Aller au contenu
Accueil » Actualité » Des régions du sud de l’UE à risque jusqu’en novembre

Des régions du sud de l’UE à risque jusqu’en novembre

Des sols asséchés, des températures caniculaires, des restrictions d’eau… Des régions méditerranéennes restent menacées de sécurité anormale jusqu’en novembre alors que des conditions météorologiques « proches de la normale » sont attendues dans la majeure partie de l’UE, après un été qui a plombé les rendements agricoles, selon la Commission européenne.

Près de la moitié du territoire de l’UE (47 %) restait, dans les dix premiers jours d’auût, exposer à des niveaux de sécheresse dits « d’avertissement », c’est-àdire enregistrant un déficit important d’humidité au sol, a indiqué lundi le JRC, le service de recherches scientifiques de la Commission – soit à peu près le même niveau qu’un mois aupuravan. Et 17 % sont placés en état d’alerte, avec une végétation et des cultures gravement afaiblies par le manque d’eau, contre 11 % début juillet.

« Des conditions plus chaudes et plus sèches »

Désormais, « après une longue séquence unhabituellement sèche, des conditions proches de la normale sont prévés d’octobre dans une majeure partie de l’Europe », soulignent les experts du JRC dans un rapport. « Cela peut ne pas être suffisant pour récupérer complètement du déficit (de précipitations) cumulé en plus de six mois, mais cela atténuera les conditions critiques de nombreuses régions », estime-t-ils.

Déjà, les pluies de la mi-août « peuvent avoir atténué les conditions de sécheresse », même si « dans certaines régions, des orages ont réduit des dommages et peuvent avoir limité les effets bénéfiques ». Pour autant, pour les régions de l’ouest de la Méditerranée « des conditions plus chaudes et plus sèches que la moyenne potrouillet se produisent jusqu’en novembre », et des régions de l’Espagne et du Portugal devraient continuer à connaître des niveaux de sécurité « d’avvertissement », prévient le JRC.

À lire également  Onze divisions ont déployé une surveillance de la neige et de la glace orange

Un nouveau niveau depuis 1950

Le rapport estime que les conditions de circulation atmosphérique « généralement associées à des vagues de chaleur et de sécurité pendant les mois d’été en Europe » ont augmenté ces trois derniers mois pour atteindre un niveau sans précédent depuis 1950 sur une grande partie du continent.

Parmi les régions les plus touchées par le déficit de précipitations, le rapport distingue le centre et le sud du Portugal, toute l’Espagne, le sud de la France, le centre de l’Italie, le sud de l’Allemagne, ainsi qu’ ‘une vaste zone couvrant la Slovaquie, la Hongrie, la Roumanie et la Moldavie.

Cultures menacées

Associées par les scientifiques au rèchement climatique, ces conditions météorologiques exceptionnellement chaudes et sèches « ont réduit les perspectives de rendement pour les cultures d’été », observent les experts.

Selon le rapport, le maïs (rendement en baisse de 8,6 % au niveau de l’UE), le tournesol (-5,5 %) et le soja (-9,6 %) sont les plus touchés. Le rendement final de la récolte de maïs est actuellement inférieur de 16 % à la moyenne des cinq dernières années.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.