Aller au contenu
Accueil » Actualité » Bastion de l’Europe : des millions dépensés en technologie de qualité militaire pour dissuader les réfugiés l’Union européenne

Bastion de l’Europe : des millions dépensés en technologie de qualité militaire pour dissuader les réfugiés l’Union européenne

F.Des drones de qualité militaire aux systèmes de capteurs et à la technologie expérimentale, l’UE et ses membres ont dépensé des centaines de millions d’euros au cours de la dernière décennie dans des technologies permettant de suivre et d’évacuer les réfugiés à ses frontières.

La frontière de la Pologne avec la Biélorussie devient la dernière ligne de front pour cette technologie, le pays ayant approuvé le mois dernier balla 350 millions d’euros (300 millions de livres sterling) avec des caméras avancées et des capteurs de mouvement.

The Guardian a cartographié le retour sur investissement de l’UE : un mur numérique sur les frontières dures de la mer, des forêts et des montagnes, et un terrain de jeu technologique pour les entreprises militaires et de haute technologie remplaçant les produits pour de nouveaux marchés.

Une carte de l’Europe montrant les différents types de technologies qui opèrent aux frontières

L’UE est au cœur de la poussée pour utiliser la technologie à ses frontières, qu’elle soit achetée par la force frontalière de l’UE, Frontex, ou financée pour les États membres via des sources de l’UE, telles que son fonds de sécurité intérieure ou Horizon 2020, un projet visant à stimuler l’innovation.

En 2018, l’UE a prédit un marché européen de la sécurité il passerait à 128 milliards d’euros (£ 108 milliards) d’ici 2020. Les bénéficiaires sont des entreprises d’armement et de haute technologie qui ont poursuivi l’UE en justice, soulevant des inquiétudes de campagne et des députés européens.

« En fait, rien de tout cela n’empêche les gens de traverser ; Les drones et les hélicoptères n’empêchent pas les gens de traverser, vous ne voyez que des gens emprunter des itinéraires plus risqués », explique Jack Sapoch, ancien membre du Border Violence Surveillance Network. « C’est une histoire qui est si longue que, à mesure que la sécurité augmente sur une partie de la frontière, les mouvements augmentent aussi dans d’autres. »

Petra Molnar, qui dirige le moniteur de migration et de technologie au Refugee Law Lab, a déclaré que l’UE faisait confiance à ces entreprises pour développer des « idées de lièvre » en technologie à utiliser à ses frontières.

« Ils comptent sur le secteur privé pour créer ces jouets pour eux. Mais il y a peu de réglementation », dit-elle. « Une sorte de frère a une journée technique avec ça. »

« Pour moi, ce qui est vraiment triste, c’est que presque tout cet argent est dépensé dans des camps, des pièces jointes, de la surveillance, des drones. »

Surveillance aérienne

Icône de drone

Les réfugiés et les migrants cherchant à entrer dans l’UE sont vus par voie terrestre ou maritime depuis les airs. Les agents des frontières utilisent des drones et des hélicoptères dans les Balkans, et la Grèce a un espace aérien à sa frontière avec la Turquie. L’outil le plus cher est le drone Heron à longue portée opérant à travers la Méditerranée.

L’année dernière, Frontex a attribué un contrat de 100 millions d’euros (91 millions de livres sterling) aux drones Heron et Hermes fabriqués par deux sociétés militaires israéliennes, toutes deux utilisées par l’armée israélienne dans la bande de Gaza. Capable de voler pendant plus de 30 heures et à une altitude de 10 000 mètres (30 000 pieds), le faisceau alimente les drones en temps quasi réel jusqu’au siège de Frontex à Varsovie.

Les missions proviennent principalement de Malte, se concentrant sur la zone de recherche et de sauvetage libyenne – où les garde-côtes libyens effectueront des « supports de remorquage » lorsque les forces de l’UE les alertent sur des bateaux se dirigeant vers la traversée de la Méditerranée.

Illustration montrant la trajectoire de vol d’un drone lancé depuis Malte pour localiser les bateaux de réfugiés au départ de la Libye

L’eurodéputée allemande Özlem Demirel fait campagne contre l’utilisation par l’UE de drones et de liens avec des sociétés d’armement, qui, selon elle, ont fait de la migration un problème de sécurité.

« L’industrie de l’armement dit : ‘C’est une question de sécurité, alors achetez mes armes, achetez mes drones, achetez mon système de surveillance' », explique Demirel.

« L’UE parle toujours de valeurs comme les droits de l’homme, [speaking out] contre les violations mais… semaine après semaine, nous voyons plus de personnes mourir et nous devons nous demander si l’UE enfreint ses valeurs », dit-elle.

Capteurs et caméras

Capteurs et caméras

Les moyens aériens de l’UE au sol sont équipés de capteurs et de caméras spécialisés utilisés par les autorités frontalières à travers l’Europe pour voir les mouvements et cacher les personnes. Ils comprennent des radars mobiles et des caméras thermiques montés sur des véhicules, ainsi que des détecteurs de fréquence cardiaque et des moniteurs de CO2 utilisés pour détecter les signaux des personnes cachées à l’intérieur des véhicules.

La Grèce utilise des caméras thermiques et des capteurs le long de sa frontière terrestre avec la Turquie, surveillant les flux des centres d’opérations, comme à Nea Vyssa, à proximité de la réunion frontalière grecque, turque et bulgare. Sur le même tronçon, en juin, la Grèce a déployé un véhicule arme à feu Des explosions « sourdes » allant jusqu’à 162 décibels pour forcer les gens à revenir.

La Pologne espère imiter la Grèce en réponse à la crise à sa frontière avec la Biélorussie. En octobre, son parlement a approuvé un mur de 350 millions d’euros qui étendra la moitié de la frontière et atteindre jusqu’à 5,5 mètres (18 pieds), équipé de détecteurs de mouvement et de caméras thermiques.

Salle de contrôle avec 11 moniteurs et 30 caméras pour la surveillance le long de la rivière Evros à Nea Vyssa, Grèce.
Salle de contrôle avec 11 moniteurs et 30 caméras pour la surveillance le long de la rivière Evros à Nea Vyssa, Grèce. Photo : Byron Smith / Getty Images

Centres de surveillance

Centres de surveillance

En septembre, la Grèce a ouvert un camp de réfugiés sur l’île de Samos, qui est décrit comme une prison. L’installation de 38 millions d’euros (32 millions de livres sterling) pour 3 000 demandeurs d’asile est clôturée de qualité militaire et CCTV pour suivre les déplacements des personnes. L’accès est contrôlé par les empreintes digitales, les tourbillons et les rayons X. Le camp est surveillé par une société de sécurité privée et 50 agents en uniforme. C’est le premier des cinq prévus par la Grèce ; deux autres ont ouvert en novembre.

Dans le même temps, la Grèce a ouvert un nouveau centre de surveillance à Samos, qui peut visionner les flux vidéo des 35 camps de réfugiés du pays à partir d’un mur d’écrans. La Grèce prétend qu’un logiciel « intelligent » aide à informer les camps des urgences.

Intelligence artificielle

Son cerveau

L’UE a dépensé 4,5 millions d’euros (3,8 millions de livres sterling) pour un essai de trois ans de faux détecteurs basés sur le renseignement en Grèce, en Hongrie et en Lettonie. Une machine scanne les expressions faciales des réfugiés et des migrants tout en répondant aux questions qu’elle pose, en déterminant s’ils ont menti et en transmettant l’information à un agent des frontières.

Le dernier essai s’est terminé fin 2019 et a été considéré comme un succès par l’UE, mais a été pseudonymisé par des universitaires, arguant que les « micro-expressions » des analyses logicielles ne peuvent pas être utilisées de manière fiable pour évaluer la forme physique d’une personne. Un le logiciel fait l’objet d’une action en justice portée par l’eurodéputé Patrick Breyer devant la Cour de justice européenne à Luxembourg, arguant qu’une telle technologie devrait être soumise à un examen plus approfondi du public. La décision est attendue le 15 décembre.

Inscrivez-vous pour une perspective différente avec notre newsletter Global Dispatch – un résumé de nos meilleures histoires du monde entier, des lectures suggérées et des idées de notre équipe sur les questions clés du développement et des droits de l’homme, livré dans votre boîte de réception tous les quinze jours :

Inscrivez-vous à Global Dispatch – vérifiez votre dossier de courrier indésirable pour l’e-mail de confirmation

À lire également  Migranti, sbarcati gli 89 della Rise Above a Reggio Calabria. Ancora in attesa le altre due navi ong

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *