Sa famille, ses amis, ses anciens collègues, ses compagnons de route. Ils étaient nombreux à se réunir vendredi 19 novembre au cimetière de St Pierre pour témoigner leur affection à Benard Morel, décédé la semaine précédente à l’âge de 75 ans. La cérémonie des obsèques a été à l’image de l’homme : simple et pratique avec une série de discours d’anonymes qui ont partagé leur vie avec l’économiste et homme politique marseillais. Pierre-Paul Zalio (directeur de l’École normale supérieure de Paris Saclay), Michel Vauzelle (ancien ministre de la Justice et président de la région Provence Alpes Côte d’Azur), Sophie Bouffier (directrice de la Maison Méditerranéenne des Sciences). Maryline Crivello (vice-présidente de l’université d’Aix Marseille) ou encore Jean-Benoît Zimmermann (Paris Dauphine et directeur de recherche au CNRS) a pensé aux qualifications professionnelles et académiques mais aussi et surtout à la grande humanité de Bernard Morel : un homme à la à la fois brillant et humble, ambitieux et chaleureux.

« Ce qui est caractéristique de son attitude envers le monde, envers les hommes et les femmes, en somme, c’est la moralité»Résumé de Pierre-Paul Zalio (lire sa recommandation complète en bas de l’article). Pour Michel Vauzelle, Bernard avait « art et méthode… jamais comme expression d’orgueil ou de vanité, il s’exprimait dans le respect de l’autre. Son fils, Antonin, lit les secrets de son père parti à l’aventure en Palestine à l’âge de 17 ans, plein de rêves et de la volonté de soumettre le monde. Une présence mondiale a également été rappelée par sa voisine du quartier d’Endoume où Bernard, malgré l’accouchement et la maladie, est resté un ami attentionné qui voulait survivre.

Michel Vauzelle prend la parole aux obsèques de Bernard Morel le vendredi 19 novembre 2021 (Crédit Gomet’/JFE)

Dans la salle se trouvent de nombreuses personnalités, notamment des amis politiques, comme les adjoints au maire de Marseille, Joël Canicave, Eric Semerdjian, Aïcha Sif, ou encore la maire des 1er et 7e arrondissements, Sophie Camard. D’anciens collègues de la Région, des décideurs publics, de nombreux universitaires (Philippe Langevin, Jacques Boulesteix), des acteurs de la société civile et culturels comme l’architecte Corinne Vezzoni ou le directeur du Mucem Jean-François Chougnet étaient également présents. Myriame, épouse de Bernard Morel, est historienne, commissaire et commissaire d’exposition.

Avant cette cérémonie, de nombreuses réponses ont été inspirées par le décès de Bernard Morel, l’un des partenaires de Gomet

. Des personnalités et élus de gauche et de droite, du maire de Marseille Benoît Payan à Renaud Muselier, président de la région Provence Alpes Côte d’Azur, en passant par Laure-Agnès Caradec, présidente d’Euroméditerranée ou encore Sophie Camard, ont accueilli un homme de conviction. et dialoguer. Benoît Payan revient donc sur le parcours de Bernard Morel et son engagement à Marseille : « C’est dommage que j’aie appris le départ de Bernard Morel, un brillant économiste qui a passé une grande partie de sa vie politique à Marseille et son territoire. Fort d’un engagement et d’une détermination sans faille, il passe 2012 à la vice-présidence de l’économie du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur. Le conseiller municipal rappelle également que «Grâce à sa fine connaissance et sa vision des enjeux marseillais, ce gaucher a été un brillant président de l’établissement public d’aménagement Euroméditerranée en 2014, après avoir été conseiller municipal du premier secteur de la ville de 2008 à 2014. « Quant au maire de Marseille, c’est «un parcours et une occupation exceptionnels distingués par le titre de Chevalier de l’Ordre des Palmes Académiques.

»

Un homme très intelligent, passionné par l’action publique et le bien commun

Renaud MuselierL’ancien président d’Euroméditerranée Renaud Muselier, comme Bernard Morel, mais deuxième opposant sur la scène politique, se félicite «souvenir d’un homme très intelligent, passionné par l’action publique et le bien commun.« Même sentiment que Laure-Agnès Caradec, l’actuelle présidente de l’établissement public de l’urbanisme. Le CD sélectionné met en avant la qualité humaine de Bernard Morel : «Je lui ai succédé à la présidence de Euroméditerranéeet il a toujours respecté sa courtoisie. »Daniel Sperling, ancien conseiller régional et actuel conseiller municipal de l’opposition à Marseille, résume l’équilibre qui caractérise Bernard Morel : «Je dirais à quel point Bernard… était intelligent, ouvert et humain. Il a su défendre ses valeurs… sans concessions mais avec équilibre… Dans ce monde politique très complexe il a défendu le besoin fondamental… Sa vérité alliée à la sincérité…

»Gaucher, ce versant du paysage politique a connu les réactions les plus nombreuses. L’élu écologiste à la mairie de Marseille montre Sébastien Barles «humain, visuel, curieux et en quête de créativité et d’innovation sociale.Sophie Camard se souvient avoir bien travaillé en Région (elle faisait partie de la majorité de Michel Vauzelle avec le groupe EELV). Confirme que dans le 7e arrondissement, l’ancien vice-président régional à l’économie, qui habitait au-dessus du vallon des Auffes, «J’étais tellement content du changement politique. » Et l’élu Marseille Printemps de confirmer : « La torche est allumée, Bernard !« . L’ancienne ministre socialiste Marie-Arlette Carlotti se retient «lequelUn homme politique engagé pour le développement économique de Marseille. Même témoignage de l’ancienne candidate socialiste Annie Levy Mozziconacci : «C’était un homme dévoué à son territoire» Le président de l’association se penche sur Innovons pour Marseille. Aldo Bianchi, animateur de la commission paritaire de Marseille et moi parlons « [nous] d’un amibeaucoup aidé.

»

Un grand monsieur dont la compagnie était toujours une joie

Amiraty chrétienChristian Amiraty, le divers aile gauche de Gignac-la-Nerthe, réagit vivement : «Grand esprit, humilité constante et je ne peux plus revoir Bernard sans voir ce sourire toujours accroché à son visage. Un grand monsieur dont la compagnie était toujours une joie. »Le communiste Alain Hayot, sociologue et universitaire, ancien vice-président de la Région, dirige la culture dans l’ancienne majorité : «J’ai une longue histoire d’association avec Bernard, à la fois académique et politique, faite de solidarité et parfois de désaccord qui ne mettait pas en doute notre amitié. »Stéphane salue Mari, une ancienne conseillère municipale socialiste «un humaniste et un intellectuel qui a su se mettre au milieu des gens les plus horribles. »La députée européenne Sylvie Brunet,« Cela nous est simplement venu à l’esprit à ce moment-là.Le député En marche Saïd Ahamada s’exprime également «le politicien humain, brillant et le politicien bien informé »

qui, dit-il, a fonctionné.

Carte Commémorative Bernard Morel (crédit DR)L’ancien PDG d’Euroméditerranée François Jalinot montre son appréciation de son ancien président et conseil d’administration. «Informateur majeur et figure culturelle, il a largement contribué au développement de ce projet d’intérêt national par son sens du dialogue avec toutes les composantes de notre Conseil. »revient sur M. Jalinot, qui a dirigé l’établissement public de développement de 2004 à 2017. Le monde des affaires reconnaît la contribution de Bernard Morel, notamment lorsqu’il était en charge de la politique économique. Alors Jean-Michel Sibue (A plus Finance) confirme «avoir de la peine. C’était un homme courtois, de gauche, pas moi, qui connaissait bien les enjeux du développement économique par le financement des PME, et en tant que vice-président, il a soutenu l’investissement de la Région dans mon fonds.

»Le monde académique n’est pas en reste. Avant tout, Bernard Morel était professeur universitaire émérite et professeur. Le président Eric Berton et la communauté Aix Marseulle Université saluent « homme condamné, humain et engagé« EDS « [notre] J’ai travaillé dur pour le développer Université. »« Son humanité, son dévouement resteront dans la mémoire de ceux qui ont travaillé avec lui.»Confirme ses anciens collègues de la Maison Méditerranéenne des Sciences Humaines (MMSH), dirigée par Bernard Morel. Ainsi Brigitte Martin (directrice de l’école française de Rome, Robert Ilbert fondateur de la MMMSH Aix-en-Provence) et de l’Institut méditerranéen de recherches avancées (IMéRA Marseille) et Sophie Bouffier, l’actuelle directrice, représentent l’humanité et l’enthousiasme de Bernard Morel a «il restera dans la mémoire de ceux qui l’ont connu.L’ancien président de l’AMU Yvon Berland rend également hommage à : «Bernard était un universitaire de grande qualité qui a beaucoup contribué à la Maison Méditerranéenne des Sciences Humaines et à l’Université Aix Marseille.« L’ancien président de Provence Université Marc Pena note la « beaucoup de souvenirs communs et de combats !

»Vincent Geisser, chercheur à l’Iremam, l’Institut de recherche et d’étude de la vie arabe et musulmane d’Aix-en-Provence, témoigne de l’amour de Bernard Morel pour la Méditerranée et la Tunisie où il aimait passer ses vacances dans sa maison de Zarzis. « Ses livres sont toujours co-écrits avec Philippe Sanmarco dans ma bibliothèque qui me tient à cœur. Paix à son âme pour cet amoureux de la Méditerranée et de la Tunisie.» Tahar Rahmani, une autre personne dédiée à la Méditerranée à travers de nombreuses associations, partage également son ressenti : « Il a été un compagnon d’armes pendant de nombreuses années et nous avons beaucoup partagé ensemble… .et parfois des divergences d’opinion. Dieu le garde.

»

Nous avons partagé des préoccupations de recherche, des débats politiques, mais aussi des rires, de la bonne bouffe et des bons vins.

Jean-Benoît ZimmermanMichel Peraldi, intellectuel et autre connaisseur du territoire, se présente «grand homme.» «Son analyse du « système portuaire industriel marseillais » est l’un des travaux les plus pertinents et les plus perspicaces sur l’évolution de l’économie marseillaise. J’ai appris à bien le connaître à la MMSH, j’ai apprécié son intelligence et son humour, il n’en manquait pas, même s’il était parfois impoli et exigeant dans les débats.

»Enfin, Jean-Benoît Zimmerman, collègue et ami de Bernard, témoigne de sa relation professionnelle mais surtout : «Bernard était un grand ami, ainsi qu’un collègue et co-auteur. Nous avons partagé des préoccupations de recherche, des débats politiques, mais aussi des rires, de la bonne bouffe et des bons vins. Bonjour Bernard, vous garderez une grande place dans ma mémoire. Rien ni personne ne peut remplacer la richesse que vous nous avez donnée. Pensée profonde et amitié émue pour Myriame et Antonin. Bernard était vraiment quelqu’un de bien !

» Repose en paix Bernard.

Connecter les gens, résoudre les espaces…

Liens utiles: [Carnet] >
Nous n’oublierons pas Bernard Morel
> Bernard Morel : « un modèle de persévérance et d’intégrité » par Corinne Vezzoni
> Jacques Boulesteix : « Les traces profondes de Bernard Morel » [Carnet] >
Bernard Morel : un économiste dédié à la ville [Tribune] >


Bernard Morel : Pour une économie d’intérêt général, vive le Plan !

Extraits et témoignages tirés de messages postés sur Internet et les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *