Aller au contenu
Accueil » Actualité » Côte française : les premiers explorateurs qui ont inspiré les craintes britanniques à propos de l’Australie francophone Exploration

Côte française : les premiers explorateurs qui ont inspiré les craintes britanniques à propos de l’Australie francophone Exploration

De La Pérouse à Sydney à l’île française de Victoria et à la péninsule de Fleurieu en Australie-Méridionale, des traces des premières explorations françaises peuvent être trouvées sur le littoral du pays.

En fait, la familiarité de la France avec notre région était si grande qu’elle est devenue la première personne à imprimer une carte presque complète de la côte australienne en 1811, battant la Grande-Bretagne de trois ans. Mais pour quelques autres quêtes historiques, le francophone peut maintenant faire au moins partie de la nation.

La Victoria State Library possède un carnet de cartes dessiné pour la première fois par les Français au début des années 1800.  Ce sont les premières cartes imprimées à cartographier presque tout le continent australien
La Victoria State Library possède un carnet de cartes dessiné pour la première fois par les Français au début des années 1800. Ce sont les premières cartes imprimées à cartographier presque tout le continent australien. Photo : Christopher Hopkins / Le gardien

Cette carte, qui fait partie d’une vaste collection de livres français conservés à la Victoria State Library, a été montrée en privé à l’ambassadeur de France en Australie, Jean-Pierre Thébault.

Le rappel des liens profonds entre son pays et la terre venue d’Australie a ravi l’ambassadeur, féru d’histoire et collectionneur de livres rares.

Contrairement à de nombreux visiteurs officiels, « l’ambassadeur est instantanément inspiré », dit Des Cowley, bibliothécaire en chef de la histoire du livre à la bibliothèque, rappelant une visite « prudente et conversationnelle ».

La carte est le résultat du voyage de 1801-04 de l’explorateur Nicolas Baudin, sur une charte avec équipage sur une grande partie de la côte sud, aidant à déterminer que le continent est une seule île. Il comprend également la description de « La Terre Napoléon », qui comprend une grande partie de ce qui est maintenant Victoria et l’Australie du Sud.

Baudin
Portrait de Nicolas Baudin. 1799. Un explorateur français a gravi les échelons de la marine marchande et, à la grande déception de certains de ses officiers, s’est entraîné à garder les animaux et à ramasser des plantes en vie pendant le voyage. Photo : SLSA

Les explorateurs français ont été impliqués dans certaines parties du littoral du continent dans les années avant que la Grande-Bretagne n’établisse sa colonie condamnée.

À lire également  AUKUS Focus : les températures mondiales augmentent en raison de l'écart stratégique entre les États-Unis et la Chine

Les passes extérieures de la Grande Barrière de Corail bloquèrent le passage Louis-Antoine, comte de Bougainville, en juin 1768, deux ans avant que l’Endeavour du capitaine James Cook ne traverse la même zone et revendique la côte est pour la Grande-Bretagne.

En mars 1772, il y eut deux voyages en provenance de France de chaque côté du continent et, dans un cas, ils revendiquèrent expressément un territoire.

Marc-Joseph Marion Dufresne il a visité la Tasmanie et est resté brièvement avec les peuples autochtones, et au large de la côte nord-ouest, François de Saint-Alouarn enterrait deux bouteilles contenant des déclarations de proclamation sur l’île Dirk Hartog. Archéologues reçu une bouteille en 1998 – maintenant dans le WA Maritime Museum.

Lorsque la Première Flotte arrive à Botany Bay le 18 janvier 1788, elle est suivie six jours plus tard d’un navire sous le commandement de Jean François de Galaup, comte de Lapérouse.

Un jeune Corse du nom de Napoléon Bonaparte s’est enrôlé, mais n’a manqué que de participer à la tristement célèbre expédition d’exploration du Laperouse – les deux navires ont fait naufrage aux îles Salomon et l’équipage a perdu.

Mais peut-être que la charte de Baudin sur la côte sud, y compris sa rencontre avec son homologue anglais Matthew Flinders à Encounter Bay (aujourd’hui en Australie-Méridionale) est la plus spectaculaire.

À cette époque, les guerres napoléoniennes battaient leur plein en Europe, faisant craindre aux Britanniques que les voyages autour du monde ne menacent leur colonie jeune et relativement faible.

Danielle Clode, professeure agrégée de sciences humaines à l’université Flinders et autorité en matière d’exploration française dans le Pacifique, affirme que de nombreux Australiens se sont rendu compte qu’après 1788 « désormais, tout le continent appartenait à la Grande-Bretagne ».

À lire également  Une nouvelle base de données pour stimuler la conservation des oiseaux de mer

« Mais ce n’était pas le cas à l’époque – la demande de l’Angleterre pour l’Australie était très faible », dit-elle. « Les Français les rendaient très nerveux parce qu’ils continuaient d’explorer … alors ils craignaient toujours que les Français revendiquent une partie du pays. »

Illustration des plantes qui ont ramené le voyage de Baudin avec les émeus et le kangourou
Illustration des plantes qui ont ramené le voyage de Baudin avec des émeus et un kangourou lâchés dans le jardin de Joséphine à Malmaison. Le texte se lit comme suit : « Une meilleure compréhension de la Nouvelle-Hollande – des spécimens utiles transplantés en France. » Photo : Studio d’imagerie / Bibliothèque d’État de Victoria

Mais Clode dit que la France n’était pas « très motivée pour s’engager dans des activités coloniales » au moment de l’expédition de Baudin, ayant « eu une révolution pour y faire face ».

Au lieu de cela, le but principal du voyage était de cartographier le territoire, de recueillir des informations scientifiques et de collecter des spécimens de flore et de faune.

Baudin lui-même était un produit de la tourmente révolutionnaire, passant par la marine marchande contrairement au noble pedigree de nombreux officiers et même des scientifiques qui l’ont servi.

Comme le note Clode dans son livre Voyages to the South Seas, il était un collectionneur doué de spécimens, les ayant collectés en 1786 et 1792 en Inde et en Chine au service de l’archiduc François-Joseph d’Autriche.

Cependant, l’héritage de Baudin a été volontairement caché pendant de nombreuses années, notamment parce que Baudin aimait tant ceux qui ont écrit les récits du voyage, notamment le naturaliste François Peron, et l’a même négligé de le nommer dans ses publications.

À lire également  Jacinda Ardern rencontre le président américain Joe Biden lors d'une réunion à la Maison Blanche

Baudin meurt de la tuberculose à l’île Maurice en 1803, à l’âge de 49 ans, mais des milliers de pièces d’intérêt scientifique reviennent en France, certaines pour faire partie de la collection de l’empereur Joséphine.

Ceux-ci comprenaient des plantes vivantes ainsi que des kangourous, des émeus et des cygnes noirs que Baudin a ordonné de les protéger des marins et des cuisiniers affamés. Certains officiers ont perdu leurs cabines au profit de la ménagerie, pour leur donner une meilleure chance de survivre au long voyage. Malheureusement, « Les wombats » ne l’ont pas fait.

le wombat
Nicolas-Martin Petit et Charles Lesueur étaient membres du personnel du Géographe. Ils ont été parmi les premiers Européens à représenter la terre, les habitants, les animaux et les plantes de l’Australie-Méridionale. Lesueur ‘s’ Le Wombat’ a été esquissé sur King Island, en Tasmanie. Photo : Bibliothèque d’État SA

On ne sait pas si Baudin espérait pousser les demandes de la France pour un territoire plus énergique.

La véracité d’un commentaire attribué à Napoléon « que Baudin a bien fait de mourir, je veux le pendre » est toujours mise en doute alors qu’il revenait à contester les revendications britanniques.

Cependant, Flinders a écrit dans son récit de sa circoncision sur le continent qu’un des fonctionnaires de Baudin, Henri de Freycinet, a dit : vous j’ai trouvé la côte sud devant nous. « 

Bien que Baudin, comme les Anglais, s’affaire à nommer de nombreux endroits le long de la côte sans demander comment les propriétaires autochtones appellent leur demeure, il exprime des doutes quant à leur prise de possession.

Inscrivez-vous pour recevoir les meilleures histoires de Guardian Australia chaque matin

Dans une lettre au gouverneur Philip King à Sydney, avec qui il était ami, un explorateur français a écrit :

« Dans ma façon de penser, je n’ai jamais imaginé que les peuples d’Europe, au nom de leur gouvernement, eussent la justice ou même l’équité, une terre d’abord vue, où il y a des hommes qui y vivent qui n’ont pas gagné le titre de sauvages ou cannibales en toujours.

« [I]Il serait très glorieux pour votre nation, comme la mienne, de façonner les habitants de son propre pays qui a des droits pour la société, plutôt que d’essayer de s’occuper de l’amélioration de ceux qui en sont loin depuis le début. née. « 

Thébault dit que les Lumières reflètent une attitude caractéristique plus universelle.

Pour Clode, dont le travail est également présenté un documentaire diffusé sur SBS, les forums français peuvent aider à changer notre façon de penser notre histoire.

« Nous voyons généralement cela comme un mouvement inévitable vers où nous en sommes maintenant », dit-elle. « La chose intéressante est de voir à quoi cela pourrait ressembler, si les choses étaient un peu différentes. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.