Aller au contenu
Accueil » Actualité » Audrey Hepburn, l’élégance illustrée de l’icône qui a inspiré des millions de femmes

Audrey Hepburn, l’élégance illustrée de l’icône qui a inspiré des millions de femmes

À l’occasion du 30e anniversaire de sa mort en 1993, Audrey Hepburn est toujours considérée par un grand nombre de femmes, et plus encore d’experts, comme l’une des stars les mieux habillées de tous les temps. Beaucoup se souviennent d’elle pour ses looks dans des films comme Petit déjeuner chez Tiffany o Sabrinacapable de rendre n’importe qui amoureux en cinq minutes, comme l’a avoué Billy Wilder lorsqu’il a filmé le film. L’amour dans l’après-midi (1957). Un livre-objet de Lunwerg, œuvre de Megan Hess, l’une des plus importantes illustratrices de l’époque, qui rend hommage à une actrice qui incarne l’élégance comme aucune autre.

La biographie illustrée de Hess tente de comprendre pourquoi Hepburn a laissé une telle impression. Dans les années 1950 et 1960, à l’apogée de l’âge d’or d’Hollywood, Hepburn est devenue synonyme de mode rétro, de musique lounge et de boîtes de nuit. À l’époque, les femmes aux courbes généreuses comme Marilyn Monroe, Elizabeth Taylor ou Sophia Loren faisaient fureur, jusqu’à ce qu’Hepburn vienne les éclipser, plus pour son caractère irrésistible que pour sa beauté. sex-appeal.

Couverture du livre ‘Adrey Hepburn, natural elegance’.

Editorial Lunwerg

La biographie illustrée de Hepburn commence par passer sous silence sa féminité. Miss Hepburn, dont le nom d’origine était Edda van Heemstra Hepburn-Ruston, est née le 4 mai 1929 près de Bruxelles. Née d’une mère néerlandaise et d’un père anglais, elle est élevée principalement à Londres, mais à l’âge de 10 ans, ses parents se séparent et s’installent chacun dans la capitale britannique.

Pour la petite histoire, le père de Hepburn, un ancien consul britannique, rejoint l’Union britannique des fascistes, un événement qui sera noté par l’actrice comme « l’événement le plus traumatisant de ma vie ».

Sommaire

De son vrai nom Edda van Heemstra Hepburn-Ruston, elle est née le 4 mai 1929 près de Bruxelles.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Audrey Hepburn et sa mère sont en vacances en Hollande lorsque les nazis envahissent les Pays-Bas. Pendant l’occupation, l’un de ses frères est emmené dans un camp de travail, et un oncle et un cousin sont exécutés.

Comme presque tous les enfants de l’époque, Hepburn a souffert de la faim en raison des pénuries alimentaires. Elle a affirmé un jour que sa famille avait survécu à la guerre en fabriquant de la farine à partir de bulbes de tulipes, et qu’elle avait mangé des biscuits pour chiens. C’est peut-être pour cette raison que, lorsqu’Audrey ne rêvait pas de devenir ballerine, elle et ses amis fantasmaient sur la nourriture qu’ils engloutiraient lorsque les canons se tairaient.

Lorsqu'elle a joué dans A Face with Angel (une comédie musicale qui raconte l'histoire d'une rédactrice de mode à la recherche d'un mannequin à la mode), Audrey a pu danser avec Fred Astaire (l'un des héros de son enfance) dans les rues de Paris

Lorsqu’elle a été choisie pour jouer dans « Un visage d’ange », Audrey a pu danser avec Fred Astaire (l’un des héros de son enfance) dans les rues de Paris.

Editorial Lunwerg

Dans l’après-guerre, Hepburn retourne à Londres, grâce à une bourse, pour reprendre les cours de Marie Rambert, la professeure de Vaslav Nijinsky, danseur russe resté dans les mémoires comme l’un des grands du ballet. Mais en quelques jours, elle a le sentiment d’avoir raté des années essentielles de formation et se rend compte que sa taille, 1,70 m, est trop grande pour la danse classique.

Avec ses yeux malicieux et son sourire nostalgique, Hepburn préférait ne pas gonfler sa modeste poitrine, refusant de porter des talons aiguilles ou des épaulettes et misant plutôt sur la simplicité sophistiquée qu’elle transmettait dans sa tenue, que l’illustratrice Megan Hess qualifie d' »élégance naturelle ». Elle a sans doute raison, car de nombreuses femmes avouent s’être inspirées d’Hepburn, par exemple, pour le choix de leur robe de mariée. « Avec mes cheveux en chignon, de grosses lunettes de soleil et une robe noire, toutes les femmes peuvent me ressembler », disait Audrey.

À lire également  Certains d'entre nous sont plus égaux que d'autres, par John Carlin

Megan Hess : l’illustratrice de mode

Enfant, l’illustratrice Megan Hess est emmenée par son père à New York, où elle découvre le tourbillon de la mode. Depuis, elle dessine avec son stylo sur mesure le livre de la mode. Sex and the Cityde Candace Bushnell, ainsi qu’une collection de sacs à main personnalisés pour Harrods à Londres. Elle a également illustré une série de portraits pour Michelle Obama et Nicole Kidman, et publié des biographies d’autres icônes de la mode telles que Coco Chanel et Christian Dior. Selon Mme Hess, lorsqu’elle ne travaille pas dans son studio, on peut la trouver en train de regarder Petit déjeuner chez Tiffany pour la énième fois, en rêvant de croissants et de créations Givenchy.

Bien qu’une image vaille mille mots (surtout dans ce cas), Hepburn combinait l’élégance classique avec des touches de jeunesse et de tendance, comme ses inséparables ballerines, les chaussures plates qu’elle a mises à la mode, et sa passion pour les foulards.

En 1948, Hepburn fait ses débuts au théâtre en tant que danseuse dans le chœur de la comédie musicale Chaussures à boutons hautsoù elle tient un petit rôle. Le danseur principal, note Hess dans son livre, a fait remarquer qu’Audrey ne possédait qu' »une jupe, un chemisier, une paire de chaussures et un béret », mais qu’elle avait 14 mouchoirs. « Lorsque je porte un foulard en soie, c’est là que je me sens la plus féminine et la plus belle », a déclaré la star de Petit déjeuner chez Tiffany.

Dans

Dans « Breakfast at Tiffany’s », les deux petites robes noires conçues par Givenchy pour elle sont toujours d’actualité.

Editorial Lunwerg

Il s’est fait connaître en 1951, lorsqu’il a obtenu un rôle dans l’oubliable Monte Carlo Baby, qui était tourné sur la Côte d’Azur, lorsque la romancière française Colette, alors âgée de 78 ans, l’a choisie parmi la foule et a déclaré qu’elle avait trouvé l’actrice parfaite pour faire adapter l’une de ses histoires à Broadway.

« Chérie, lui dit Colette, je viens de télégraphier à New York pour leur dire d’arrêter de chercher Gigi. Je l’ai trouvée. Cet événement singulier l’amène à traverser l’Atlantique. Dès lors, sa notoriété monte en flèche, bien qu’à son arrivée à New York, elle soit une parfaite inconnue. Cependant, le soir de la première officielle à Broadway de Gigi, Audrey a eu du mal à entrer dans la loge, tant elle débordait de fleurs.

Après avoir signé avec Paramount Pictures, Hepburn devient l’une des stars les plus brillantes du moment.

Avant même la fin de la première semaine, elle fait parler d’elle et Hollywood ne tarde pas à se l’approprier. « Rien n’est impossible. Le mot lui-même le dit : Je suis possible« , plaisante Audrey.

Après avoir signé avec la Paramount Pictures, Audrey devient l’une de ses stars les plus brillantes du moment, ayant tourné jusqu’à 22 films entre 1951 et 1967 dans lesquels elle continue d’incarner une jeune fille du XXe siècle capable de se transformer en Cendrillon. Elle s’impose également comme l’égérie de la haute couture après s’être liée d’amitié avec le créateur français Hubert de Givenchy.

À lire également  La météo : Un grain polaire provoquera un temps presque automnal dans la moitié nord de l'Espagne à la fin de la semaine.
L'image d'Audrey dans

L’image d’Audrey dans « Vacances romaines » chevauchant une Vespa, vêtue d’une jupe large, d’un chemisier blanc aux manches retroussées et d’un foulard autour du cou est devenue une icône culturelle à son époque.

Editorial Lunwerg

Son premier grand rôle au cinéma est Vacances romainesune comédie romantique sur une jeune princesse rebelle qui, en essayant de cacher sa véritable identité, trouve 24 heures de bonheur avec un journaliste américain joué par Gregory Peck.

C’était en Vacances à Rome lorsque Hepburn commence à travailler avec l’une des plus prestigieuses costumières de l’époque, Edith Head, qui a travaillé en tandem avec Hubert de Givenchy sur plusieurs films. Lors de leur première rencontre, l’actrice inconnue se présente dans la chambre d’hôtel où réside Head, « vêtue d’un tailleur sombre avec un col et des poignets blancs. Un brin de muguet épinglé à sa boutonnière et des gants blancs complétaient sa tenue », raconte Megan Hess dans son livre. Edith Head dira plus tard à des journalistes qu’Audrey en savait plus sur la mode que toutes les autres actrices avec lesquelles elle avait travaillé, à l’exception peut-être de Marlene Dietrich.

Edith Head dira aux journalistes qu’Audrey connaissait mieux la mode que toutes les autres actrices avec lesquelles elle avait travaillé.

Derrière Vacances à RomeAudrey retourne au théâtre où elle est engagée, aux côtés de Mel Ferrer, dans le rôle principal de Ondine. « Le plus grand cataclysme esthétique du XXe siècle », comme Hepburn a été surnommée, a épousé cet acteur longiligne le 25 septembre 1954.

Leur mariage est un fiasco. Bien que Megan Hess ne le mentionne pas dans sa biographie princière illustrée, il semble qu’Audrey en ait eu assez des infidélités de Ferrer et qu’elle ait divorcé en 1968. Avant cela, les deux époux ont réussi à donner naissance à un fils, qu’ils ont appelé Sean. Il en va de même pour son second mari, le psychiatre italien Andrea Dotti, qu’elle a rencontré en 1967 sur un bateau de croisière. Ils se sont mariés en 1969 et ont eu un fils, Luca, en février 1970. Audrey Hepburn a eu une patience franciscaine avec Andrea Dotti jusqu’à ce qu’elle découvre que son mari avait besoin de nouvelles maîtresses, et ils ont divorcé en 1982.


Lire aussi.

Paulina flores

Horizontal

Dans beaucoup de ses films, Hepburn a joué une sorte de Cendrillon (Sabrina, Funny Face, My Fair Lady) qui donne toujours de l’espoir à tout le monde. Mais s’il y a un film qui est resté dans nos mémoires c’est bien Petit déjeuner chez Tiffany (1961), film qui reste la référence du glamour juvénile. D’une certaine manière, le corps d’Audrey Hepburn était un corps possible pour les jeunes femmes des années 1950, à la fois nu (en termes de développement adolescent) et habillé, car ses tenues étaient plus faciles à imiter que celles d’autres égéries de la haute couture. Les cheveux d’Audrey étaient également modernes et faciles à entretenir, ce qu’il faut garder à l’esprit, car de nombreuses jeunes filles de la classe ouvrière n’avaient pas de sèche-cheveux dans les années 1950.

Ce qui semble attirer les jeunes femmes d’aujourd’hui n’est pas si différent de ce qu’elle attirait dans les années 1950 : la façon dont elle combinait l’innocence et le glamour, la féminité et la force qu’elle dégageait, parce qu’elle n’était peut-être pas sexy, mais elle était jolie, avait de la classe et était intelligente.

À lire également  El Hierro, la petite île des Canaries où des milliers de migrants échappent à la mort

Les designers, les rédacteurs et les photographes sont tombés amoureux des formes raffinées d’Audrey ».



Megan Hess

« Les designers, les rédacteurs et les photographes sont tombés amoureux des formes raffinées d’Audrey », écrit Megan Hess, et elle a rapidement commencé à apparaître régulièrement dans les magazines de mode.

Hepburn semble différente de toutes les autres femmes, tout en restant très naturelle. Beaucoup de filles – elle a publié Le New York Times– de leur époque portaient la « petite robe noire » pour se sentir glamour et, en même temps, appropriées dans des situations difficiles ou inconnues : une visite au théâtre avec de nouveaux collègues, un bal universitaire dans les années 1960 ou une fête de famille chez un nouveau petit ami. Lorsque Jackie Kennedy a apporté la haute couture à la Maison Blanche, il était clair que son style avait été influencé par Hepburn. Aujourd’hui encore, de nombreuses femmes, jeunes et moins jeunes, comme Victoria Beckham, pensent que Hepburn mérite le titre honorifique de femme la mieux habillée de l’histoire.

Lorsqu'Audrey quitte le cinéma, l'occasion se présente pour elle de devenir ambassadrice de bonne volonté de l'Unicef. Son premier voyage se déroule en Éthiopie

En quittant le cinéma, Audrey a eu l’occasion de devenir ambassadrice de bonne volonté de l’Unicef. Son premier voyage fut en Ethiopie

Editorial Lunwerg

Après s’être retirée du grand écran dans les années 1960, Hepburn a consacré les dernières années de sa vie à aider de bonnes causes. L’illustratrice Megan Hess appelle cela « son héritage », une section à laquelle elle consacre le dernier tiers de la biographie à couverture bleue et lettres dorées qu’elle a écrite sur Hepburn. À partir de 1988, l’actrice a voyagé sur les cinq continents en tant qu’ambassadrice de bonne volonté des Nations unies, contribuant personnellement à apporter de l’aide aux enfants dans des endroits aussi disparates que l’Éthiopie, le Soudan, le Guatemala, le Venezuela, le Bangladesh et le Viêt Nam.

En 1964, la star achète une maison dans le paisible village de Tolochenaz, en Suisse, sur les rives du lac Léman, dans le canton de Vaud. Enfant déjà, elle disait que tout ce qu’elle voulait, c’était une maison avec un jardin, sans aucun luxe, et c’est ce qu’elle a trouvé à La Paisible, une demeure en pierre du XVIIIe siècle entourée d’arbres fruitiers et de vignobles.

À partir de 1988, Hepburn voyage sur les cinq continents en tant qu’ambassadrice de bonne volonté de l’ONU.

Enfin, en 1980, Hepburn rencontre son ultime partenaire romantique : Robert Wolders, un acteur néerlandais qui a passé la Seconde Guerre mondiale aux Pays-Bas, à une heure de route d’Arnhem. Les quelque 13 années qu’ils ont passées ensemble ont été les plus heureuses de sa vie.

Cependant, au retour d’un de ses voyages en Somalie, il se sent mal. Il pense d’abord que ses maux d’estomac sont dus aux médicaments qu’il prend contre le paludisme. Mais non, il s’agissait d’un cancer du côlon, diagnostiqué aux États-Unis. Lorsqu’on lui a dit qu’elle était trop malade pour prendre un avion de ligne pour rentrer en Suisse, Givenchy a mis à sa disposition un avion privé, qu’elle a rempli de roses pour le voyage.

Selon Audrey, la véritable beauté d'une femme se reflète dans son âme et dans l'affection qu'elle lui porte

Selon Audrey, la vraie beauté d’une femme se reflète dans son âme et dans l’affection qu’elle offre.

Editorial Lunwerg

Audrey Hepburn est décédée à La Paisable le 20 janvier 1993, à l’âge de 63 ans, après avoir été opérée en novembre d’un cancer du colon. Elle est enterrée près du lac Léman en Suisse, dans un lieu aujourd’hui fleuri.

Comme on l’a écrit depuis, elle a été l’une des femmes clés du XXe siècle. En effet, son style a perduré : moderne et classique à la fois, féminin mais aussi ludique, bref intemporel, ce qui explique que de nombreuses jeunes femmes l’admirent encore comme si elle venait de rencontrer George Peppard et qu’ils prenaient leur petit déjeuner devant la vitrine de la bijouterie Tiffanys.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *