L’Organisation internationale de police criminelle, plus connue sous le nom d’Interpol, a élu Ahmed Naser al Raisi, un général des Émirats arabes unis (EAU) accusé de torture et de plusieurs enquêtes ouvertes dans divers pays européens, comme son nouveau président pour quatre ans à venir. . Alors que le poste est en grande partie cérémoniel – puisque le Secrétaire général effectue le travail quotidien d’Interpol, actuellement Jürgen stock de l’Allemagne – la nomination de Raisi a alarmé les organisations de défense des droits de l’homme et les représentants politiques contre ce qu’ils considèrent être là comme étant contrôle progressif et abus de cette organisation internationale de coopération policière conformément aux régimes autoritaires. En effet, l’ancien président, le chinois Meng Hongwei, est parti en 2018 lors d’un voyage dans son pays d’origine et Pékin a par la suite reconnu son arrestation (en 2020 il a été condamné à 13 ans de prison pour des charges contaminées).

Raisi a eu lieu lors de l’Assemblée générale d’Interpol qui s’est tenue ces jours-ci à Istanbul. Déjà lors du vote secret des délégués à l’assemblée et au troisième tour, les Émirats ont reçu environ 70 % des soutiens, qui l’ont emporté sur la Tchèque Sárka Havránková, vice-présidente d’Interpol pour l’Europe et a fait campagne précisément pour que, comme les statuts de l’organisation reflètent, il respecte la Déclaration universelle des droits de l’homme.

« Interpol est une organisation vitale […] Je continuerai à promouvoir l’esprit de leur coopération alors que nous travaillons à créer un monde plus sûr pour les personnes et les communautés », a déclaré Raisi après son élection. Le nouveau président d’Interpol agit en tant qu’inspecteur général du ministère de l’Intérieur et, par conséquent, supervise le fonctionnement des forces de sécurité des Émirats arabes unis, une petite et riche monarchie pétrolière dans le golfe Persique où il n’y a pas de liberté politique ou d’expression . et Les châtiments corporels font partie du système juridique. La situation des droits humains dans le pays s’est détériorée depuis le printemps arabe, les cheikhs des Emirats ayant persécuté toute opposition par crainte d’émeutes comme dans d’autres Etats de la région. Selon les plaintes d’organisations locales et internationales de défense des droits humains, ainsi que les rapports du Département d’État américain, la détention arbitraire et la torture sont à l’ordre du jour. L’année dernière, le comité d’experts des Nations unies en charge des droits de l’homme avait appelé le gouvernement émirati à réformer les « conditions dégradantes » dans lesquelles les prisonniers sont détenus dans les prisons du pays. Les Morts européens, notamment allemands et français, ont mis en garde ces derniers mois contre l’élection de Raisi, car cela saperait la « crédibilité » d’Interpol.

L’implication des forces de sécurité émiraties dans les nombreux événements pour ses propres citoyens et résidents étrangers, ou encore dans l’enlèvement de membres de la famille royale de Dubaï qui tentaient de fuir le pays, a également été documentée. Parmi les étrangers détenus et torturés figurent au moins deux Britanniques – Matthew Hedges, un étudiant diplômé qui a passé, accusé d’espionnage, 7 mois en prison, et Ali Ahmad, un fan de football qui a assisté à un match avec un T-shirt du Qatar, pays adversaire des Émirats arabes unis – et Turc, Mehmet Ali Öztürk, un homme d’affaires impliqué dans l’envoi d’aide humanitaire en Syrie, a été arrêté en 2018 alors qu’il visitait un festival gastronomique à Dubaï où il y avait déjà assisté.

Les enquêtes judiciaires ouvertes contre Raisi se réfèrent précisément à ces cas : une procédure ouverte par les avocats d’Öztürk devant un tribunal d’Istanbul a identifié que plusieurs agents de sécurité émiratis sont responsables de la détention irrégulière de l’homme d’affaires turc et des allégations de torture qu’il aurait subies. Hedges et Ahmad ont identifié Raisi comme la personne responsable de sa détention et de ses actes de torture et ont ouvert plusieurs dossiers à son encontre dans divers pays européens.

Cependant, des sources du parquet antiterroriste français ont confirmé à EL PAÍS ce jeudi que les deux cours de justice ont porté plainte contre Raisi en France pour « torture » pour manque de compétences », l’accusé ne résidant pas sur le territoire français, Reportage de Silvia Ayuso depuis Paris. L’un d’eux était représenté par les avocats Hedges et Ahmad à Lyon début octobre, cette ville française étant le siège d’Interpol. Plus tôt, en juin, l’ONG du Golfe Human Rights Center (GCHR) avait déposé une autre plainte pour « torture et actes de barbarie » au nom de l’opposant émirati Ahmed Mansoor, détenu à Abou Dhabi « dans des conditions typiques du Moyen-Age et comprenant des actes de torture ». .

Rejoignez EL PAÍS maintenant pour suivre toute l’actualité et lire sans limites

Abonnez-vous ici

Malgré le contrecoup judiciaire, l’avocat français du GCHR, William Bourdon, a confirmé que l’Agence France Presse s’apprête à déposer une nouvelle action en justice en France, puisque Raisi vivra désormais, quoique pour un temps, sur le territoire français, de sorte que la justice devrait se déclarer compétente pour le juger. De son côté, le maire de Lyon Grégory Doucet a annoncé que la ville hôte d’Interpol s’apprête à créer un « dispositif citoyen d’honneur de la ville de Lyon » et que Mansour en sera « le premier bénéficiaire ». L’élection de Raisi est une « honte » et une « grave atteinte au respect des droits de l’homme et de l’image » d’Interpol, a déclaré Doucet sur Twitter.

Les Émirats arabes unis sont désormais un pays plus influent grâce à une politique étrangère active, des investissements de millions de dollars et des achats d’armes, qui a renforcé ou fait avancer ses alliances avec les États-Unis et la France pour tisser de nouvelles avec Israël. Mais aussi d’intervenir dans divers conflits comme la Libye, de la part de la Russie et de l’Egypte ; le siège du Qatar, avec l’Arabie saoudite, ou la Méditerranée orientale, formant une alliance avec la Grèce, Chypre, l’Égypte et Israël contre la Turquie. En effet, Ankara a été son grand ennemi ces dernières années, alors qu’Abou Dhabi accuse le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan de mouvements islamiques tels que le financement des Frères musulmans et le soutien aux rivaux des Émirats arabes unis, et le gouvernement turc a également disparu depuis longtemps pour accuser les Émirats. sur l’offre de financement de l’effort contre Erdogan en juillet 2016. Cependant, ce mercredi – un jour avant le vote d’Interpol – les deux pays se sont réconciliés avec la visite d’Erdogan du prince héritier émirati Mohammed ben Zayed et un accord prévoit des investissements émiratis jusqu’à 10 milliards de dollars dans l’économie turque.

Abus de « publicités rouges »

Depuis des années, les organisations de défense des droits humains dénoncent l’utilisation abusive croissante des instruments d’Interpol par des pays comme la Chine, la Russie, la Turquie ou les Émirats eux-mêmes afin d’empêcher l’arrestation de réfugiés et de réfugiés dissidents à l’étranger. « Les États autoritaires prennent des mesures pénales et le reconnaissent de telle manière que, lorsque cette personne entre dans un pays d’alerte rouge depuis Interpol, saute et, en effet, semble avoir commis un crime. On ne se rend pas compte que la demande d’extradition est frauduleuse jusqu’à ce qu’on commence à enquêter », a expliqué à ce journal l’avocat espagnol Manuel Ollé Sesé, qui a publié un livre sur le sujet il y a quelques mois.

Même si cette personne n’est pas finalement détenue, une personne peut se voir refuser un visa, entrer dans un pays ou même être libérée de son travail, selon un cabinet d’avocats américain. Nemets, qui mène une campagne contre les abus d’Interpol et pour réformer ses instruments.

Le soft power des Emirats Arabes Unis

Espinosa ngeles

Le nouveau président d’Interpol, le général émirati Ahmed al Raisi, a reçu son élection à l' »honneur », selon les déclarations des médias locaux. Aucun d’eux n’évoque les protestations du candidat et de son pays auprès des groupes de défense des droits humains. Cependant, ils suggèrent fortement qu’il a été le premier représentant du Moyen-Orient à prendre ses fonctions depuis la création de l’organisation de la police en 1920.

Les Émirats arabes unis (EAU) ont déjà exprimé leur intérêt à s’impliquer plus activement dans Interpol lorsqu’ils ont accueilli leur assemblée générale à Dubaï en 2018. Le général Al Raisi, qui travaille comme inspecteur général au ministère de l’Intérieur et faisait partie du le comité exécutif de l’organisation policière a déjà exposé les raisons de sa candidature à la présidence dans un article récent. « Je veux moderniser et transformer [Interpol]. Je veux améliorer l’échange d’informations, promouvoir les investissements dans la modernisation des équipements de communication et promouvoir le développement de nouvelles technologies qui soutiennent l’application de la loi », a-t-il expliqué.

Mais au-delà de sa volonté personnelle, l’accès des Émirats à la direction d’Interpol s’inscrit dans le projet des Émirats arabes unis d’étendre leur présence internationale et de projeter un soft power. « Nous voulons être un acteur mondial », a admis l’année dernière Anwar Gargash, porte-parole régulier du gouvernement et actuel conseiller diplomatique du président Khalifa. A ce jour, le petit pays du Golfe, dont 90 % des 9,5 millions d’habitants sont étrangers, est une puissance régionale et a déjà obtenu un siège au Conseil de sécurité pour le biennium 2022-2023. Pour Gargash, l’élection d’Al Raisi reflète « les réalisations des Émirats arabes unis et leur efficacité dans le domaine de l’application des lois ».

Suivez toutes les informations internationales sur Facebook et Twitter, oh oh notre newsletter hebdomadaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *