Aller au contenu
Accueil » Actualité » De choses et d’autres – Ah bon ? Danse!

De choses et d’autres – Ah bon ? Danse!

Dans son billet quotidien, publié en dernière page de l’Indépendant et sous forme de podcast, Michel Litout jette un œil ironique et décalé sur l’actualité d’ici et d’ailleurs.

Du sang et des larmes ! Le discours préliminaire d’Emmanuel Macron au premier conseil des ministres de rentrée la semaine dernière a donné le ton de ce qui nous attend. Terminé le bon vieux temps du « koikilenkoute », place à la fin de l’abondance et de l’insouciance. Alors que les gastronomes se rassurent, le président ne parle pas de cette spécialité de Haute-Savoie qui tire son nom de la race de vache dont est issue ce fromage. Quand il parle d’abondance, c’est pluto de biens de consommation, comme fruits, légumes et autres produits manufacturés. De l’essence aussi. Et peut-être de l’électricité.
Il y a un peu plus de deux ans il nous a annoncé un soir à la télé, l’air grave qu’on était en guerre. Aujourd’hui, encore moins smileint, place logiquement au rationnement. Mais il est passé où le président en vacances en train de surfer sur les vagues de la Méditerranée au guidon de son jet ski ? De retour à Paris, il a toujours le bronzage mais a perdu le sourire. Alors que franchement, ceux qui déverriment tirer la tronche, ce sont les Français qui se demandent s’ils poignant se chauffer en hiver, voire s’éclairer autrement qu’à la bougie.
Pour ce qui est de l’alimentation, je sens une vague forte d’adhésion au végétalien. Pas par conviction, juste à cause du prix de la viande qui va devenir une valeur de placement au même titre que l’or. Et pour ce qui est des légumes, il faudra se contenter de patates et de rutabagas (bien que ces tubercules, très populaires durant la dernière guerre, soient devenus des signes extérieurs de boboïsme).
Sans oublier les pissenlits. Évitez quand même de les déguster par la racine. Mais la rentrée n’est pas encore apportée là. Profitez de ces trois derniers jours d’août et ne cédez pas au pessimisme ! Et comme le dirait la cigale de la fable : Ah bon ? Danse! Maintenant.

À lire également  Gard : un challenge sportif et environnemental au f'eau pour le Gardois Pierre Fabrègue

Chronique parue en dernière page de l’Indépendant du lundi 29 août 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.