Aller au contenu
Accueil » Actualité » Crise de l’énergie : Macron veut « aller deux fois plus vite » sur les renouvelables

Crise de l’énergie : Macron veut « aller deux fois plus vite » sur les renouvelables

Emmanuel Macron est venu jeudi 22 septembre à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) pour inaugurer le premier parc océanique français.

De New York à la Bretagne. Au lendemain de l’assemblée générale de l’Unu, largement marquée par la guerre en Ukraine et les nouvelles menaces de Poutine, Emmanuel Macron a annoncé jeudi une série de mesures pour accélérer le développement des énergies renouvelables en France.

L’ambition du président est claire : accélérer dans le domaine, alors que la crise énergétique notamment due au conflit entre Moscou et Kiev a créé une forte inflation. C’est en tout cas ce qu’il a affirmé à l’occasion de l’inauguration du premier parc éolien français en merau large de Saint-Nazaire, en affirmant qu’il voulait « aller deux fois plus vite » sur les renouvelables.

Près de 50 projets parc éoliens off-shore d’ici à 2050

Au cours de son allocution, Emmanuel Macron a ailleurs réaffirmé son objectif d’une cinquantaine de parcs éoliens off-shore d’ici à 2050 et une puissance solaire de 100 gigawatts.

En amont de la présentation, lundi en conseil des ministres, d’un projet de loi sur le sujet, le président de la République a souhaité que ce délai soit ramené à six ans, dans la moyenne des autres européens, contre 10 à 12 ans actuellement.

Lire aussi :
Éoliennes en mer Méditerranée : mirage ou avenir ?

En moyenne, ces projets aboutissent après cinq ans en raison des délais pour s’assurer du respect conjugué du droit de l’environnement, du droit public et du droit de l’énergie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.