Vpublier Foire Internationale de Dakar C’est comme se promener dans les ruines d’une ancienne civilisation de culte de Toblerone. Un groupe de pavillons triangulaires émerge d’un podium, chacun recouvert d’un riche motif de coquillages et de galets. Ceux-ci sont atteints par des marches triangulaires qui descendent des pots de plantes triangulaires vers d’énormes entrées triangulaires. Autour, de grandes huttes ressemblant à des hangars s’étendent au loin, ventilées par des fenêtres triangulaires et des toits triangulaires dentelés sur le dessus. Seul le miel triangulaire des abeilles triangulaires manque.

Construit à la périphérie de la capitale sénégalaise comme une exposition pour le commerce mondial en 1974, ce magnifique hymne de la ville pour la forme à trois faces a été conçu par les jeunes architectes français Jean François Lamoureux, Jean-Louis Marin et Fernand Bonamy. Leur composition géométrique obsessionnelle était une tentative de répondre à l’appel du premier président du Sénégal, le poète Léopold Sédar Senghor, dans un style national qu’il appelait étrangement « parallélisme asymétrique ».

Suite à l’indépendance de la France en 1960, Senghor était déterminé à utiliser les arts pour créer une nouvelle identité nationale, libérée de la tradition occidentale et puisant dans la civilisation africaine, notamment les traditions soudano-sahéliennes. . Senghor n’a pas expliqué à quoi devrait ressembler ce nouveau style courageux, mais a vaguement parlé de « répétition diversifiée du rythme dans le temps et l’espace ». Des formes fortes et multiformes et une forte géométrie rythmique ont émergé.

Géométrie puissante… la bibliothèque de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar.
Géométrie puissante… la bibliothèque de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Photo : Michael Ford

Dakar compte de nombreuses structures qui cherchent à réaliser les ambitions de Senghor. Le plus remarquable est le complexe de foires internationales, sa composition s’écoulant doucement vers une colonie désertique itinérante de formes ressemblant à des tentes, remplie de tout, des cornes d’animaux et des coquillages aux pipes en argile et aux roches volcaniques féminines. Il est dans un état de tristesse, cependant un projet de conservation financé par Getty présent, et pourtant il est possible de voir comment il a essayé de créer une nouvelle voie audacieuse, reliant les techniques modernes aux traditions indigènes, créant un langage expressif et sculptural enraciné dans son contexte.

Beaucoup de ces projets font partie de la taille de la côte atlantique Afrique sub-saharienne, un nouveau guide architectural massif qui rassemble une collection massive de plus de 850 bâtiments de 49 pays sur 3 400 pages. Il y a sept ans, la publication offre une coupe transversale illuminée du continent, des cierges magiques scintillants remplis d’huile de Luanda en Angola aux mosquées de boue maliennes et aux bâtiments art déco du Burundi. Il y a plus de 350 auteurs, dont la moitié d’origine africaine.

Philipp Meuser, co-rédacteur en chef du guide, écrit comment, d’une part, « des magazines raffinés dans lesquels l’Afrique expose des safari lodges à l’architecture pseudo-ethnique, ou de faux resorts perchés sur des étendues de longues plages de sable » ou, d’autre part . , « Rapports de surpopulation et de manque d’éducation et de soins de santé ». Mais l’architecture quotidienne, qui offre une image « réelle » des villes africaines, est à peine décrite. Bien que loin d’être exhaustif, le guide vise à combler une partie de ce vide, en combinant des descriptions de bâtiments historiques, vernaculaires et contemporains, pris en compte dans le contexte de la race, du genre et du pouvoir, qu’il soit colonial, néocolonial ou local.

Institut d'Hygiène Sociale Source : Anaïs Dresse
Transition vers l’agriculture… Institut d’hygiène sociale de Dakar. Photo : Anaïs Robe

Lors d’une récente visite à Dakar, le livre a été un précieux compagnon pour aider à comprendre le tissu urbain complexe de la capitale côtière chaotique. Une interprétation postmoderne remarquable de l’architecture de boue sahile avait une apparence étrangement prudente, avec des courbes incurvées en forme de fusée dépassant de ses coins, de riches peintures rouge rouille et des gouttes de pluie faisant écho aux poutres en bois croisées de la construction de boue indigène. C’est l’Institut d’Hygiène Sociale, qu’il était vraiment conçu par l’architecte Henry Adenot dans les années 1930, lorsque les autorités coloniales françaises se sont concentrées sur leur style typique des beaux-arts et ont cherché à adapter les bâtiments aux contextes locaux au nom de la cohésion culturelle.

Il n’y avait généralement pas d’inspiration locale en profondeur : dans ce cas, les murs de couleur or sont en béton armé, mais peints avec un aspect d’argile séchée au soleil. Au Sénégal, les architectes français se sont largement inspirés des styles soudanais et marocain – populaires dans les productions internationales en Europe – en ignorant l’architecture locale des peuples wolof, sérère ou peul.

Son architecture post-coloniale des années 1970 et 80 se distingue par son originalité, en grande partie par les architectes sénégalais Cheikh Ngom et Pierre Goudiaby Atepa, ainsi que Henri Chomette de France. Ils ont tous développé une forme distinctive de modernisme en accord avec les idées du président Senghor sur le parallélisme asymétrique. Des piliers coniques monolithiques, souvent en béton à texture grossière, avec de puissants volumes en couches, soutiennent l’utilisation inventive de cailloux, de roches et de coquillages pour ajouter une texture tactile et rugueuse aux formes presque primitives.

Les amphithéâtres des années 1970 à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar.
L’esprit du village… Théâtres des années 1970 à l’Université Cheikh Anta Diop. Photo : Adil Dalbaï

L’Université Cheikh Anta Diop de Dakar est l’un des meilleurs endroits pour voir ce genre de travail. Un groupe d’amphithéâtres, conçu par Chomette et Roland Depret en 1976, comprend cinq structures courbes blanches sans fenêtre sur un socle en brique texturée, disposées autour d’un type de cour de village. En vous rapprochant, vous vous rendez compte que les surfaces d’un blanc éclatant sont faites de coquillages peints et que les briques rayées sont conçues pour attirer l’écorce des arbres. Vous montez de la cour dans les cocons blancs énigmatiques, bordés d’amphithéâtres fortement creusés et enfoncés dans le sol.

Monument de la Renaissance Africaine, Dakar
Impressionnant kitsch… Monument de la Renaissance Africaine, Dakar Photo : Oliver Wainwright

La faculté de droit et de sciences politiques, Cheikh Ngom, a une présence tout aussi marquante. Des nageoires effilées ressemblant à des orchidées, rendues en béton sablonneux texturé, s’ouvrent pour révéler un hall extérieur ombragé plein d’espaces pour s’asseoir et discuter depuis ses murs de pierre de lave rouge-rouge – recouverts d’une sorte de grande éruption volcanique. le soleil.

Les bâtiments de cette époque représentent une approche beaucoup plus sensible au climat local que les plus récents, avec des écrans brise-lumière, des fenêtres à carreaux profonds et de grandes tentures pour permettre un refroidissement passif autant que possible. Les deux récents projets de trophées entrepris par Dakar sont notables – le grand théâtre chinois et le Musée des civilisations noires – qui ont une esthétique qui peut être n’importe où et presque entièrement climatisé -.

Tous deux sont Abdoulaye Wade, président du Sénégal de 2000 à 2012, qui a été profondément impressionné par les babioles culturelles surdimensionnées qu’il pouvait nommer. La plupart gargantuesque au-dessus de la ville se trouve sur une colline à l’ouest, sous la forme d’un magnifique monument kitsch de la Renaissance africaine. Un homme effrayé et sa femme vêtue de peur, avec le bébé pointant vers le haut, les sculpteurs nord-coréens ont réalisé la statue de bronze de 49 mètres de haut au coût de 30 millions de dollars (22 millions de livres sterling).

Plus haut que la Statue de la Liberté, il est largement ridiculisé comme un symbole de la vaine débauche de l’ancien président, revendiquant la propriété intellectuelle au-delà du monument et recevant toujours 35% des revenus de la vente des billets. De nombreux Dakarois semblent partager le point de vue du regretté maître sculpteur sénégalais Ousmane Sow, qui a fustigé la statue comme « un enfant esthétique et banal dans les extrêmes ». Pourtant, une fois que vous avez atteint les 200 marches jusqu’à la pierre angulaire, il offre un endroit idéal pour apprécier la ville au-delà des mesures ci-dessous.

Émerveillement perdu... à quoi ressemblait l'hôtel de l'Indépendance Henri Chomette aujourd'hui.
Émerveillement perdu… à quoi ressemblait l’hôtel de l’Indépendance Henri Chomette aujourd’hui. Composé : Alamy / Oliver Wainwright

Il est facile d’imaginer que l’âge d’or de l’architecture de Dakar est révolu depuis longtemps, étant donné la qualité qui est actuellement construite – et le fait que la seule école d’architecture officielle a fermé en 1991. De nombreuses structures post-indépendance ont été détruites ou des dommages non reconnus. . . L’hôtel de l’Indépendance a frappé Comette, une fois une grande ruche verticale faisant face à la place de la ville, récemment déracinée, ses stores sculptés à capuchon se sont brisés et la coque restante a été brisée avec un revêtement gris bon marché.

Mais le guide apporte une lueur d’espoir d’une nouvelle génération de jeunes architectes et ingénieurs qui redécouvrent les techniques indigènes. Je n’ai pas réfléchi un instant à mon hôtel, le Djoloff, jusqu’à ce que je trouve son extension répertoriée dans le guide comme un exemple de renaissance en briques de terre cuite. La structure de sept étages a été construite par Doudou Déme, qui a étudié le génie du sol à Grenoble avant de retourner au Sénégal pour créer son entreprise, Élément, en 2010.

Dans une nation vouée au béton, où des briques de ciment sont jetées sur place pour presque tous les types de bâtiments, Déme et ses collègues sont en difficulté. Mais les avantages de ses briques d’argile – à faible teneur en carbone et hautement isolées – sont clairs, surtout lorsqu’ils sont connectés aux panneaux isolants organiques de typha. Offrant confort thermique et contrôle de l’humidité, ils rendent la climatisation obsolète. Nous pouvons encore voir un avenir de parallélisme terrestre asymétrique et asymétrique respectueux de la planète.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *