Aller au contenu
Accueil » Actualité » Décès de l’astronaute Walter Cunningham, le dernier survivant d’Apollo 7

Décès de l’astronaute Walter Cunningham, le dernier survivant d’Apollo 7

Walter Cunningham, pilote du module lunaire Apollo 7, le premier vol habité du programme Apollo de l’agence américaine, est décédé à l’âge de 90 ans. La NASA a décrit l’astronaute comme un « explorateur » plutôt que comme un pilote de chasse, un physicien et un entrepreneur.



Le vaisseau spatial de la mission Artemis I arrive sur la Lune.

Plus de

Cunningham est né le 16 mars 1932 à Creston, Iowa. Il a obtenu un diplôme avec mention en sciences humaines et en physique en 1960 et une maîtrise en sciences humaines avec mention en physique en 1961 à l’Université de Californie, Los Angeles. Il s’est engagé dans la marine en 1951 et a servi en service actif dans le corps des Marines des États-Unis, prenant sa retraite avec le grade de colonel, après avoir effectué 54 missions en tant que pilote de chasse de nuit en Corée.

Après avoir travaillé comme scientifique dans une société privée, il a été sélectionné comme astronaute en 1963, faisant partie de la troisième génération d’astronautes de la NASA.

Avant d’être affecté à l’équipage d’Apollo 7, Cunningham a fait partie de l’équipage central d’Apollo 2 jusqu’à son annulation et a été pilote de réserve pour le module lunaire d’Apollo 1.

Le 11 octobre 1968, Cunningham a piloté le vol de 11 jours d’Apollo 7, le premier essai habité du projet spatial Apollo. Avec Walter M. Schirra (commandant) et Donn F. Eisele, il a testé les manœuvres nécessaires à l’amarrage et au rendez-vous en orbite lunaire à l’aide de leur véhicule de lancement Saturn IB. L’équipage a réussi huit tests, note la NASA.

À lire également  19º à Budapest ou Dresde et 25º à Bilbao !

Le vol de 263 heures et de 7,2 millions de kilomètres s’est écrasé dans l’océan Atlantique le 22 octobre 1968. Walter M. Schirra est décédé en 2007 et Donn F. Eisele est décédé en 1987.

La dernière affectation de Cunningham à la NASA Johnson était celle de chef de la branche Skylab de la Direction des équipages de vol. Il a pris sa retraite de l’agence spatiale en 1971, où il continuera à diriger de multiples tâches techniques et financières.



« Sur Apollo 7, le premier lancement d’une mission Apollo habitée, Walt et ses coéquipiers ont marqué l’histoire, ouvrant la voie à la génération Artemis que nous voyons aujourd’hui », a rappelé Bill Nelson de la NASA.

« Au nom du Johnson Space Center de la NASA, nous sommes redevables à Walt pour les services qu’il a rendus à notre nation et pour son dévouement à l’avancement de l’exploration spatiale humaine », a déclaré Vanessa Wyche, directrice du centre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *