Les tensions non régulées entre les dirigeants français et britanniques depuis l’entrée en vigueur du Brexit ont franchi une nouvelle étape en raison de l’immigration irrégulière. La tragédie de 27 migrants noyés dans les eaux de la Manche mercredi dernier a immédiatement attiré l’attention des Européens depuis les camps désespérés de la frontière biélorusse jusqu’aux camps près de Calais, en France, où vivent plus d’un millier de personnes attendant une chance de risquer leur vie pour atteindre la Grande-Bretagne. Le phénomène ou la tragédie n’est malheureusement pas nouveau, mais l’épisode a un meilleur souvenir de la relation déjà fragilisée entre Boris Johnson et Emmanuel Macron avec un nouveau chemin de friction.

La plupart des entreprises étant toujours sur l’eau, Johnson et Macron ont accepté de prendre l’initiative politique de s’attaquer au problème de la migration irrégulière dans le canal. Jeudi, Johnson a transformé les bonnes intentions en embarras diplomatique en publiant une lettre à Macron sur Twitter. Il a proposé un accord de coopération qui aiderait le Royaume-Uni à surveiller les plages de Calais et que la France et l’UE devraient s’engager à admettre les immigrants interceptés en mer sur leur territoire. Macron a répondu en accusant Johnson de ne pas être « sérieux », et a retiré une invitation déjà envoyée au Royaume-Uni pour participer dimanche à la réunion d’urgence au niveau européen, au cours de laquelle un avion de l’agence de contrôle du déploiement frontalier européen (Frontex) à Calais a été réparé. .

La lettre de Johnson ne peut être comprise que comme une tentative de montrer une initiative audacieuse et urgente à ses fidèles. Le prix est d’inciter les autorités françaises et d’encourager l’UE, un prix que Johnson a déjà indiqué semble être plus bas. La proposition traite la France avec condescendance, et à travers l’élargissement de l’UE, comme un territoire migratoire qui doit être contrôlé. La France, pour sa part, reproche au Royaume-Uni d’avoir facilité ce drame en n’ayant pas un meilleur système d’immigration légale et parce que la facilité encourage le travail sans papier. L’UE a montré son soutien à la France, car l’inverse ne pouvait être fait à chaque fois que le courant ultra-nationaliste de Johnson transcendait à lui seul le terrain rhétorique.

Le drame dans le canal est moindre par rapport aux chiffres de la Méditerranée (2 266 morts en 2020, selon l’ONU) ou de la route atlantique vers les îles Canaries (786 victimes en neuf mois de 2021). L’épisode appelle à un regard plus long sur les gestes politiques des deux partis, motivés par la confiance personnelle croissante et les troubles électoraux chez les deux dirigeants. En plus des positions politiques, de nombreux mondes sont impliqués. La réalité fondamentale est que chaque année des milliers de personnes traversent des continents entiers pour atteindre l’Europe, que ce soit Ceuta, Lampedusa ou Londres, et des milliers meurent en train de mourir. Néanmoins, il n’y a pas de gestion coordonnée des frontières autre que la restriction. L’Europe peut chercher à orienter ces flux en créant des méthodes agiles et transparentes de migration légale dans les pays d’origine, et un exercice plus généreux du droit d’asile, avec un contrôle accru par les pays de transit et une coopération à offrir. Exactement ce que la France et le Royaume-Uni se revendiquent mutuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *