Aller au contenu
Accueil » Actualité » Cristina Aleixendri : « La Russie et la Chine sont très intéressées par la fonte de l’Arctique pour ouvrir de nouvelles routes commerciales » | Economie

Cristina Aleixendri : « La Russie et la Chine sont très intéressées par la fonte de l’Arctique pour ouvrir de nouvelles routes commerciales » | Economie

Cristina Aleixendri (Barcelone, 31 ans), pratiquant une humilité si féminine qu’elle frise le syndrome de l’imposteur, affirme que dans son entreprise, Bound4blue, elle est une « bombera torera ». Par cette expression badine, cette ingénieure en aéronautique fait référence au fait qu’en plus d’être l’une des inventrices d’un système de propulsion durable pour les cargos qu’elle commercialise elle-même, elle lève des financements, conclut des accords avec des investisseurs, justifie des subventions publiques, représente son entreprise devant des organismes publics et privés, fait du marketing et parle à la presse qui, à cette occasion, s’intéresse à elle car elle vient de recevoir le Talgo Award for professional excellence for women in engineering : « Ces prix donnent des références aux filles pour qu’elles ne pensent pas qu’un ingénieur est un mécanicien couvert de graisse. C’est ce qui m’est arrivé quand j’étais enfant, quand je voulais étudier la médecine ».

Question. Pourquoi n’avez-vous pas fait de la médecine à la fin ?

Réponse. Ce qui m’a plu chez les médecins, c’est que j’ai toujours voulu travailler pour un but et je voyais sauver des vies comme un but très noble. Mais mon professeur de mathématiques, qui était ingénieur en informatique, m’a attrapé dans un couloir, m’a entraîné dans le bureau et m’a dit : « Je vois que tes yeux brillent quand tu es en physique et en mathématiques ». Nous avons donc passé en revue ingénierie par ingénierie et elle m’a expliqué ce que chacun pouvait faire pour avoir un impact sur le monde et, eh bien, elle m’a sauvé la vie parce que j’ai eu beaucoup de plaisir pendant les années de mon diplôme, hein ? (rires).

P. Expliquez-moi un peu votre notion du bon temps ?

R. Les mathématiciens font des modèles. Les physiciens les appliquent à un problème réel. Et puis nous, les ingénieurs, nous arrivons et nous détruisons tout parce que nous prenons les formules et nous disons, regardez, cela ne fonctionne pas pour moi, mais peut-être que cela fonctionne. Et au final, les avions volent, les fusées vont sur la lune et nous sauvons des vies en mettant en marche les mécanismes dans les hôpitaux. Faire des études d’ingénieur, c’est se réveiller chaque matin en sachant que vous avez de nombreux problèmes à résoudre et que vous allez découvrir comment le monde fonctionne. C’est passionnant.

À lire également  Placebo : "Ce n'est pas la fin du monde. Ce n'est que la fin de l'espèce humaine Musique

P. Pensez-vous que, de la même manière qu’autrefois les femmes étaient associées à ces professions « soignantes », comme les soins infirmiers ou la médecine, on pense aujourd’hui que nous sommes naturellement de bonnes gestionnaires et donc des « entrepreneurs » ?

R. Je pense qu’en général le mot entrepreneur est un peu, entre guillemets, prostitué. Il est très à la mode d’essayer d’être un entrepreneur alors qu’il existe de nombreuses façons de réussir professionnellement et d’avoir un impact sur le monde. Cela dit, mon secteur, le maritime, est très peu féminisé. Par exemple, environ 2% des marins sont des femmes et ce n’est que dans les pays nordiques qu’il y a une présence féminine de 20% dans le travail à terre.

Cristina Aleixendri, ingénieur de la société Bound4blue. Barbera del Valles, 20 décembre 2022.Albert Garcia

P. Vous voyagez beaucoup pour vendre votre projet, n’est-ce pas ?

R. Cette semaine, j’étais à Londres, à l’Organisation maritime internationale, qui est un organisme dépendant des Nations unies et qui élabore de nouvelles réglementations mondiales pour rendre le transport maritime plus durable. C’est très intéressant de montrer à tous les délégués de tous les pays une solution qui leur permet de se déplacer de manière moins polluante tout en restant rentable.

P. Et comment faites-vous ?

R. Avec une sorte de voile qui fonctionne exactement comme les ailes d’un avion, sauf qu’au lieu de retenir le navire dans l’air, elle le pousse. Il s’inspire d’un système créé pour le navire océanographique de Cousteau par Bertrand Charrier, qui travaille désormais aussi dans notre équipe. Nous avons amélioré sa technologie qui, lorsqu’elle a été créée, ne pouvait pas déplacer de grandes unités. Nous avons augmenté son efficacité aérodynamique de 30 %. Nous pouvons donc déplacer les navires marchands, qui ont le plus grand impact sur l’environnement, comme s’il s’agissait de voitures hybrides.

À lire également  Le nouveau champion du spot d'espoir Charlie Gibbs Fracture Zone demande une protection complète de la haute mer

P. Est-il possible d’envisager des navires marchands fonctionnant à 100 % à la voile ?

R. On pourrait argumenter. Christophe Colomb l’a fait. Aux premiers temps de la navigation, les navires marchands naviguaient. Mais les clients ne le demandent pas car ils devraient alors suivre les vents et toutes les routes ne seraient donc pas praticables. Avec ce système, lorsque vous avez un bon vent, par exemple dans l’Atlantique Nord, le Pacifique ou la Baltique, vous vous passez du moteur, ce qui réduit la consommation de carburant et les émissions.

P. Charrier n’était-il pas très impressionné par le fait que trois jeunes gens comme vous voulaient perpétuer son héritage ?

R. Je pense qu’il veut simplement voir comment son système est mis en œuvre. Lorsqu’il nous a rencontrés, il a simplement voulu apporter tout ce qu’il savait après plus de 15 ans à bord de la Calypso.

P. Un ingénieur aéronautique comme vous a peur de l’avion ?

R. Oui, plus vous en savez, plus c’est grave. Je monte dans un avion et je commence à regarder s’ils ont ouvert les volets ou à regarder les vitesses critiques. Mon professeur d’aviation avait l’habitude de dire que si vous tentez un atterrissage d’urgence une fois et que vous échouez, la deuxième fois, par probabilité, l’avion a un accident. Mais il est également vrai que lorsqu’il y a des turbulences, vous savez que l’avion est prêt à voler sans moteur et à planer et vous êtes beaucoup plus calme que les autres personnes.

P. Êtes-vous devenu riche grâce à ce projet ?

R. Je pense que je mène une vie formidable et je me considère comme très chanceuse car je voyage dans le monde entier et je rencontre des gens extraordinaires mais je vais rarement en première classe.J’ai eu beaucoup de chance de naître dans une famille qui travaille dur et qui a sacrifié beaucoup de choses pour nous donner la meilleure éducation possible. Lorsque j’ai perdu ma mère, je suis devenu indépendant et j’ai alors fait beaucoup de choses pour m’en sortir, de chercheur universitaire à tuteur privé. Alors quand j’ai commencé à gagner de l’argent, c’était très satisfaisant. Mais je n’ai pas de grand luxe : je vis dans un petit village à la périphérie de Barcelone, avec mon potager, mes poules, mes deux chiens, mes promenades dans les montagnes. Glovo n’y arrive pas, alors imaginez.

À lire également  Les nouveaux amis d'Aukus Morrison feront-ils pression sur lui sous la menace réelle de la crise climatique ? | Catherine Murphy

P. Et êtes-vous optimiste ou pessimiste quant aux défis de la durabilité auxquels le monde est confronté ?

R. Je pense que si tous les pays ne sont pas alignés pour le changement, cela va être très compliqué. Par exemple, la Russie et la Chine sont très désireuses de voir l’Arctique fondre pour pouvoir ouvrir de nouvelles routes commerciales, ce qui est une catastrophe. Technologiquement, nous le pouvons. Reste à savoir si les chercheurs parviendront à convaincre la moitié qui n’est mue que par l’égoïsme humain.

Lire sans limites

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *