Aller au contenu
Accueil » Actualité » A Narbonne, Narbo Via a officiellement ouvert ses portes : plus qu’un musée, « un sort commun » selon Carole Delga

A Narbonne, Narbo Via a officiellement ouvert ses portes : plus qu’un musée, « un sort commun » selon Carole Delga

En présence de l’architecte vedette Norman Foster, la présidente de la région Occitanie Carole Delga a inauguré samedi après-midi le musée Narbo Via. Avec un message : « Faire rayonner notre fausse et généreuse identité ».

« Ouvrir un musée n’est pas un acte anodin. C’est un acte politique. Un musée construit un destin commun, une chaîne qui nous relie à notre passé, consolide le fil de l’histoire, et donne toujours plus à chacun. motivation collective. » Lors de l’inauguration du musée Narbo Via, ce samedi à Narbonne, Carole Delga, présidente de la région Occitanie, a tenu à faire de l’événement un signal fort de sa gouvernance alors qu’elle entame son second mandat. A plusieurs reprises, les mots humanité et beauté sont revenus dans ses discours. L’humanité à supporter « contre l’obscurantisme qui envahit nos écrans ». Beauté à manier  » en ce temps où l’on entend des mots laids « . « La beauté est essentielle. Elle permet de s’élever, elle permet de donner de l’espoir, d’avoir une pensée positive. » Avec ce musée Narbo Via, dont Narbonne revient, « La première fille de Rome », à sa place juste après la grande tradition gréco-romaine, voit Carole Delga « le lien » de civilisation « universel » qui restera à travers les âges. « Narbo Via est un message de cette Méditerranée qui est le creuset d’une civilisation rayonnante et que je ne peux me résoudre à y voir comme un cimetière à ciel ouvert englouti par plus de 20 000 corps de migrants lors de la construction de notre musée. preuve de la force de les interreligieux grecs, ils viennent de Marseille s’installant à Agde et Béziers. Les Romains qui ont décidé de s’emparer de cette partie de la Gaule, puis les couches successives d’immigration C’est de cela que nous sommes faits. Il ne faut pas l’oublier J’aime rappeler à ceux qui tentent séparer que nous avons tous le même substrat, c’est du latin. Il faut le faire. Dis en cette période où on essaie d’augmenter les différences tout en nous enrichissant.

Geste architectural à venir

Et à la scène « cette idée a nécessité un geste architectural à la hauteur ». Imaginez l’agence Foster + Partners « ce site exceptionnel ». Du mur lapidaire de 70 mètres de long et ses 760 blocs à la technique du béton laminé. « Cette technique exceptionnelle a d’abord été développée en Europe. Elle offre une netteté et une poésie uniques. Avec des couleurs d’octave méditerranéennes croissantes et du rose. Elle donne de la luminosité », enthousiasme de Carole Delga. Lord Norman Foster, architecte de renommée internationale qui a travaillé pour la Maison Carrée à Nîmes et le viaduc de Millau, était présent ce samedi. « C’est un édifice très roman, en terme de lumière, de circulation d’air », se souvient-il. « Mais ce bâtiment est vraiment remarquable pour la durabilité. À la base de ce musée se trouvaient des fragments de l’époque romaine. Ces pierres de monument ont été détruites et réutilisées pour construire les murs de la ville. Et au XVIe siècle.e siècle, ils étaient encore utilisés pour créer les fortifications. Puis au XIXe siècle, ces murs ont été dynamisés pour faire place aux chemins de fer. Et enfin, toutes ces pierres se réunissent pour faire un mur dans ce musée. C’est un modèle pour cette époque moderne. « 

À lire également  Eoliennes méditerranéennes : la décision de l'Etat est attendue avant fin mars

Carole Dela a finalement insisté sur la « volontariat politique » pour mener à bien ce projet de 57 millions d’euros, financé à 90 % par la Région. Elle est née et s’est souvenue de l’ambition de son prédécesseur Georges Frêche, qui était associé à son ami professeur de droit romain, Jacques Michaud. Une stèle à la mémoire de l’ancien président de Région a été dévoilée à l’entrée du musée.

« On parle beaucoup de contraintes budgétaires, d’économies. Mais la culture n’est pas un coût, c’est un investissement surtout pour les générations futures. Nous ne sommes pas des héritiers mais des passeurs. » Lors d’une conférence de presse, avant l’inauguration, Carole Delga a rappelé la réponse de Winston Churchill en 1944 lorsqu’un de ses ministres lui a suggéré de réduire le budget de la culture lorsque la guerre a miné l’argent britannique. « Mais alors pourquoi on se bat si on nous demande de renoncer à la culture ». « La culture est ce qui nous fait tenir debout, qui nous donne la force de sortir du gouffre et d’aller vers la lumière. » Et un musée comme celui à l’échelle de Narbo Via « c’est une étincelle qui donne accès au bonheur, à l’espoir, à la liberté ».

Ce dimanche, à partir de 11h pour une visite découverte de l’exposition Veni, Vidi… Bâti ; à 3 dans le sentier de découverte du musée Narbo Via ; de 11h à 18h projection « Les enfants de la romanité » ; de 11h à 18h Sapin de Noël participatif.

Après le musée Narbo Via, un musée de préhistoire à Tautavel

Préhistoire

« Mon premier mandat était Narbo Via. Et je voulais construire un autre musée pour mon deuxième mandat » dit Carole Delga. — Il sera à Tautavel. Ici on est dans la préhistoire, homme de Tautavel. Quand on est politicien, il faut porter une attention particulière à la culture.

Marché des fermiers

La Maison de Ma de Narbonne région avec Sud de France organise ce dimanche le premier marché paysan d’Occitanie dans l’espace restauration muséale de Narbo Via. Dès 11h, 17 producteurs (foie gras, magret de canard, miel, nougat, purée…) seront sur place pour déguster leurs produits.

À lire également  Naufrage d'un pétrolier au large de Gabès : Le navire en situation irrégulière ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.