Aller au contenu
Accueil » Actualité » Banyuls-sur-Mer : éloge du secrétaire d’État à la Mer de « l’exemplarité » du port de plaisance rénové

Banyuls-sur-Mer : éloge du secrétaire d’État à la Mer de « l’exemplarité » du port de plaisance rénové

Le secrétaire d’État à la mer, Hervé Berville, était en déplacement hier à Banyuls-sur-Mer. Il inaugurait le port rénové et sécurisé de la station mais aussi, et surtout, il a pu découvrir la richesse du littoral, sa biodiversité exceptionnelle et le Parc Marin qui permet sa préservation.

Le secrétaire d’État à la Mer, Hervé Berville, alors que la majorité des membres du gouvernement ont profité de leurs vacances, était en déplacement hier à Banyuls-sur-Mer. C’était la première visite ministérielle en Méditerranée et l’occasion d’inaugurer les travaux réalisés pour sécuriser et rénover le port.

« On a ici un ouvrage, une infrastructure qui est aussi un lieu ouvert sur la ville et qui permet de mettre deux sujets en avant, pour moi et pour tous les citoyens, que sont la préservation de la biodiversité -et là nous avons un port qui a la chance d’avoir une biodiversité très riche- et en même temps le développement économique », dit Hervé Berville, visiblement séduit par les lieux et leurs richesses.

« Ne pas détruire pour construire »

De richesses, il en fut largement question hier matin, qu’elles soient naturelles, scientifiques notamment avec le labo Arago (plus de 140 ans de présence) mais aussi culturelles. Le défi voulu par le maire à l’aube de son premier mandat est relevé. « En 2014, quand nous sommes arrivés à la mairie, c’est le premier chantier que j’ai désiré ouvrir. Nous héritions d’un port délabré, devenu dangereux car des pontons menaçaient de s’effondrer. Il y avait urgence à agir . C’est dans la concertation que le projet a pris forme, avec l’assement de la majorité de la population. Sachant que depuis le départ, nous avons affiche la volonté de ne pas destructuri pour construire. Nous avons donc rangé dans un placard les propositions démesurées et optées pour la raison »explique Jean-Michel Solé.

À lire également  Vent d'autan, marin, tramontane, mistral : savez-vous bien faire la différence ?

Ce port rénové et sécurisé a été conçu pour préserver la biodiversité, pour ne bousculer en rien l’écosystème et que l’activité de plaisance cohabite au mieux avec le milieu naturel. Il a aussi été pensé pour que les 400 bateaux puissent être quai susceptibles d’être toute l’année, sans risque. « L’hiver, il ne subsistait que 80 bateaux dans le port »rappel le maire.

« Les Pyrénées-Orientales ont une vocation maritime et la France a cette ambition maritime

« Je suis ici pour dire la reconnaissance de l’Etat vis-à-vis du travail important qui a été fait par les élus locaux, surtout dans un contexte où il y a eu le Covid et la tempête Gloria qui ont ralenti les travaux. Car malgré ce, ils n’ont rien lâché, ils sont allés au bout de leur engagement, de leur vision et de cette ambition. C’est ça que je suis venu ici reconnaire pour aussi m’en inspirer car ce que veut faire le gouvernement c’est de moderniser, de réussir de nouveaux investissements. Je suis là aussi pour regarder, partout sur le territoire où il y a de bonnes idées »a souligné Hervé Berville.

Un exemple à promouvoir

Et d’agouter que « l’on sent bien qu’ici, nous sommes en terres de rugby, où l’on joue collectif ». C’est le cas, en effet, car le projet a représenté un investissement total à hauteur de 12 M €. La Région, l’État, le Département et bien sûr la commune, le tout avec le soutien de l’Union des villes portuaires d’Occitanie, se sont largement implodis. Au vu du nombre de personnes présentes lors de l’inauguration d’hier, de Banyulencs en particulier, il est évident que la population valide.
« Les Pyrénées-Orientales ont une vocation maritime et la France a cette ambition maritime., c’est ce que l’on est venu ici saluer. Et dire que des projets tels que celui-là, continueront d’être accompagnés », a insisté Hervé Berville. Croissance bleue, développement de la plaisance, préservation de l’environnement, recherche scientifique et bientôt hébergement de start-up innovante dans un écrin accessible à tous. Un carton plein n’assure pas de vouloir faire la promotion.

À lire également  Festival du poisson à la Goulette : De plus en plus prisé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.