A ce jour, pour lancer une ligne dans une aire marine protégée, aucun permis n’était requis. Ce droit de pêche non commerciale, que ce soit sur son bateau, sur la plage ou sur une digue libre. Dès l’été prochain, tous les pêcheurs réguliers et occasionnels devront s’identifier sur une application dédiée afin d’obtenir un laissez-passer de pêche. Si la vocation de l’Office français de la biodiversité est de mieux encadrer les spécimens, les praticiens considèrent cela comme une contrainte supplémentaire.

Pour le plaisir, à des fins sportives ou à des fins alimentaires, la pêche récréative non commerciale est par définition. Il est également soumis à un ensemble de règles visant à protéger la ressource.

Déclaration obligatoire et gratuite

Il prendra généralement effet avant l’été et sera donc obligatoire, dès son retrait. Cette mesure s’inscrit dans un document stratégique pour le front méditerranéen fixé par l’Etat.

Concrètement, il suffit de s’identifier sur l’application, développée par l’Ifremer et la DIRM (en cours de finalisation), pour obtenir une carte d’autorisation de pêche, qui sera gratuite, et participer volontairement ! De plus amples détails seront annoncés dès sa mise en service.

Lire aussi :
ALIEN Occitanie, un réseau pour l’identification des espèces marines d’ailleurs

Au moins 20 000 pêcheurs impliqués

Dès cet été, les pêcheurs, réguliers ou occasionnels, devront s’inscrire gratuitement sur une application dédiée. Les agents du Parc Naturel Marin visent à mieux encadrer les prélèvements.
WOW. p.

Sur le périmètre du Parc Naturel Marin du Golfe du Lion s’étendant de Leucate à Cerbère, l’étude du gestionnaire (Office français de la biodiversité) rapporte qu’il y a 20 000 pêcheurs de loisir réguliers dans la zone, avec une augmentation difficilement quantifiable en été. La plupart sont des hommes, des retraités vivant dans le secteur, 85% disent que les ressources s’amenuisent en 20 ans. Selon cette enquête, quatre types de pêche sont pratiqués : la pêche de bord (surfcasting) qui nécessite des cannes puissantes pour lancer l’appât au loin ou la pêche de fond vertical dite palangre avec des lignes munies de poids et d’hameçons montés en hauteur ; pêche en bateau, pêche à pied (oursins) et chasse sous-marine, généralement en apnée.

« Ils poussent le bouchon trop loin » !

« Nous ne sommes pas irresponsables, avant même les mesures restrictives officielles, nous avions fixé des règles d’arrestation » dit ce habitué de la côte rocheuse, « Mais aujourd’hui, les excuses sont de protéger tout ce qui ne peut plus pêcher. Il est injuste que seuls les pêcheurs récréatifs soient visés par les restrictions. Les décideurs ne doivent pas oublier que la pêche récréative permet de réaliser des économies importantes dans nos ports et villes côtières ».

A Banyuls-sur-Mer, ce passionné de moulinet est aux anges : « Entre l’agrandissement de la Réserve, le parc marin, les scientifiques du laboratoire Arago, on ne fait que poser des règles au nom de la défense ! C’est intolérable, ça va trop loin. Je connais des recoins qu’on n’arrivera jamais à contrôler, et je respecte toujours le maillage et les cycles de pêche, et il est hors de question que je confirme mes sorties de pêche ! »

Dès cet été, près de 20 000 pêcheurs récréatifs devront s'identifier, avant de se lancer !

Dès cet été, près de 20 000 pêcheurs récréatifs devront s’identifier, avant de se lancer !
WOW. p.

Charte « bonnes pratiques » approuvée

Une charte pour limiter l’impact de la pêche de loisir encadre la pratique et la compétition, dans ce contour très contrôlé du golfe du Lion. Un engagement signé par les 4 fédérations de pêche, et une vingtaine de clubs, opérant sur le territoire.

A Hervé Magnin, directeur du Parc: « Cle partenariat est essentiel pour la protection des écosystèmes et des ressources halieutiques. On se limite à une quinzaine de compétitions par an, pêche sous-marine, surf, pêche au gros, pour gérer ces activités de manière durable ».
Par conséquent, les tailles minimales de capture pour 39 espèces sont enregistrées, telles que l’oursin (42 cm), l’oursin doré (30 cm), le mil rouge (18 cm). Des quotas s’appliquent à 17 espèces, et des espèces vulnérables : raies, requins, couronnes vertes ou anguilles européennes sont interdits. Egalement un feu rouge pendant la saison de reproduction du Loup (du 1er janvier au 31 mars), du denti et du tambour avant le 1er mai au 30 juin. Engagement également lié aux alternatives autres que l’antifoulage, la pêche et le déchargement, les ancres, les déchets.
Jean-Marie Perez, président de la Fédération nationale des pêches maritimes (FFPM), 600 adhérents (11-66): « Cette charte donne une démonstration concrète de notre engagement éco-responsable. Le problème c’est le petit quota de thon rouge qui nous est accordé, nous avons commencé à avoir un intérêt européen à le revaloriser, car après 15 ans de protection, la population a maintenant augmenté de.
Jean-Claude Houdeau, président de la Fédération Nationale des Yachts et de la Pêche en Mer (FNPP), 1200 adhérents (11 et 66): « Nous devons observer les cycles, dès qu’ils deviennent réalité, ils doivent être figés. »
Alain Banègues, président de la pêche sportive (en mer), une centaine d’adhérents de la FFPS (11-66): « En compétition, il faut être favorable à la libération, cette règle devrait s’appliquer aussi aux particuliers ».
Jean-Marie Ray, président de la Fédération de la dette sous-marine (FNPSA), une centaine d’adhérents en Occitanie: « Cette charte justifie notre pratique sportive et responsable, notamment pour des tailles de poissons qui sont pour nous 3 cm supérieures à la règle. En compétition, nous n’acceptons que les poissons de plus de 400 grammes ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *