Aller au contenu
Accueil » Actualité » Des cigognes blanches de passage début août dans l’Aude et les Pyrénées-Orientales : comment expliquer cette migration précoce ?

Des cigognes blanches de passage début août dans l’Aude et les Pyrénées-Orientales : comment expliquer cette migration précoce ?

C’est avec précocité que les premiers vols de cigognes blanches ont été reportés dans les Pyrénées-Orientales et dans l’Aude en ce début août 2022. Faut-il y voir des dates exceptionnelles ? Oui, selon François Gallon, ornithologue au CerCaNature et responsable des migrations ponctuelles à Eyne.

« Cette année est exceptionnelle, nous avoir plein de surprises en termes de migrations ! » annonce François Gallon, responsable du spot de migration à Eyne. Et les surprises ont bel et bien commeinée. Témoins, les premières cigognes blanches diffusées à Perpignan et à Souanyas le 1euh Août

Une quarantaine d’oiseaux observés à Perpignan

Alors certes, des observations en juin et juillet en Cerdagne ont déjà été faites, 3 à 4 individus ou des cigognes isolées, que l’on nomme des erratiques. Mais cette fois-ci, le groupe est plus important, une quarantaine d’oiseaux observés à Perpignan.

Lire aussi :
Méditerranée – Sternes et gravelots, deux espèces d’oiseaux en danger : il est pourtant possible de voler à leur secours

« Et nos collèges du spot de Gruissan, premier centre national d’observation pour les oiseaux de mer et les cigognes, en ont déjà appris plus d’un millier, » ajoute François Gallon. « C‘est vraiment précoce et les ornithologues basés dans l’Aude ont été très surpris, puisqu’en général elles sont apparues après le 15 août et jusqu’en septembre. Quelques Ibis falcinelles sont égamente partis, ils ne sont pas plus tard à être rejoints par des Flamants roses.« Les conditions climatiques sont responsables de ces migrations précoces, mais pas untracement.

« Des Faucons qui migrent début octobre, sont déjà passés en juillet »

« Eventuellement, les incendies dans le sud les ont fait fuir de leur lieu de nidification, dans le Gard, en Camargue. Et à y être, les cigognes ont pris le chemin des migrations. Mais, si elles trouvent des milieux aquatiques encore actifs pour se nourrir de batraciens aux alentours de Perpignan, elles continueront leur halte. »

À lire également  Fortes précipitations dans l'Aude ce mardi après-midi : elles pourraient laisser tomber l'équivalent de deux mois de pluie en 24 heures dans certaines régions

Pour l’instant, aucune cigogne blanche n’a été vue au spot d’Eyne. En revanche, les ornithologues montagnards ont déjà vu des espèces qui se manifestent….fin septembre début octobre ! « J’ai observé trois Faucons kobez qui sont passés ensemble. Là efficace, on peut dire qu’il y a de la précocité ! J’ai également compté des Faucons hobereau qui migrent fin août. »

Lire aussi :
Bourg-Madame : des cigognes blanches font halte en montagne

La canicule et le manque d’eau ont généré moins de production de fruits et donc moins d’insectes

Un problème d’alimentation pour ces faucons insectivores ? « Assurément. Nous avons aussi un gros problème également avec les Hirondelles rustiques qui commencent à passer sur Eyne alors qu’elles partent en septembre. La consommation de petites mouches de fruits a été stoppée par l’utilisation d’insecticides. Mais egamente, la canicule et le manque d’eau ont generative moins de production de fruits et donc moins d’insectes. La migration est liée à la nourriture. Si celle-ci se fait rare, les oiseaux font rapidement des réserves pour partir. »

Lire aussi :
Sur les traces du grand tétras, une nuit à l’affût en montagne

L’ensemble des facteurs cumulés, météo, incendies et les solutions insecticides ont provoqué des passages migratoires précoces inédits et surprenants pour les ornithologues.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *