Aller au contenu
Accueil » Actualité » Conférence de presse de la Cité de la culture « Vidéo Opéra Danse » : Un lieu d’échange

Conférence de presse de la Cité de la culture « Vidéo Opéra Danse » : Un lieu d’échange

A la fin du 2e édition du « Video Opera Dance Festival », organisé dans la salle de l’Opéra par la Cité de la culture, une rencontre s’est tenue entre journalistes et artistes italiens et tunisiens. Les participants s’expriment sur cette production de l’Opéra de Tunis, conçue en collaboration avec le Centre National du Cinéma et de l’Image et l’IICTunisi, mise en œuvre par le Centre Chorégraphique Tunisien.

13 films de danse au programme, tournés par des étudiants en cinéma. Principalement, ce festival est fait pour filmer une danse. Intention d’éclore à la suite du covid-19 et des restrictions qui se sont produites. Parce que les danseurs tunisiens ne pouvaient pas se déplacer facilement tout comme les chorégraphes italiens et belges, entre autres, en raison de problèmes de paperasse et de restrictions entre les pays, d’autres écrits sur les arts ont émergé.

L’échange, également présent sur le site, a été lancé par Syhem Belkhodja. Ce travail a été réalisé par Luca Bruni d’Oplas, un chorégraphe italien professionnel qui s’est étroitement impliqué pendant trois ans. Ainsi, des clips vidéo ont été réalisés pour un public présent du 11 au 14 novembre par la Cité de la culture. Étaient également présentes lors de l’échange Paola Sorressa, directrice de la Mandala Dance Company, et Patricia Salvatori, productrice de la E.Speremeneti dance Company.

La scène de la danse italienne a été lancée il y a plus de 6 mois. L’idée a été adoptée par l’Institut italien de la culture en Tunisie. Un partenariat s’est noué et un programme complet a été créé autour de la danse. Rencontre pluridisciplinaire : art numérique, danse et cinéma. Les danseurs participants explorent leur rapport au corps et à danser sur la scène de l’Opéra.

À lire également  Un tren de borrascas dejará lluvias abondants et généralisés pendant toute la semaine | Espagne

Le festival s’est déroulé autour du thème de la diversité, et d’un échange entre les deux nations, deux cultures complètement différentes qui se trouvent de part et d’autre de la Méditerranée. Ce pan existant n’a été consolidé qu’entre les deux pays, selon les déclarations des intervenants.

L’usage du numérique a supprimé les frontières et rendu les œuvres chorégraphiques accessibles sur le Web. Patricia Salvatori a affirmé qu’elle voyageait avec sa compagnie à travers le monde, non seulement dans le but de conquérir mais aussi pour offrir et acquérir une certaine connaissance de cet art visuel. Le partage d’expériences est toujours essentiel, dit-elle. Le numérique est considéré comme le dernier recours pour toucher un public plus large. Cependant, l’apparence réelle et l’interaction humaine sur scène et avec le public est toujours essentielle, et plus importante que le numérique, même à long terme. L’art vivant du spectacle vivant tel qu’il est présenté n’est pas près de disparaître aujourd’hui. Il leur reste encore de nombreuses années. Paola Sorressa a évoqué les méthodes numériques qui, selon elle, doivent être utilisées comme supports pour mettre en valeur l’œuvre mais elle ne peut pas réutiliser la place des arts de la scène. Le déclin total des arts ne peut se faire numériquement. Le numérique peut également être utilisé pour l’archivage.

Des artistes italiens participent à leur premier voyage professionnel à l’étranger dans le cadre de ce festival depuis la pandémie. Ils ont fait un bon premier arrêt en Tunisie. Les artistes expérimentent toujours en défrichant leur chemin et ne peuvent qu’enrichir leur chemin en Tunisie.

À lire également  Communauté urbaine de Perpignan : le vote jusqu'au bout de la nuit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.