Aller au contenu
Accueil » Actualité » Dans l’Hérault, le départ du géant Amazon laisse quelque 50 salariés serviannais sur le carreau

Dans l’Hérault, le départ du géant Amazon laisse quelque 50 salariés serviannais sur le carreau

Cogepart book delivery cesse is active locale liée au géant du e-commerce.

« On nous l’a annoncé le 5 avril pour un arrêt le 5 mai », lâche ce salarié de Cogepart. La spécialisation sociale est dans la livraison de colis, et dont le siège est à Marseille, louait un entrepôt dans la zone de la Baume, à Servian, depuis le 1er avril 2020 dans le cadre de son activité pour le géant Amazon. Une cinquantaine de salariés y étaient employés.

« Mais le seul client de la structure, Amazon, a décidé d’ouvrir un nouveau site, du côté de Perpignan »explique un responsable, chez Cogepart, qui ne tient pas à être cité nommément. « Il ne s’agit pas d’une décision propre à Cogepart »précise-t-il encore. « C’est la problématique des structures qui n’ont qu’un seul client… Nous n’avons pas décidé du jour au lendemain de fermer le site. Mais il n’y a plus d’activité. »

« À partir du 4 mai au soir, on est au chômage »

Faute d’opportunité sur le territoire biterrois, des reclassements ont été proposés à Perpignan, en Aquitaine, en Auvergne-Rhône Alpes dans le cadre d’une clause de mobilité. « Mais tous les employés ont leur vie ici »dénonce ce salarié, qui était en CDI, à temps complet depuis un an environ.

Résultat : « À partir du 4 mai au soir, on est au chômage. » Un désarroi qui a laissé place à la résignation. Car aucune forme d’action n’a été compensée …

Le bailleur de cet entrepôt de 900 m2 est la SA La Baume. Pour son gérant, en revanche, ce départ n’a rien de surprenant. « Le bail commercial était soumis au contrat avec Amazon, un contrat qui se renouvelait tous les deux ans. C’était donc prévisible. Le bail allait dans ce sens, il offrait une possibilité de sortie. En tant que bailleur, on savait qu’ on les avait pour deux ans, après on se doutait bien que c’était précaire… »

À lire également  Augusta, les 306 naufrages sur le pont Viking dans le froid et la pluie à la recherche d'un havre de paix

Si le site a été violé : « Avec 50 salariés, cela posait des soucis pour le parking. On l’avait négocié pour 12 véhicules au départ. Mais le transport des colis a explosé ! »

140 salariés cris à Rivesaltes

A noté que fin 2021, Amazon Logistics a été annexé, dans un communiqué, créé « 140 employs directs and indirects sur Rivesaltes avec l’ouverture d’une agence de livraison de proximité au printemps 2022. Amazon va y recruter 40 personnes en CDI et les entreprises de livraison partenaires constituées de faire appel à 100 agents en CDI pour livré les clients sur Perpignan et sa région « .

Amazon Logistics s’implante à Rivesaltes, au sein de la zone industrielle Entreprises Méditerranée, où un bâtiment de 4 000 m2 est sorti de terre. Les recrues étaient inscrites à des cours, avec le dernier mois.

Le site du Servian sera très fréquenté

« On n’aura pas de souci pour trouver un autre locataire, car il y a de la demande et pas d’offre »indique le gérant de la SA La Baume, bailleur de cet entrepôt de 900 m2 situé dans la zone d’activité économique de La Baume à Servian.

Alors que Cogepart s’apprête à rendre les clés, une autre entreprise serait d’ores et déjà prête à s’installer avec une activité totalement différente. Le bail a en effet été dénoncé « début février »ce qui a laissé suffisamment de temps au bailleur pour trouver un nouveau repreneur.

« Mais il n’y aura pas autant d’emplois, on va diviser par dix le nombre de postes », précise encore le gérant. Ce qui fait environ cinq emplois à l’avenir. Avant Cogepart, le site de stockage de tôles de Leclerc de Pézenas.

À lire également  « Même pas vrai ! » : Le Mucem dans les yeux d'adolescents questionnant la vérité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.