Aller au contenu
Accueil » Actualité » Bassin de Thau : Wings of the Ocean en mission pour dépolluer la ville et les eaux

Bassin de Thau : Wings of the Ocean en mission pour dépolluer la ville et les eaux

Installée sur Sète depuis moins de trois mois, l’association Wings of the Ocean a lancé la mission Thau pour lutter contre la pollution plastique.

Les 15 bénévoles de l’association Wings of the Ocean sont arrivés sur le bassin de Thau pour cinq mois avec un objectif : le protéger. Depuis leur installation en mai, plus de 30 actions ont été organisées pour assurer une préservation efficace de la lagune. Nettoyages ou sensibilisation, implication citoyenne ou partenariats : l’association ne manque pas de leviers d’actions.

10 000 litres de déchets

Si le bassin de Thau est réputé pour son cadre idyllique, il souffre néanmoins de la pollution qui touche la mer Méditerranée. En deux mois, les bénévoles ont organisé pas moins de 25 opérations de nettoyages. Entre 1,5 et 1,8 tonne de déchets ont été ramassés le long de la côte, soit l’équivalent de 10 000 L. Et les prises sont variées : mégots, résidus de pêche, bâtons de sucettes, jusqu’à des préservatifs usagés ou autres applicateurs de tampon.

Quel avenir assister aux déchets ramassés ?
Midi Libre – Brillant Hervais

Leur mission est réalisée main dans la main avec d’autres acteurs. La Brigade Bleue de l’agglo offre un soutien technique pour les opérations, lorsqu’elles ne sont pas conjointes avec des associations similaires comme Rescue Ocean. Les citoyens sont invités à y prendre part, ce à quoi les enfants répondent volontiers présents, inscrivant la démarche à leurs réflexes futurs.

Lire aussi :
Sète : les nettoyeurs du brise-lames sont dans les starting-blocks pour le 26 juillet !

Lire aussi :
Sète : le navire de dépollution de Wings of the Ocean en escale au quai d’Alger

Lire aussi :
Wings of the Ocean en recherche d’un lieu

Une fois triés par catégorie, les plus de déchets possibles sont revalorisés : ils représentent à ce jour 60 % de leurs prises. Grâce à une telle action, les mégots deviennent de l’énergie, les masques se transforment en fournisseurs scolaires. Une planche de surf ? Des bouteilles plastiques, qui peuvent aussi réintégrer le circuit en montures de lunettes, quand ces dernières ne sont pas faites de filets de pêche !

À lire également  Changement climatique et sécurité : Misère et déboires des agriculteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *