Aller au contenu
Accueil » Actualité » Castres surprend : un musée dédié à Goya, un carillon de 1847 et un jardin Renaissance | El Viajero

Castres surprend : un musée dédié à Goya, un carillon de 1847 et un jardin Renaissance | El Viajero

Dans le sud de la France, à une heure de route de Toulouse et de Carcassonne, se trouve un ancien village médiéval niché dans la verdure du parc naturel régional du Haut Languedoc. Situé dans le département du Tarn, le village de Castres est une destination idéale pour une pause de deux ou trois jours loin du tourisme de masse. Berceau de la récente inauguration de la Musée Goyaest également la ville natale du populaire Jean Jaurès, l’un des premiers socialistes à avoir lutté pour le mouvement ouvrier. À l’offre artistique, culturelle et historique s’ajoute une gastronomie traditionnelle accompagnée de vins exceptionnels de la région et la possibilité de réaliser un nombre infini d’activités qui permettent au voyageur de s’imprégner de l’idiosyncrasie du pays français dans sa version la plus traditionnelle.

« La fantaisie, isolée de la raison, ne produit que des monstres impossibles ». Le génial peintre Francisco de Goya y Lucientes a posé cette réflexion sans savoir que, quelques siècles plus tard, tout près des forêts luxuriantes et légendaires de la Montagne Noire, Castres lui dédierait le musée Goya, la seule galerie d’art française consacrée à l’art hispanique après le Louvre. Au cœur de l’Occitanie, dans ce village surnommé « la petite Venise du Languedoc », les couleurs intenses des maisons posées sur l’Agout créent une carte postale poétique. C’est aussi le siège de l’une des équipes de rugby les plus célèbres et les plus titrées de France, le Castres Olympique, qui fait la fierté de tous ses voisins.

Nous ouvrons la bouche avec une exquise caprice de deux culturel : une immersion dans l’art hispanique de tous les temps. Inauguré en 1947 sous le nom de musée Goya, son réaménagement a permis d’améliorer l’accessibilité au public et d’enrichir la collection permanente du musée, qui compte plus de 5 000 œuvres, dont 1 500 espagnoles. Sa valeur artistique réside également dans le monument architectural qui l’abrite, un palais épiscopal du XVIIe siècle, auquel des travaux de restauration ont redonné sa splendeur d’antan. La galerie d’art expose trois tableaux de Goya et une collection presque complète de ses gravures, toutes données par la famille du collectionneur de Castres Marcel Brighiboul en 1894. Franchir les portes imposantes de ce palais baroque, c’est se laisser emporter par le talent et l’exception de l’art hispanique ; un voyage historique du Moyen Âge à nos jours, avec des artistes tels que Murillo, Velázquez, Pacheco, Ribera, Sorolla, Picasso, Miró et Tàpies, parmi tant d’autres. Lorsque le visiteur descend l’escalier qui mène à la salle Goya, dans la partie centrale du musée, le regard pénétrant du véritable peintre l’accueille depuis le mur du fond de la salle, où se trouve sa célèbre toile. Autoportrait. La collection est complétée par Le Conseil des Philippinesle plus grand tableau du peintre Fuendetodos, et le portrait de Francisco del MazoIl ne peignait pas ses mains car, dit-on, il considérait qu’il ne l’avait pas assez payé pour ce travail.

À lire également  Le nombre de jours d'été en Espagne est passé de 90 à 145 au cours des 50 dernières années.
Visiteurs devant le tableau « La Junta de Filipinas » de Goya, au musée dédié au peintre dans la ville française de Castres.Hemis / Alamy / CORDON PRESS

Pour continuer à découvrir la ville, quoi de mieux qu’une dégustation d’excellents vins locaux animée par l’œnologue Laurent Guerrero, dont les grands-parents sont espagnols, à l’adresse suivante La Cave de Laurentoù il est également possible d’acheter des vins de toutes les régions viticoles françaises. La grande particularité des vins gaulois, et ce qui les différencie des vins espagnols ou italiens, est que les vignes ne sont pas irriguées. Cela oblige leurs racines à s’enfoncer dans la terre jusqu’à 100 mètres de profondeur à la recherche de minéraux et d’eau, d’où des notes de dégustation inhabituelles où les touches d’herbes aromatiques, comme le thym ou le laurier, ou de minéraux sont très présentes.

Sommaire

Lettre d’information

Les meilleurs conseils de voyage, chaque semaine dans votre boîte de réception.

OBTENEZ-LES

Gastronomie et marchés

Une promenade en Gaule est toujours une occasion extraordinaire d’apprécier sa gastronomie sybaritique et savoureuse. Dans la vieille ville de Castres, la Crêperie Du Coin est l’endroit idéal pour déguster l’une des spécialités françaises par excellence : les crêpes. De plus, ses chefs expérimentés préparent une grande variété de crêpes sur place et de manière traditionnelle. galettessucrées et salées, et des salades à couper le souffle. Les plus gourmands peuvent choisir d’accompagner leur repas d’un cidre français, l’une des spécialités du restaurant.

Une autre option pour découvrir le cœur gastronomique de cette ville médiévale est de visiter l’un de ses marchés de rue variés. Tout au long de l’année, la place Jean Jaurès accueille un marché alimentaire où vous pourrez acheter des produits locaux à très bon prix (tous les jeudis, vendredis et samedis de 7h à 13h). Les amateurs de produits bio ont rendez-vous le jeudi de 15h à 19h30 à Noctambio, le marché aux puces de la place Pierre-Fabre. Une alternative pour les palais les plus raffinés est de flâner dans le marché aux puces le plus charismatique et le plus symbolique de la ville, le Marché au gras : un paradis pour les palais les plus exigeants. gourmand à foieset toutes sortes d’aliments dérivés du canard et de l’oie. Elle se tient uniquement de la mi-novembre à la mi-avril (Quai Tourcaudière, de 7h00 à 13h00).

À lire également  Escale à Sète : associations et professionnels s'associent dans une opération collective de nettoyage

Promenade le long de l’Agout et montée au clocher.

Lorsque le temps est clément, vous pouvez profiter d’activités telles qu’une promenade sur l’Agout à bord du bateau en bois. Le Miredamesqui simule les anciens bateaux qui naviguaient sur la rivière. La promenade commence dans le centre-ville et, après avoir traversé le pont du Miredames, le bateau remonte les rives verdoyantes de l’Agout jusqu’au Parc de la Gourjade, poumon vert de la ville conçu pour imiter la structure des grands parcs britanniques. Le retour est l’occasion d’observer de plus près les vieilles maisons en bois multicolores, principale marque de fabrique de Castres et de sa popularité. Ces bâtiments médiévaux, restaurés dans les années 1980, étaient le poumon économique de la ville, car ils étaient le siège d’une intense activité textile basée sur le tannage des cuirs et le tissage des toiles.

Bateau naviguant sur l'Agout dans la traversée de Castres.
Un bateau naviguant sur la rivière Agout lors de son passage à Castres.Hilke Maunder (Alamy / CORDON PRESS)

Et du milieu aquatique nous passons à la terre ferme pour découvrir l’un des joyaux architecturaux de la commune française : l’église gothique de Notre Dame de la Platé, déclarée monument historique en 1987 et récemment inaugurée après 20 ans de restauration. Malgré sa petite taille, l’église conserve un orgue datant de 1764. La seule partie restée intacte est le clocher, car il n’a pas été détruit pendant les guerres de religion. C’est précisément au sommet de cette tour que se cache l’un des trésors de Castres : un ancien clocher qui abrite 34 cloches qui n’ont jamais cessé de sonner depuis leur installation en 1847. L’élément le plus impressionnant est le carillon avec un clavier en bois de style flamand de 34 touches, une pour chaque cloche, qui est sonné par le populaire carillonnier de Castres Jean Pierre Carme avec ses propres poings tous les jours fériés et jours de marché. Avoir l’immense chance d’assister à une concert Le concert gratuit de carillon qui a lieu le premier dimanche de chaque mois à onze heures du matin est une expérience unique.

Une autre particularité de Castres est Le jardin de l’Évêchéest un jardin Renaissance dont le dessin de la fin du XVIIe siècle est attribué à André Le Nôtre, jardinier de Louis XIV et créateur des jardins de Versailles. Situé à l’arrière du palais épiscopal, emplacement de l’actuel musée Goya, il a le privilège d’être classé Jardin remarquable de France depuis 2004. Laissez-vous caresser par les doux rayons du soleil à la tombée de la nuit et déambulez parmi ses jeux de perspectives et ses broderies de buis pour une immersion dans le vrai Versailles. joie de vivre Français.

À lire également  Étudier Impact socio-économique du changement climatique en Tunisie : le coût colossal de l'action
Le Jardín de L’Évêch&#xE9 ;, un jardin Renaissance à l'arrière du palais épiscopal, Castres.
Le Jardin de L’Évêché, un jardin Renaissance à l’arrière du Palais épiscopal de Castres.Hemis / Alamy / CORDON PRESS

Excursions et randonnées

Une troisième journée dans la petite Venise du Languedoc est idéale pour découvrir les environs et mieux connaître le Tarn. Avec Castres comme camp de base, de nombreux itinéraires sont possibles en fonction des goûts et des intérêts de chaque voyageur. Voici trois suggestions.

  • Le massif du Sidobre. Appelé aussi granit du Tarn ou granit argenté, le granit de ces carrières mystérieuses et légendaires est le matériau utilisé dans toute la région et dans une grande partie de la France pour la conception du mobilier urbain. Cette île de granit est l’une des plus grandes carrières d’Europe. A cinq minutes en voiture de Castres, cette merveille géologique est une sorte de pays des merveilles sculpté par de gigantesques boules de pierre et des rochers aux formes inexplicables qui semblent avoir été moulés par la main d’un géant. Personne ne connaît avec certitude l’origine de ce paysage qui échappe aux lois de la nature.
Randonneurs sur le Roc de l'Oie, dans le massif du Sidobre.
Randonneurs sur le Roc de l’Oie, dans le massif du Sidobre.Vijorovic
  • Albí, la Ville Rouge. Un autre musée emblématique du pays voisin, le Musée Toulouse-LautrecLa capitale du Tarn se trouve à environ 40 kilomètres au nord de Castres. Cette ville monumentale est classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2010. Son architecture unique aux tons rougeâtres, sa cathédrale, ses ponts, ses palais et ses moulins à vent surprennent les habitants et les étrangers par leurs différentes gammes de couleurs qui changent en fonction de l’heure de la journée. La ville natale de Toulouse-Lautrec est une option très appétissante pour une visite depuis la ville voisine de Castres.
  • Pour parfaire cette aventure en terre occitane, une suggestion hors des sentiers battus serait une randonnée dans la Montagne Noire. Nommée ainsi en raison de la teinte sombre des feuilles de ses arbres feuillus en hiver, la laine utilisée dans les usines textiles de Castres provenait autrefois de cette chaîne de montagnes légendaire et mystérieuse. Les plus aventureux et les plus sportifs seront largement récompensés de leurs efforts lorsqu’ils atteindront son point culminant, le Pic de Nore (1 211 mètres), qui offre une vue panoramique époustouflante à 360 degrés sur les Pyrénées et la mer Méditerranée.

Abonnez-vous ici au Lettre d’information El Viajero et trouvez l’inspiration pour vos prochains voyages dans nos comptes sur Facebook, Twitter e Instagram.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *