Aller au contenu
Accueil » Actualité » Aimée et Bernard Thouvenot ont fêté leurs noces de diamant

Aimée et Bernard Thouvenot ont fêté leurs noces de diamant

Aimée et Bernard Thouvenot ont réuni toute leur famille et leurs amis pour prononcer une nouvelle fois leurs vœux de mariage à l’occasion de leurs noces de diamant. Pour célébrer ces soixante ans de vie commune, deux cérémonies ont eu lieu. La première à la mairie, la seconde à l’église Notre-Dame des Enfants dans le quartier Beausoleil où ils résident.

Souvenirs… Ils se sont rencontrés en novembre 1959 sur le boulevard Amiral-Courbet en se promenant un dimanche après-midi. Bernard était un milicien. Pour rester plus longtemps près d’Aimée, il a raté trois fois ses examens. Le mariage se déroule le 12 mai 1962. Aimée est âgée de 17 ans et demi. Mineure et orpheline, c’est son oncle qui donne son accord. Bernard, 20 ans. Aimée sourit à l’évocation de ces moments et se rappelle les paroles de son entourage : « Tu es trop jeune, le mariage ne durera pas. » Après le mariage, ils passeront trois mois à Metz avant de revenir à Nîmes. Ils habitent tout d’abord la rue Nationale, puis seront relogés au Mas de Mingue suite à la démolition de leur appartement. Puis, Bernard sera atteint Nancy, puis à Istres et Marguerittes. De cette union naissent deux enfants, Blandine et Christophe, qui leur ont donné quatre petits-enfants et deux arrière-petits-enfants.

En novembre 1990, leur vie bascule. Le médicament médiocre que prend Bernard est la maladie de Parkinson. Il subira une opération du cerveau en 2003. Aimée souligne fièrement : « Il a travaillé jusqu’à la retraite sans un jour d’arrêt de travail. On ne s’est jamais rien refusé. On a beaucoup voyagé : Mexique, Vietnam, Pérou, Indonésie… » Aimée est déléguée départementale de l’association France Parkinson. Elle s’occupe de son mari et veut profiter de tous les bons moments : « Ce n’est pas la maladie qui gagnera. » Ils ont prévu d’effectuer un voyage prochainement pour fêter leurs six décennies de bonheur. Leur destination est pour la première encore inconnue. Peut-être l’Autriche, la Croatie, ou bien une croisière sur le Rhin ou la Méditerranée. Le couple à su, malgré les années et la maladie, conserve l’harmonie et le bonheur au sein de leur belle famille. Les liens forts pour leurs enfants, petits et arrière-petits-enfants forment la trame de leur existence. Tous nos vœux de bonheur… et rendez-vous dans cinq ans pour fêter les noces de palissandre.

À lire également  Mine de la Seconde Guerre mondiale détruite à Port-Vendres : comment ont continué les experts de la Marine française

Correspondant Midi Libre : 06 63 15 77 85

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.