Aller au contenu
Accueil » Actualité » Des Phéniciens aux mines, voyagez à la recherche de l’histoire – Culture & Spectacles

Des Phéniciens aux mines, voyagez à la recherche de l’histoire – Culture & Spectacles

(par Silvia Lambertucci) (ANSA) – ROME, 26 NOV – Plongez dans les profondeurs de la terre pour explorer l’un des nombreux tunnels souterrains de la mine de Serbariu, en Sardaigne, où jusqu’aux années 1970 sont venus chaque jour jusqu’aux années 1970 avec leurs pioches jusqu’à 370 mètres de profondeur; ou faire une « croisière de valeur » pour alterner la navigation avec des promenades archéologiques sur les traces d’Énée et le long et mouvementé voyage qui l’a mené de Troie aux côtes de notre Latium. Bien plus que des expériences individuelles ou de simples voyages, les Itinéraires Culturels du Conseil de l’Europe visent à rapprocher les raisons d’études et de recherche et celles de l’économie locale pour répondre aux besoins des nouveaux voyageurs, à construire des réseaux collaboratifs entre Etats et Universités, qui est d’investir les territoires pour grandir en valorisant leur histoire, leur patrimoine artistique, paysager, gastronomique et viticole. Modèle de tourisme durable et conscient, soucieux de l’histoire et d’une société en croissance, l’Italie plus que partout ailleurs avec 29 itinéraires reconnus par le Conseil de l’Europe sur un total de 45. Programme « soutenu et valorisé », explique Mediterranea del Turismo Bourse de Paestum Alessandra Vittorini, directrice de la Fondation de l’École du patrimoine culturel et des activités culturelles qui, avec le Secrétariat général du ministère de la Culture, a lancé un projet ad hoc pour les itinéraires. L’événement est une réunion organisée à Paestum qui réunit les institutions avec les gestionnaires de bon nombre de ces itinéraires italiens, connus pour raconter et raconter, pour partager des expériences et anticiper les mouvements futurs. considérez en attendant que la nouvelle vague de pandémie tombe et voyager, traverser les états, vous êtes vraiment à nouveau possible.
Les suggestions sont nombreuses, certaines même proches, comme celle d’Iter Vitis travaillant en Calabre pour créer « Le Jardin des Vignes », un lieu on ne peut plus romantique, au pied du ‘ 500 et à cent degrés de le bleu profond de la mer Ionienne, musée à ciel ouvert des vignes autologues, certes calabraises, mais aussi de tous les autres pays adhérents à l’association, plantes anciennes perdues et retrouvées, s’élèvera. Un travail qui a commencé en pleine pandémie et n’est pas encore achevé, l’idée, explique Natale Corvello, « c’est d’aller jusqu’à apporter de la vitalité, de faire vinifier les communautés » et le Jardin, souligne-t-il, n’est qu’une étape d’un itinéraire local qui promettait de Crotone à Kiró de visiter tours, châteaux, petits musées jusqu’aux trésors les plus étincelants de la Magna Graecia.
L’un des itinéraires les plus « anciens » et les plus complexes continue de croître, celui qui reconstruit la Voie phénicienne depuis 2003 et traverse les pays méditerranéens, européens, nord-africains et du Moyen-Orient, en se concentrant sur le dialogue interculturel. .
Le nombre de membres augmente d’année en année, déclare Antonio Barone, directeur de la Fédération internationale du Chemin des Phéniciens, « Le Liban à l’Espagne, le Portugal et la Slovénie se sont unis ces derniers mois ». Énorme travail partagé, auquel participent également 20 universités de 9 pays différents. Qui finance la recherche, les fouilles, la formation des jeunes, qui met en ligne des musées (en Italie Mann Napoli est le leader) qui valorisent les théâtres antiques. Et d’une certaine manière, cela sert aussi à découvrir des problèmes, tels que le manque de guides spécialisés en archéologie et en culture. De la route des Phéniciens à la route d’Énée, qui part de la Turquie et atteint l’Europe, explique le président Giovanni Cafiero, en suivant la carte dessinée par l’Énéide mais aussi par la myriade de mythes antiques consacrés au grand voyage du héros troyen. Sans oublier le charme de l’art rupestre postérieur, 200 sites ont récemment été ouverts au public avec en plus Matera et la Basilicate. Ou l’intérêt du patrimoine industriel, devenu aussi un itinéraire européen avec 300 sites à travers l’Europe, des usines anciennes, des usines de production, des mines pour redécouvrir l’histoire et les racines de notre société. Pour un tourisme d’émotion et de découverte, mais aussi familier. Cela regarde le passé des territoires et contribue à soutenir leur avenir.
(ANSA).

À lire également  Pêche et conchyliculture dans l'Hérault : les petits ports, ces maillons essentiels de l'économie bleue

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *