Aller au contenu
Accueil » Actualité » Alicante fête ses 150 ans en tant que point de référence pour l’altitude en Espagne

Alicante fête ses 150 ans en tant que point de référence pour l’altitude en Espagne

Un monument devrait être érigé, ou du moins une allée près du quai côtier devrait être dédiée au fonctionnaire plein d’abnégation qui a passé plus de trois ans, entre juillet 1870 et 1874, à mesurer l’oscillation insignifiante de la mer Méditerranée dans le port d’Alicante. Mais son nom n’apparaît pas dans l’abondante documentation qui commémore cet événement, qui aura 150 ans cette année, en 2024.

De juillet 1870 à 1874, ce fonctionnaire méthodique a effectué quatre observations quotidiennes : à neuf heures du matin, à midi, à trois heures et à six heures de l’après-midi, à l’aide d’une règle métallique graduée en doubles millimètres.

Sommaire

Ce fonctionnaire méthodique a fait quatre observations par jour : à neuf heures du matin, à midi, à trois heures et à six heures de l’après-midi.

Pourquoi l’Institut géographique national, alors récemment créé, a-t-il choisi Alicante pour effectuer ces mesures ? Comme l’explique le professeur Enrique Aparicio Arias dans un article publié par l’université d’Alicante, « parce que les fluctuations (montées et descentes) de la marée terrestre à Alicante, qui se produisent quotidiennement dans la mer Méditerranée, montent ou descendent en moyenne d’environ 20 centimètres. Cette valeur est considérée comme ayant la plus faible variation de marée terrestre par rapport à d’autres villes situées le long de la côte de la péninsule espagnole ».

C’est la raison pour laquelle Alicante a été désignée en 1874 par l’Institut géographique comme ville de référence, créant ainsi l’appellation datum Le système de référence altimétrique ou origine des altitudes de la péninsule, qui établit l’altitude zéro au marégraphe du port d’Alicante, a également influencé la décision. La liaison ferroviaire Madrid-Alicante, en service depuis 1858, a également influencé la décision, étant donné que les lignes de chemin de fer étaient utiles pour les itinéraires de nivellement.

À lire également  Médaille d'or wisigoth cachée dans la maison du Lion Culture

L’une des nombreuses plaques disséminées dans toute l’Espagne rappelant que l’altitude est mesurée au-dessus du niveau moyen de la Méditerranée à Alicante.

Une fois le site choisi, il fallait mesurer in situ les fluctuations de la marée. Pour ce faire, le technicien de l’Institut géographique, aujourd’hui anonyme, a enregistré les valeurs sur un marégraphe métallique pendant plus de trois ans. Avec ces données, il a établi une valeur moyenne des variations de la mer à Alicante de 0,430 mètre par rapport au signe métallique de la marche sur laquelle reposait le marégraphe gradué, cette marche étant la valeur du niveau zéro.

Le travail ne faisait que commencer. Une fois l’altitude zéro établie, il fallait transférer les altitudes aux villes espagnoles respectives. Pour ce faire, la méthodologie du nivellement géométrique ou du nivellement altimétrique a été utilisée à partir d’Alicante, en utilisant la méthode du point médian, ce qui a permis d’obtenir les différentes pentes et altitudes.

Trois lignes principales partent d’Alicante NP1, l’une vers le nord, en direction de Barcelone, l’autre vers le centre, en direction de Madrid, et l’autre vers le sud, en direction de Murcie.

Le premier point d’altitude était la première marche de l’escalier qui se trouve encore aujourd’hui à l’intérieur de la mairie d’Alicante, à 3,4095 mètres. Ce point est considéré comme le premier point altimétrique NP-1 ; à partir de là, les différentes altitudes des villes d’Espagne ont été obtenues, en suivant les différentes voies ferrées et routes, en plaçant des clous en bronze et des plaques de référence, indiquant l’altitude. C’est pour cette raison que la plupart des gares ferroviaires ont une plaque encastrée dans le mur indiquant leur altitude moyenne au-dessus de la mer Méditerranée à Alicante.

À lire également  Sfax : SOS, on souffre...

Trois lignes principales partaient d’Alicante NP1, l’une vers le nord, en direction de Barcelone, une autre vers le centre, en direction de Madrid, et une autre vers le sud, en direction de Murcie et de là vers l’Observatoire de Cadix. De Madrid partaient de nouvelles lignes de nivellement vers les différentes capitales de l’intérieur.

Le NP-1 était situé sur une marche de l'hôtel de ville d'Alicante.

Le NP-1 était situé sur une marche de l’hôtel de ville d’Alicante.

Les marégraphes

Le marégraphe Alicante I, situé dans la darse extérieure du port d’Alicante, est le plus ancien marégraphe opérationnel de l’Institut géographique national, dont la construction remonte à 1925 ; il aura 100 ans l’année prochaine. Il a été conçu pour mesurer le niveau de la mer à Alicante, qui est à l’origine des altitudes de la péninsule espagnole, pour faire partie du réseau de marégraphes de l’IGN et pour soutenir les travaux de nivellement réalisés à l’époque.

Pendant la guerre civile, selon l’Institut géographique, l’édifice a subi d’importants dommages, « bien que les dégâts les plus importants aient eu lieu en 1962 en raison de l’assaut de fortes tempêtes ». Il a dû être restauré et c’est précisément cette année-là que les premiers travaux de consolidation ont été effectués en construisant un mur de soutènement pour protéger l’édifice des futures tempêtes. Enfin, en 1993, de gros blocs de béton ont été ajoutés au brise-lames afin de protéger le bâtiment, le mur ayant été fracturé par l’action érosive de la mer.

Pendant la guerre civile, le marégraphe a subi des dommages considérables, « bien que les dégâts les plus importants aient été causés en 1962 par de fortes tempêtes ».

À lire également  Perpignan : la CCI devient "partenaire du don de sang"

Le 5 octobre 2023, les travaux de réhabilitation du marégraphe d’Alicante ont été achevés. Ils ont été nécessaires pour restaurer le bâtiment, en isolant l’intérieur de l’humidité, des intempéries et du salpêtre.

Les travaux ont consisté à remettre à neuf les murs intérieurs et les plafonds, ainsi que les façades extérieures et la toiture. Les fenêtres, la porte d’entrée et l’installation électrique ont également été remplacées. Enfin, un pilier a été construit pour la nouvelle station permanente.

Marégraphe d'Alicante.

Mareógrafo de Alicante.

EB

Grâce à cette réforme, l’Institut géographique national dispose désormais de deux stations de marée fondamentales à Alicante (Alicante I et Alicante II), toutes deux équipées de stations d’enregistrement continu permanentes, qui permettront également d’enregistrer le niveau de la mer à l’aide de systèmes globaux de navigation par satellite, ainsi que de capteurs radar.

Lisez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *