Aller au contenu
Accueil » Actualité » 20 personnes meurent dans un cayuco à la dérive depuis 18 jours en route vers les Canaries

20 personnes meurent dans un cayuco à la dérive depuis 18 jours en route vers les Canaries

La route des Canaries connaît une nouvelle tragédie. Au moins 20 personnes sont mortes dans un cayuco sénégalais à la dérive depuis 18 jours. Les survivants, comme le confirme le collectif Caminando Fronteras, ont été transférés dans la ville de Dakhla, au Sahara occidental.



Trois cayucos avec 300 personnes à bord sont à la dérive depuis plus de 15 jours pour tenter de rejoindre les Canaries.

Plus d’informations

Suite à ce naufrage, l’organisation a une nouvelle fois appelé à l’amélioration des moyens de recherche dans l’Atlantique, compte tenu du départ de nombreux navires  »sur l’une des routes migratoires les plus meurtrières au monde ».

Caminando Fronteras a signalé cette semaine la disparition dans l’océan de trois pirogues parties du Sénégal. Au total, environ 300 personnes se trouvaient sur les barges. Cependant, on ne sait pas encore si la tragédie est liée à l’un ou l’autre des bateaux.

Comme l’a appris ce journal, deux des pirogues sont à la dérive depuis 20 jours, après avoir quitté Mbour (Sénégal) le 23 juin. Dans l’une de ces embarcations se trouvaient 65 personnes et dans l’autre entre 50 et 60 migrants. L’autre bateau a quitté le village sénégalais de Kafountine avec 200 occupants le 27 juin. Sur ce bateau, il y a beaucoup de jeunes de moins de 18 ans et la plupart des gens sont des voisins des mêmes villages », a expliqué la fondatrice du collectif Caminando Fronteras, Helena Maleno.

Les 20 personnes décédées vendredi portent à 800 le nombre de morts sur la route des Canaries. Le dernier rapport de Caminando Fronteras révèle qu’entre janvier et juin 2023, 778 personnes ont perdu la vie en tentant de rejoindre les îles Canaries depuis le continent africain. Cette route est la voie d’accès la plus meurtrière vers l’Espagne, qui a compté un total de 951 décès à ses frontières.

À lire également  La côte qui brille quand elle devient grise | Territorio Paradores

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *