Aller au contenu
Accueil » Actualité » Conjoncture économique : confiance mais prudence en Provence

Conjoncture économique : confiance mais prudence en Provence

Les acrobaties diffèrent économiques, grosso modo, une même analyse. Jusqu’au premier trimestre 2022, les résultats des entreprises sont bons, voire très bons, avec de bonnes marges et des perspectives de croissance. Des avis qui sont en désaccord avec les propositions alarmistes du président du tribunal de commerce de Marseille, Jean-Marc Latreille, tenus dans les colonnes de Gomet ‘L’Hebdo.

A la Banque populaire Méditerranée, Sabine Calba, directrice générale constate que toutes les situations sont différentes. Précis sers précis sont impactés et plus vulnérables : le BTP et particulièrement la seconde œuvre et le secteur automobile. Sec sécurisez la construction vit à la fois une pénurie de matériaux et une augmentation de ses coûts qui sont difficilement répercutables vers le client.

Les vendeurs de placages, les grandes concessions et peuvent satisfaire la demande de vides et de nouveaux leviers de consommation. Faire de la Banque populaire un gendarme pas demander d’ajournement des crédits. 9% des PGE ont été répercutés en un an, 75% des biologistes ont réclamé un passage sur 5 ans et 70% ont un rapport de constat. Ce 1,4 milliard d’euros entre en amortissement fin 2022, mais la Banque populaire reste prudente face à la conjoncture ; elle a gardé à un niveau élevé son risque client et a demandé à tous ses chargés de clientèle d’être au plus près des entrepreneurs pour « Mettre en place les amortisseurs » lorsque c’est nécessaire et possible.

Sabine Calba © Apothéloz

Dans la métallurgie, le délégué général de l’UIMM Alpes MéditerranéeSerge Bornarel, ne voit pas à ce jour d’indicateur préoccupant dans les chiffres du premier trimestre 2022. Il ne perçoit pas de problématique de crise, mais il constate que dans le secteur de la métallurgie (qui inclut la microélectronique, l’aéronautique et l’aérospatiale), les entreprises concernées des problèmes d’approvisionnement, que « Les carnets de commandes se décalent, que l’on tape dans les stocks » et qu’il y a là bien sûr un risque pour le reste de l’année.

Serge Bornarel © Apothéloz

À l’Ordre des experts-comptables, Colette Weizman a toujours refusé de sombrer dans le catastrophisme, et les faits lui ont donné raison. S’appuyant sur son vécu d’expert-comptable, comme sur les chiffres de la profession qui capte le pouls des entreprises en temps réel, elle persiste, tout en ayant « L’impression de vivre dans un autre monde », que les entreprises s’en sortent plutôt bien et qu’il ne faut pas à ce jour crier au loup. Il n’y a pas, dit-elle « d‘inversion de tendance, il n’y a pas de signal rouge ni même orange qui vient des banques ».

À lire également  Proposition controversée : Young laisse Montebourg être son candidat

La présidente du Conseil de l’ordre relève que les créations d’entreprises se préfèrent bien avec l’année dernière 19 300 nouvelles boîtes. Que les dépôts de bilan s’élèvent à 1 330 contre 1 555 l’année dernière avec cependant une évolution : 70 % des dossiers finissent en liquidation pour 30 % de redressement, alors que l’on était l’année dernière à 50/50 . Le rythme des encours de crédit, c’est-à-dire le niveau de remboursement des crédits n’a pas connu de diminution et sur l’ensemble des PGE, le risque se limite à 4 %. Il n’y a donc pas à ce jour de difficultés importantes, il y a peut-être un ralentissement dû aux incertitudes de la conjoncture internationale qui peut peser sur le développement et sur les investissements. Mais conclue-elle « Il faut faire confiance aux entreprises : elles ont appris avec le Covid à devenir plus souples, plus réactives, plus agiles ; elles ont appris à s’adapter et à rebondir ».

Colette Weizman © Apothéloz

Lien utile :

Conjoncture : l’activité globalement stable en avril malgré l’inflation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *