Le niveau du beau bleu pourrait monter d’un demi-mètre d’ici la fin du siècle.

C’est une réalité. Au cours de la dernière décennie, le taux de montée des eaux a triplé. Selon le dernier rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), si rien n’est fait pour arrêter les causes du réchauffement climatique, le niveau du beau bleu pourrait monter de 50 centimètres d’ici 2100 Estimations supérieures au niveau du rapport publié par les mêmes experts en 2019.

Retraite du littoral

En cause, la fonte accélérée des glaces polaires et autres glaciers entraîne l’augmentation insurmontable des températures due à l’effet de serre. Un phénomène causé par l’utilisation de combustibles fossiles, dont la combustion libère d’énormes quantités de dioxyde de carbone (CO2 : un gaz à effet de serre) dans l’atmosphère terrestre. Le littoral du territoire de Thau n’échappe pas à cette hausse, et ce n’est pas le seul facteur de déclin côtier.

« A l’heure actuelle, on peut dire que, grâce aux études menées par le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières), les apports sédimentaires mesurés au littoral ne sont pas assez élevés », explique le vice-président Loïc Linarès ar Sam (Sète agglopôle Méditerranée), délégué à la transition écologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *