouveaux satellites couvriront également la mer de Cortez, une partie du Pacifique Sud, l’océan Indien, l’ensemble de l’Atlantique, ainsi que la Russie européenne et deux zones cruciales dans la future lutte pour les transports et les ressources minérales : les eaux polaires et l’Asie centrale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *