Aller au contenu
Accueil » Actualité » Anita Sengupta, l’ingénieur à l’origine des taxis volants qui décolleront en 2023 | Profils d’idées

Anita Sengupta, l’ingénieur à l’origine des taxis volants qui décolleront en 2023 | Profils d’idées

Elle pourrait être une super-héroïne Marvel ou DC inclassable. Le matin, elle enseigne à ses étudiants de l’Université de Californie du Sud comment concevoir des vaisseaux spatiaux interplanétaires ; l’après-midi, depuis sa société Hydroplane, elle décrypte le potentiel de l’hydrogène pour remplacer les combustibles fossiles ; puis elle se connecte à ses collègues de la NASA pour les conseiller sur les missions vers Mars ou Vénus ; et, le soir, elle survole le Grand Canyon dans un petit avion en imaginant la révolution à venir des véhicules volants propres.

L’ingénieure aérospatiale Anita Sengupta n’est pas n’importe quelle super héroïne, elle a toujours cherché à briser les moules et les préjugés. Pour elle, le stress n’existe pas, seuls les défis existent. Dans les missions les plus complexes, les missions brunes que tout le monde veut éviter, elle s’avance. Elle est encouragée à sortir de sa zone de confort. Américain d’origine indienne et écossaise, Sengupta (Glasgow, 45 ans) était responsable de la planification de l’atterrissage sur Mars pour la mission Curiosité une idée si efficace qu’elle a été réutilisée dans l’expédition Curiosity 2012 de la NASA. Persévérance de 2020.

Le système intègre un parachute hyper résistant (l’astromobile pèse environ une tonne), un bouclier thermique et des rétrofusées qui réduisent la vitesse supersonique du vaisseau spatial d’environ 2 000 kilomètres par heure à 1 kilomètre. Tout cela en quelques secondes et avec une seule occasion pour le robot, évalué à environ 2,5 milliards d’euros, de se poser sur la surface martienne.

 

Après 16 ans passés à l’agence spatiale, il a désormais les yeux rivés sur les problèmes de la Terre et, surtout, sur l’hydrogène, l’élément le plus abondant de l’univers. Ses recherches, qui sont soutenues par l’armée de l’air américaine, visent à exploiter la puissance énergétique par un procédé appelé pile à combustible. Les molécules gazeuses libèrent des électrons qui fournissent de l’électricité. Sengupta et son équipe, dont le profil multiethnique et pluridisciplinaire pourrait bien éclipser celui des Les Vengeurs (Avengers), travaillent à la décarbonisation de l’aviation, l’un des modes de transport les plus polluants.

À lire également  De la lave jaillit d'un volcan à La Palma dans les îles Canaries espagnoles

La nouvelle génération d’avions électriques eVOLT, dont des entreprises telles qu’Airbus et Boeing disposent déjà de prototypes ressemblant à de gros drones, attend d’inonder le ciel des villes. Les premiers taxis volants devraient fonctionner d’ici 2023. « Anita vous entraîne dans son monde grâce à l’enthousiasme débordant qu’elle dégage dans tout ce qu’elle fait », déclare Darrell Swanson, d’origine britannique, directeur de Swanson Aviation, spécialisé dans les avions électriques.

La créativité de Sengupta est un laser qui s’infiltre dans tous les coins et recoins. La station spatiale, par exemple, possède un laboratoire qu’elle a conçu pour congeler les atomes et les analyser, ce qui est inédit en raison de la volatilité de ces particules. Son laser s’est toutefois heurté à un mur : le train à sustentation magnétique Hyperloop qui permettrait d’aller de Madrid à Barcelone en 45 minutes. Lorsqu’elle était vice-présidente de Virgin Hyperloop, Mme Sengupta partait du principe que, pour le moment, les coûts élevés rendent le projet irréalisable.

Anita Sengupta a grandi à New York immergée dans les bandes dessinées et les films de science-fiction, dessinant des voyages interstellaires en tant que passagère sur le USS Enterprisele navire mythique de la série Star Trek. Dans son propre film, elle serait le commandant et ses premiers officiers seraient Spock, le Vulcain méthodique aux oreilles pointues qui l’a inspirée, et Data, l’androïde à la peau argentée qui est toujours à la recherche d’une meilleure version de lui-même et de ce que signifie être humain.

« Nous sommes tous faits de poussière d’étoile. Nous faisons partie de quelque chose de plus grand », souligne-t-il dans ses conférences à travers le monde comme un mantra. Son amour de l’exploration et de l’aviation est lié à son origine multiculturelle : son père, ingénieur du Bengale, sa mère, professeur de français britannique, et son émigration précoce aux États-Unis. Enfant, ses premiers vols au-dessus de l’Atlantique pour rendre visite à sa famille au Royaume-Uni la marqueront à jamais.

À lire également  Baisse des températures, pluie et neige en fin de semaine

Sengupta est un pilote commercial et un volontaire de l’aviation civile dans les tragédies. « C’est une pilote prudente et bien informée. Elle ne prend pas de risques inutiles. Elle est la personne que j’aurais aimé être quand j’avais son âge », déclare la chercheuse et pilote indienne Sandya Narayanswami. Ils se sont rencontrés au Caltech Flying Club, où ils s’échangent les rôles de pilote et de copilote. Narayanswami, 67 ans, souligne les conversations sur les obstacles auxquels elles ont été confrontées parce qu’elles sont des femmes et d’origine indienne. « Combien de fois voyez-vous deux femmes indiennes piloter un avion ? » s’exclame-t-elle.

Pour Anita, c’est un autre moule qu’elle a brisé. Non seulement elle est ingénieur aérospatial et pilote, mais elle est aussi experte en plongée sous-marine, en escalade et en varappe, snowboardingle motocyclisme. Elle aime vivre dans le monde réel, écouter le monde naturel et, bien sûr, danser et rire sur une comédie musicale de Bollywood. Lorsqu’elle visite l’Inde, elle est accueillie comme une rock star.

Face au changement climatique ou à la possibilité d’un conflit nucléaire, elle croit toujours en l’avenir. Elle est convaincue de l’interconnexion des êtres humains et que nous trouverons des solutions. Lorsqu’elle était jeune, un professeur de mathématiques lui a donné un superpouvoir qui ne l’a pas quittée. Il lui a donné confiance et elle l’a cru.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *