Aller au contenu
Accueil » Actualité » Biterrois : La Domitienne encourage ses habitants à un tri poussée pour être plus vertueux

Biterrois : La Domitienne encourage ses habitants à un tri poussée pour être plus vertueux

Le président de la communauté de communes La Domitienne, Alain Caralp, a fait un point sur les dossiers en cours, dossiers structurants pour son territoire.

Quels sont les gros dossiers sur le bureau de La Domitienne cet automne ?

Nous travaillons sur l’extension des consignations de tri avec une phase de communication à destination de la population. Un guide des déchets a été distribué. Celui-ci est généré par la création du pôle des trois sur Saint-Thibéry, porté par le Sictom de Pézenas, qui concernera la moitié de la population de l’Hérault englobant celle de sept agglos : Béziers Méditerranée, Hérault Méditerranée, centre Hérault, Grand Orb, Sud Hérault et La Domitienne. Nous aurions bien trier tous les plastiques en espérant de moins en moins de volumes interrés qui sont touchés par la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP).

Les projections fiscales nous indiquent que les ordures sont entrées que nous payons 27 € la tonne seront à plus de 60 € la tonne d’ici la fin du mandat. Nos coûts structurels s’étendent sans compter le contexte actuel. La taxe sur les déchets à pris 33% en trois ans. Et pourtant les tonnages augmentent. D’où l’importance que nos habitants deviennent plus vertueux avec un tri le plus poussé possible.

Est-ce que cela devient plus compliqué pour les habitants ?

Non au contraire, nous avons simplifié. Les poubelles restent les mêmes. Tous les emballages vont dans la jaune. Finies les questions sur le pot de yaourt, le film alimentaire ou les capsules de café. Tous ces emballages* sans distinction vont dans le bac jaune. Notre phase de communication actuelle, pour préparer janvier 2023, doit aider la population à s’y retrouver.

À lire également  Potau t'auau Pollution à Tautavel pendant deux mois : la plainte des associations classées sans suite

Animations pédagogiques pour les écoles

Notre communauté de communes met également à disposition des habitants des composteurs ou des lombricomposteurs et prête des broyeurs à déchets verts, pour éviter les déplacements à la déchèterie. Des ateliers sont aussi organisés dans toutes les écoles du territoire et un pédagogique des animations a également été produit. Et nous travaillons déjà à un projet de ressourcerie et à un autre concernant les déchets fermentescibles.

C’est-à-dire ?

Les fermentescibles sont les déchets composés exclusivement de matière organique biodégradable. Ils sont susceptibles d’être traités par compostage ou méthanisation. En 2025, nous aurons obligation de les traiter. C’est l’opportunité d’un centre pour notre territoire. Nous y travaillons.

Genvia, formidable opportunité

« Genvia est une formidable opportunité pour le Biterroisa commenté Alain Caralp, président de La Domitienne. Nous avons des étoiles dans les yeux face à ce projet et à la perspective de 600 emplois directs sur la Giga Factory. Les enjeux sont forts en termes de foncier, de formation et de logement. On pourrait imaginer la formation plutôt pour les agglos, les communautés de communes, dont la nôtre, pour l’habitat. »

Présente au lancement d’Eden (écosystème durable et énergies naturelles), une « Silicon Valley » à la Biterroise en octobre, Carole Delga, la présidente de la Région avait évoqué la demande faite à l’Etat de « sanctuariser le foncier nécessaire à ce développement de l’énergie décarbonée pour ne pas impacter la réserve foncière régionale ».

Alain Caralp est à l’unisson ; la Domitienne a par ailleurs prévue dans son Schéma de cohérence territoriale (ÉCOSSAIS), et au-delà, 106 ha pour l’habitat et 57 ha dédiés à l’économie, portés à 67 puisque des propriétaires de parcelles adjacentes aux Zones économiques (Viargues et Via Europa) sont favorables à la vente.

À lire également  Le salut d'Erdogan au rouage sorpresa de Boris Johnson: la curiosa reazione del premier britannico

La ressourcerie, nous y travaillons aussi. Il y en a un à Bédarieux et un à Lodève. Elle doit encourager le réemploi. Je ne sais pas si nous y gagnerons de l’argent, en tout cas nous serons vertueux. Il faut là aussi prévoir de travailler en synergie. Une enquête est en cours auprès de la population. Elle peut y répondre de chez elle en format numérique ou venir la chercher en format papier.

D’autres dossiers en cours ?

Nous avons lancé une politique alimentaire territoriale (Pat). Nous avons posé un diagnostic, pour savoir notamment où sont les friches. Et nous avons un projet de cuisine centrale, sauf pour Cazouls qui a déjà la sienne. Toutes les autres communes sont en marché public avec des clauses de révision qui sont habituellement de 5 à 6 % et qui dépassent là 11 %.

L’idée pour nous est d’être dans la proximité et une filière qui pourrait alimenter la cuisine. Cela permettrait la création d’emplois non délocalisables et la lutte contre les terres agricoles dangereuses. Certaines se vendent aujourd’hui à des prix astronomiques. Tout ceci à l’horizon 2030.

Nous sommes également engagés dans une démarche Cit’ergie, un programme de management et de labellisation qui récompense les collectivités pour la mise en œuvre d’une politique climat-air-énergie ambitieuse. Nous avons deux étoiles, il y a cinq marches à graver. On ne peut pas changer le territoire sans avoir un regard critique sur l’institution. Nous venons d’être audités. Sur trois ans, nous nous sommes engagés à une meilleure accessibilité. Tous les services vont être accessibles pour les personnes malentendantes, aveugles ou sourdes. Il faut penser notre travail et à qui on s’adresse. C’est une démarche progressive.

À lire également  La startup dello shampooing solido e solidale
Emballages du bac jaune : bouteilles (hors verre), flacons et bidons en plastique, paquet de chips, sacs plastiques, emballage de pack, tube de dentifrice, pot de yaourt, barquette de viande, boîte d’œufs, pot de fromage blanc, gourde de compote, blisters, papier film, les emballages en métal y compris les capsules de café, les tablettes de médicaments vides, le papier de aluminium, les couvercles, les opercules, les capsules de bière, les bouchons et les paquets de café, les emballages cartonnés. Attention, ne pas imbriquer les déchets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *