Faute d’hébergement de luxe, les Narbonnais ont acquis deux établissements sélects avec le soutien d’importants groupes viticoles : Gérard Bertrand et la famille Bonfils. Tous deux proposent un enseignement en immersion dans le vignoble.

Un coup double pour l’hôtellerie de luxe. Dans quelques mois, deux établissements prestigieux viennent d’ouvrir à La Clape, à quelques kilomètres que les sommets s’envolent. Si la silhouette du Château Capitoul, avec sa tour de conte de fées, se dresse fièrement entre Narbonne et Gruissan, la Villa Soleilla est située dans les méandres de la route de Narbonne-Plage, adossée au projet phare de L’Hospitalet qui doit revenir en 2018.

Villas hôtelières, Spa et Château de luxe pour le premier, Centre viticole, plage, Spa pour le second. Il existe de nombreuses différences entre les deux, mais aussi de nombreuses similitudes et bonnes pratiques. Agrandissant voire cédant des domaines viticoles prestigieux, ils préconisent l’art vivant et immersif du Languedoc dans la nature pour offrir à leurs clients bien plus qu’un simple séjour immergé au cœur du vignoble.

A cet effet, un certain nombre de chiffres ont été imposés. Au moins deux restaurants : un restaurant gastronomique avec une cuisine en accord avec les vins de la maison et une table plus décontractée pour un séjour accessible, et même trois à L’Hospitalet dont la plage privée ouverte de mai à septembre. Bar à vin également de rigueur.

Créer un lien émotionnel est la dernière étape de l’évolution de la vinification en Languedoc

Autre incontournable pour cette clientèle exigeante en quête de détente, le spa avec des produits haut de gamme et une gamme complète de soins et massages. A Capitoul, tout tourne autour d’une piscine, d’un hammam, d’un sauna et d’un solarium. Soleilla joue la high-tech avec une marque de cosmétiques à la pointe de la recherche, sauna et salle de relaxation.

Si l’hôtellerie est désormais un métier, ni Gérard Bertrand ni Laurent Bonfils n’oublient qu’ils sont vignerons. Leurs complexes sont résolument tournés vers le vin et s’adressent à une clientèle fortunée en quête de découvertes épicuriennes autour de l’art de vivre méditerranéen. Dégustation, cave de vente, visite des vignobles sont bien sûr au programme. Des installations sont également à la disposition des professionnels pour organiser séminaires et réunions de travail. Laurent Bonfils le voit « La dernière étape de l’évolution de la viticulture en Languedoc. Après la qualité, vous devez offrir une connexion émotionnelle. Les souvenirs créent le sentiment du moment et du lieu ”, il explique. A Gérard Bertrand, « L’authenticité est importante, il faut raconter des histoires vraies pour offrir une expérience ».

Les portes des restaurants à vins

Lorsque les vignerons entrent dans l’hôtellerie, la restauration est définitivement une place de choix, car ils sont la porte d’entrée de leurs vins.

A l’Hospitalet, Gérard Bertrand vient d’ouvrir un deuxième restaurant, Chez Paule. Un hommage à sa grand-mère, née le 1er janvier 1900, qui a planté des vignes dans les années 1920. Cette mère de 9 enfants a enregistré près de 70 prescriptions dans un carnet. Le chef Laurent Chabert a fait revivre ces plats traditionnels et chauds. A la carte, bouts de mimosas et œufs, pâté chinois, pot-au-feu, île flottante et riz au lait pour nourrir le goût de la nostalgie. Un restaurant gastronomique de 25 places ouvrira en février prochain dans un espace réaménagé où le chef pourra laisser libre cours à sa créativité pour expérimenter un nouveau concept d’art pour sublimer de grands vins de différentes priorités.

A Capitoul aussi, nous avons choisi deux restaurants. L’Asado, avec son immense terrasse surplombant les vignes, fait la part belle aux viandes et poissons hachés au feu de bois toute l’année. Au rez-de-chaussée du Château de Capitoul, où sont nichées les 8 chambres de l’hôtel, se trouve le Mediterraneo, un restaurant gastronomique où le chef Valère Diochet est formé par le chef narbonnais doublement étoilé Lionel Giraud.
Bien sûr, il y a un bar à vin digne de ce nom dans chaque établissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *